ACFAS : l’intégration des immigrants au travail abordée


Classé dans : Monde social et de l’éducation | 0

Au moment où le Québec connaît une pénurie de main-d’œuvre, plusieurs entreprises peinent à recruter et intégrer les nouveaux immigrants, souvent spécialisés, au sein de leur organisation. C’est en abordant cette question que plusieurs chercheurs et experts de tout le Québec seront réunis le 8 mai prochain lors du colloque organisé sous le thème «L’innovation éducative pour intégrer les immigrants récents en milieu de travail dans les pays francophones» dans le cadre du 86e congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) qui se tiendra à Chicoutimi du 8 au 11 mai.

Lire la suite du texte du Quotidien.

Le dilemme des chercheurs francophones : publier en anglais ou périr?


Classé dans : Monde social et de l’éducation | 0

De plus en plus de chercheurs francophones publient leurs articles scientifiques en anglais. Au Québec, les avis divergent quant à la pertinence de ce choix et ses impacts sur la recherche et la société locales. «Pour que la recherche joue pleinement son rôle d’amélioration de la société dans laquelle elle est faite, les chercheurs doivent être en mesure de la faire connaître dans la langue locale, soutient Frédéric Bouchard, président de l’Association francophone pour le savoir (Acfas). C’est important pour toute société d’avoir une communauté de recherche capable de s’exprimer dans sa langue.» Pourtant, depuis plus de trente ans, les chercheurs publient de plus en plus en anglais et pas seulement au Québec.

Transition énergétique : le Québec à la croisée des chemins


Classé dans : Monde social et de l’éducation | 0

Dans sa présentation au 85e Congrès de l’ACFAS, Noël Fagoaga faisait notamment le résumé d’un rapport de recherche produit par l’IRÉC en janvier dernier: Transition énergétique – amorcer une rupture, réalisé par les chercheurs Gilles L. Bourque, Noël Fagoaga, Robert Laplante et François L’Italien. Le Québec se retrouve face à un grand défi concernant son portefeuille énergétique comme peut en témoigner la politique énergétique 2030. Des tendances révèlent une amorce de décou­plage entre l’évolution de la consommation énergétique et la croissance de l’économie au Québec due au remplacement du mazout – par l’hydroélectricité et la biomasse – et l’efficacité énergétique en milieu industriel.

Le congrès de l’ACFAS, lieu d’étonnantes découvertes


Classé dans : Monde social et de l’éducation | 0

Toute la semaine, des milliers de scientifiques ont convergé vers l’Université McGill, où s’est tenu le 85e congrès annuel de l’ACFAS, l’Association francophone pour le savoir. Chaque jour, Le Soleil vous a résumé les travaux d’un de ces chercheurs, mais comme il y a beaucoup plus qu’une découverte intéressante présentée à cet événement, nous vous en proposons quelques-unes de plus, colligées ici et là pendant la semaine.

Lire la suite.

Laurence Brière est coresponsable du colloque Et si la recherche scientifique ne pouvait pas être neutre!


Classé dans : Les membres en action | 0

Le modèle positiviste, qui présente la science comme l’étude objective de la réalité, est prédominant dans le système de production des connaissances. Selon ce modèle, la neutralité du processus de recherche et des chercheurs est nécessaire pour garantir la scientificité, voire la vérité, d’une connaissance. «Bien que relativement ancien, le débat sur la neutralité de la science demeure d’actualité et contribue à éclairer plusieurs controverses publiques», souligne Laurence Brière, chargée de cours à l’Institut des sciences de l’environnement et coresponsable du colloque Et si la recherche scientifique ne pouvait pas être neutre! (ACFAS, 10-11-12 mai), peut-on lire sur Actualités UQAM.

Mohamed Reda Khomsi contribue au colloque Vivre Montréal : enjeux et défis d’une ville en mutation


Classé dans : Les membres en action | 0

En cette année de son 375e anniversaire et dans le cadre du congrès de l’ACFAS, Montréal est l’objet d’un colloque organisé par le Centre de recherche sur la ville, l’antenne uqamienne du Réseau Villes Régions Monde. Intitulé Vivre Montréal: enjeux et défis d’une ville en mutation (11 mai), ce colloque portait sur les mutations que la ville a connues au cours des 15 dernières années. Un des quatre axes du colloque était consacré à la «ville intelligente et innovante» avec la contribution notable du chargé de cours en Études urbaines et touristiques Mohamed Reda Khomsi, peut-on lire sur Actualités UQAM.

