Infolettre du Syndicat des professeures et professeurs enseignants de l'UQAM - 11 février 2021 ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏
Header
 
Première infolettre de février 2021

L’infolettre du SPPEUQAM est de retour dans son format régulier. Vous y trouverez des articles, des chroniques et de l’information sur la vie syndicale du premier syndicat d’enseignantes et d’enseignants universitaires à contrat en Amérique du Nord, en lutte contre la précarité et pour la stabilisation de l’emploi.

En plus d’informations plus spécifiquement destinées aux membres du Syndicat des professeures et professeurs enseignants de l’UQAM, les textes sur le retour progressif de l’enseignement en classe à l’université et sur la liberté académique en enseignement supérieur tracent, pour qui s’intéresse au monde de l’enseignement, des voies de discussion pour les prochaines semaines et les prochains mois.

En espérant que cette édition de notre infolettre soit à la mesure des aspirations des membres de mon Syndicat, je vous souhaite une bonne lecture.

Jean Régnier
Vice-président à l’information

Ont collaboré à cette édition :
Olivier Aubry, Nathalie Blanchet, Laurence Castonguay Emery, Stéphane Daniau, Violaine Gasse, Ndack Kane, Astrid Tirel et Nancy Turgeon

 
 
SPPEUQAM
 
 
L’enseignement en bimodal : rêve éveillé ou réalité?

Les récentes annonces du Gouvernement du Québec ont mis de l’avant un nouveau terme qui interpelle et inquiète les chargées et chargés de cours: le « bimodal », ou le « comodal ». Il s’agit en fait d’un mode d’enseignement simultané en classe et en ligne. Le groupe est alors divisé entre une partie d’étudiantes et d’étudiants dans une salle de classe en présence de l’enseignante ou de l’enseignant, et entre une autre partie, souvent majoritaire, qui suit le cours à l’écran, hors classe. Ce type de formation est très exigeant sur le plan de la planification pédagogique ainsi que pour le soutien et l’équipement nécessaires. L’expérimenter en contexte d’urgence et de mesures sanitaires exceptionnelles nous apparait très risqué.

De son côté, l’UQAM envisage le bimodal pour le trimestre d’été sous forme de projet-pilote volontaire, tel qu’on peut le voir dans une résolution de la Commission des études de l’UQAM du 2 février, à cet effet. Pour le trimestre en cours, les enseignantes et les enseignants pourraient choisir de nouvelles activités pédagogiques en présence, mais sur une base volontaire.

L’équipe syndicale du SPPEUQAM a récemment pu sensibiliser l’UQAM aux enjeux du bimodal. On se demande en effet pourquoi investir dans du matériel technologique pour une nouvelle forme d’enseignement alors que les enseignantes et les enseignants sont déjà à bout de souffle, compte tenu de l’absence d’investissement dans l’une des ressources les plus précieuses, soit le temps de préparation des cours? Aussi, est-ce que les membres du Syndicat sont à l’aise de voir se multiplier les caméras dans leurs salles de classe? Nous en doutons... Espérer que les chargées et les chargés de cours puissent à nouveau chambouler l’organisation de leurs cours, de leurs évaluations, de leurs méthodes pédagogiques, pour s’adapter à un autre type d’enseignement, et ce, sans encore et toujours de longues heures supplémentaires non reconnues, cela tient du rêve éveillé!

 
 
Communiqué spécial du SPPEUQAM-CSN suite aux annonces du Gouvernement du Québec

Le 5 février dernier, le Comité exécutif a publié un communiqué suite aux récentes annonces du Gouvernement du Québec, concernant la reprise progressive de certaines activités académique en présentiel. Voici le communiqué :

Communiqué spécial du SPPEUQAM-CSN suite aux annonces du Gouvernement du Québec

À toutes les personnes chargées de cours, membres du SPPEUQAM-CSN,

À la suite de l’annonce du premier ministre et de la ministre McCann, plusieurs parmi vous se posent des questions légitimes quant au retour progressif sur le campus et les implications pour les enseignantes et enseignants.

L’Info-Direction d’aujourd’hui répond à certaines inquiétudes, mais d’autres questions vont nécessiter des éclaircissements.

D’entrée de jeu, précisons qu’en aucun cas l’UQAM ne peut venir modifier unilatéralement vos contrats pour le trimestre en cours, les modalités d’enseignement (en présentiel, en ligne, hybride, etc.) ayant été précisées lors de l’acceptation de vos cours.

Pour le retour graduel en présentiel, la position syndicale est que :

  1. le retour en présentiel ce trimestre devra se faire sur une base volontaire des enseignantes et enseignants, sans aucune obligation (anxiété du présentiel en temps de pandémie, personnes vulnérables, personnes à charge…);
  2. les éventuelles nouvelles activités pédagogiques en présentiel que choisiraient les personnes chargées de cours devront se faire dans le respect de notre liberté académique;
  3. ces nouvelles activités pédagogiques ne devront pas entraîner une surcharge de travail pour les enseignantes et enseignants déjà à bout de souffle, notre santé psychologique aussi doit être prise en compte.
 
 
Création du Comité d’action contre la discrimination et le racisme systémiques

En ce Mois de l’histoire des Noirs, le Syndicat des professeures et professeurs enseignants de l’UQAM (SPPEUQAM-CSN) estime qu’