Bachir Sirois-Moumni contribue au colloque Enjeux culturels et médiatiques des phénomènes sportifs contemporains


Classé dans : Les membres en action | 1

Le chargé de cours Bachir Sirois-Moumni est un des organisateurs du colloque Enjeux culturels et médiatiques des phénomènes sportifs contemporains, présenté les 11 et 12 mai dans le cadre du congrès de l’ACFAS. Ce colloque explore les enjeux culturels et médiatiques associés aux phénomènes sportifs contemporains. En rassemblant des chercheurs issus de diverses disciplines en sciences humaines et sociales, le présent colloque abordera des thématiques émergentes dans le milieu universitaire francophone. Il vise également à cerner les spécificités du sport contemporain (champ d’études peu institutionnalisé au sein de ce milieu) et à offrir un regard critique et analytique sur ces phénomènes qui peuplent le quotidien de nombreuses personnes et qui façonnent plusieurs espaces et relations contemporains.

Naoufel Remili, Madeleine Goubau et Philippe Denis parmi les organisateurs du colloque Montréal, ville de mode?


Classé dans : Les membres en action | 1

Montréal, ville de mode? C’est la question centrale de ce colloque (9 mai) organisé par l’École supérieure de mode (ESM) de l’ESG UQAM dans le cadre du congrès de l’ACFAS. Les participants discuteront entre autres des critères permettant de qualifier une «ville de mode», des avantages d’une telle appellation, de l’industrie de la mode à Montréal, de son histoire et de ses innovations plus récentes ainsi que de différents cas de villes et de capitales de mode dans le monde. «Montréal ne peut pas se comparer aux grandes capitales de la mode comme New York, Paris ou Londres», souligne Naoufel Remili, chargé de cours à l’ESM et l’un des responsables du colloque avec les chargés de cours Madeleine Goubau et Philippe Denis et la professeure Marie-Ève Faust, également de l’ESM.

Un important colloque pour les 35 ans du Rapport Jean, le 9 mai


Classé dans : Monde social et de l’éducation | 0

Un important colloque sur le Rapport Jean aura lieu le mardi 9 mai à Montréal dans le cadre de l’ACFAS. Pierre Doray et Daniel Baril, respectivement, président et directeur général de l’ICÉA, seront du nombre des panélistes. Le colloque sera présidé par madame Michèle Stanton-Jean, qui présidait la Commission d’étude sur la formation des adultes.

Un Bar des sciences le 21 avril sous le thème Marcher pour la science, une affaire de démocratie


Classé dans : Monde social et de l’éducation | 0

Le Conseil d’administration de l’Acfas salue l’initiative citoyenne américaine March for Science et invite les chercheurs et les citoyens à venir marcher pour la science à Montréal et dans 17 autres villes au pays. En effet, le jour de la Terre, le samedi 22 avril 2017, partout dans le monde, des citoyens marcheront pour la science. Ces marches soulignent l’importance de la recherche, du savoir et des sciences pour le développement des individus et des collectivités. Elles sont également un rappel à la société de l’importance de promouvoir la création de ces savoirs pour la constitution d’une véritable société du savoir.

La gouvernance des universités québécoises, de collégiale à managériale!


Classé dans : Monde syndical | 0

Le comité école et société de la FNEEQ était présent au congrès de l’ACFAS qui se tenait du 9 au 13 mai dernier à l’UQÀM, plus particulièrement au colloque De ladministration à la gouvernance des universités: progrès ou recul? Cet événement, organisé par Louis Demers (ÉNAP), Jean Bernatchez (UQAR), Martin Maltais (UQAR) et Michel Umbriaco (TÉLUQ), avait pour but de rendre compte des transformations de l’université québécoise et de réfléchir sur son avenir. La communauté universitaire doit se mobiliser, se coaliser. Elle doit revenir aux missions fondamentales de l’université: enseignement, recherche-création et services aux collectivités. C’est à partir de ce constat que doit s’amorcer la réflexion que nous développerons pendant les États généraux sur l’enseignement supérieur (EGES) en mai 2017, alors que nous tenterons, entre autres, de définir ce que nous voulons comme université.

Milieu de la santé : corrélation inquiétante entre les heures supplémentaires et le risque de mortalité


Classé dans : Monde syndical | 0

On le répète sans arrêt, l’impact de l’organisation du travail et de la pratique professionnelle sur la qualité des soins est bien réel. Et voilà que Christian M. Rochefort, professeur de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke vient donner un peu plus de poids à cette affirmation. Les résultats de ses travaux, présentés au dernier congrès de l’Acfas, indiquent en effet que la gestion des ressources humaines, notamment le recours au temps supplémentaire (TS) et la composition des équipes de soins ont une incidence sur les soins aux patients. Il fait d’ailleurs la démonstration de l’existence d’une corrélation entre le TS et le risque de mortalité en milieu hospitalier: à chaque augmentation de 5% de la quantité d’heures supplémentaires, les risques de mortalité grimpent de 3%.

Acfas : visas refusés pour trois chercheurs africains


Classé dans : Monde social et de l’éducation | 0

Le Canada a refusé d’accorder des visas à trois chercheurs africains qui voulaient se rendre au congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas), qui se déroulait la semaine dernière à Montréal.

Lire la suite du texte de La Presse.

Congrès de l’Acfas : réchauffement climatique, VIH et pauvreté dans la tête des enfants.

Olivier Barsalou invite des spécialistes à se pencher sur la crise migratoire engendrée par le conflit syrien


Classé dans : Les membres en action | 0

Très intéressés par les enjeux que soulèvent les déplacements de masse, les chargés de cours Olivier Barsalou (UQAM) et Alain-Guy Sipowo (U. Laval), tous deux chercheurs postdoctoraux à la Faculté de droit de l’Université McGill, ont eu l’idée de profiter du congrès annuel de l’Acfas pour inviter divers spécialistes à se pencher sur des questions relatives à la crise migratoire engendrée par le conflit syrien. Des spécialistes du droit international et des acteurs des milieux associatif et communautaire se réuniront ainsi le 13 mai à l’occasion du 84e congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas) pour réfléchir aux enjeux que pose la crise des réfugiés syriens.

Le kiosque des chargées et chargés de cours chercheurs et créateurs au congrès de l’Acfas remporte un franc succès!


Classé dans : SPPEUQAM | 0

Le SCCUQ a tenu un kiosque au carrefour des pavillons Judith-Jasmin, Hubert-Aquin et Gestion, du 10 au 12 mai, dans le cadre du congrès de l’Acfas, pour mettre de l’avant les chargées et chargés de cours qui font de la recherche et de la création. Le Syndicat voulait ainsi valoriser leur travail et rendre visible, auprès de la communauté, l’expertise des personnes chargées de cours. De nombreux congressistes se sont arrêtés au kiosque pour rencontrer les chargés de cours chercheurs et créateurs Michel Sarra-Bournet, Cécile Nicolas, Benoît Coutu, Jean-Philippe Laperrière, Nicole Milette, Isabelle Morisette, Julie Paquette, France Simard, Jean-Baptiste Plouhinec, Ève-Marie Lampron, Dominique Sarrazin, Elsa Acem, Carine Dierckx, Jean Régnier et Olivier Barsalou.

Raymond Roberge fait partie des bénévoles du Congrès de l’Acfas


Classé dans : Les membres en action | 0

Pendant que les projecteurs sont braqués sur les 6 000 chercheurs issus d’une quarantaine de pays qui assistent au Congrès de l’Acfas, une armée de travailleurs de l’ombre s’assure que tout roule comme sur des roulettes. Le chargé de cours au Département de management et technologie Raymond Roberge est l’un d’eux. «C’est facile puisque les gens sont super gentils, dit-il. On les renseigne, on rit et on les taquine un peu. Ça part la journée avec le sourire.»

Lire la suite.

Éric Duchemin contribue au colloque Entre campagnes et villes – cultures cherchent cultures


Classé dans : Les membres en action | 0

Le chargé de cours à l’Institut des sciences de l’environnement Éric Duchemin a participé au colloque Entre campagnes et villes – cultures cherchent cultures: vers la conception d’un espace destiné au partage des connaissances et des expériences agriculturelles, qui s’est tenu les 11 et 12 mai dans le cadre du Congrès de l’Acfas, rapporte Actualités UQAM. Il a aussi raconté à La Presse comment l’argent pousse dans le potager de sa petite cour du quartier Pointe-Saint-Charles.

Colloque Enquête ESSIMU : portrait des violences sexuelles en milieu universitaire au Québec


Classé dans : Les membres en action | 0

Le colloque Enquête ESSIMU : portrait des violences sexuelles en milieu universitaire au Québec, le mardi 10 mai de 13 h à 17 h, dans le cadre du 84e Congrès de l’ACFAS, sera l’occasion de diffuser les premiers résultats de l’enquête Sexualité, sécurité et interactions en milieu universitaire (ESSIMU), menée à l’hiver 2016. Il s’agit d’une recherche portant sur les violences sexuelles en milieu universitaire à laquelle collaborent des chercheures de six universités québécoises, dont la chargée de cours Sandrine Ricci. Partant d’une définition large de la violence sexuelle, le regard se porte sur différents types de manifestations telles que : harcèlement sexuel, agression sexuelle, exhibitionnisme, voyeurisme, cyberharcèlement, attouchement sexuel non désiré, menace de viol, pression ou coercition sexuelle.

Kiosque du SCCUQ au congrès de l’ACFAS, du 10 au 12 mai


Classé dans : SPPEUQAM | 2

Le SCCUQ aura un kiosque pour mettre de l’avant les chargées et chargés de cours qui font de la recherche et de la création du 10 au 12 mai, de 11 h 30 à 13 h 30, lors du congrès de l’ACFAS. Nous tenons à valoriser votre travail et rendre visible, auprès de la communauté, l’expertise des personnes chargées de cours. Si vous participez à un moment ou un autre à ce congrès afin de présenter vos travaux ou si vous voulez donner un coup de main pour la tenue du kiosque, veuillez contacter Nathalie Blanchet du Comité mobilisation-intégration (blanchet.nathalie@uqam.ca

Investissement en science : Québec s’enfonce, Ottawa s’envole


Classé dans : Monde social et de l’éducation | 0

Rien ne permet de croire que le Québec mise sur la science et l’innovation pour assurer son avenir. L’ambiance est tout autre à Ottawa. À Québec, la recherche n’a pas récolté grand-chose dans le récent budget. L’Association francophone pour le savoir (ACFAS) a dénoncé une croissance famélique des budgets des Fonds de recherche du Québec, qui financent la recherche dans tous les domaines, bien en deçà des besoins et des attentes. Toute autre ambiance à Ottawa, où le gouvernement Trudeau fait volte-face en matière de science par rapport à son prédécesseur. Les trois fonds subventionnaires en santé (IRSC), sciences naturelles et génie (CRSNG) et sciences humaines et sociales (CRSH) verront leur budget annuel accru de 95 millions de dollars à compter de cette année, et 19 millions iront au soutien des frais indirects de la recherche que les universités et collèges financés doivent assumer quand ils reçoivent de l’argent fédéral.

La science en français est une nécessité


Classé dans : Monde social et de l’éducation | 0

Il y a plus de soixante-dix ans, l’Association francophone pour le savoir (Acfas) remettait le premier prix Léo Pariseau, en hommage à son premier président. C’était en 1944. Depuis, le gala a bien grandi, et le 22 octobre, c’est neuf éminents chercheurs qui se sont succédé sur la scène du parquet, dans les locaux de la Caisse de dépôt et placement du Québec, pour recevoir l’un des plus prestigieux prix dont un scientifique puisse rêver au Québec. «C’est fondamental de faire en sorte que la science puisse se vivre et se diffuser en français», croit la présidente de l’Acfas, Louise Dandurand.

Austérité : réaction sans précédent des scientifiques


Classé dans : Monde social et de l’éducation | 0

Les chercheurs n’ont pas la réputation de descendre souvent dans la rue, mais ceux du Québec, en tout cas, sont en train de répondre massivement à l’appel lancé par leur association, l’ACFAS, il y a trois semaines: près de 5500 personnes du milieu de la recherche ont signé la pétition rappelant au gouvernement Couillard que la science n’est pas une dépense, mais un investissement. Le mouvement serait sans précédent.

Lire la suite du texte du Soleil.

Une pétition de l’ACFAS pour la défense de la recherche


Classé dans : Monde social et de l’éducation | 0

Dans la foulée de la révision des dépenses publiques, le gouvernement Couillard semble également avoir dans sa mire la recherche. Les Libéraux semblent voir la recherche comme une dépense et non plus comme un investissement pour la société. Pourtant, la recherche un investissement, car les retombées socio-économiques sont beaucoup plus importantes que la dépense initiale. Nous vous invitons donc à soutenir l’initiative de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) en signant votre nom sur le site de l’organisation. «J’en appelle aux chercheurs et étudiants-chercheurs afin que nous fassions entendre, massivement, la voix de la recherche engagée sur la place publique», clame la présidente de l’ACFAS, Louise Dandurand.

ACFAS : «Chercheurs, vous devez agir!»


Classé dans : Monde social et de l’éducation | 0

Alors que le gouvernement entame un long processus de révision de ses dépenses publiques, y compris le financement des activités de recherche, l’ACFAS est inquiète de la perception qui se dégage des gestes qu’il pose depuis les dernières élections. En effet, la recherche semble perçue comme une dépense et non comme un investissement pour la société. Les investissements publics en recherche s’avèrent pourtant extrêmement rentables; ils ont la capacité de générer des économies récurrentes et des revenus à fort potentiel de croissance, à partir de subventions dépassant rarement les 100 000$ par an.

Lire la suite du texte du Devoir.

Plutôt que de coupes, la culture scientifique a besoin d’un plan d’urgence


Classé dans : Monde social et de l’éducation | 0

Les compressions budgétaires mettent en difficulté les organismes de culture scientifique comme l’Acfas, Science pour tous, l’Agence Science-Presse ou le Cœur des sciences, qui voient leurs subventions de fonctionnement diminuer ou leurs demandes de soutien pour des projets de courte durée tarder depuis des mois. Au moment même où tout indique que les besoins sont criants! S’il y a un domaine où l’action gouvernementale n’est absolument pas à la hauteur ni des enjeux ni des demandes de la population, c’est bien celui de la culture scientifique.

Lire la suite sur le blogue de L’actualité.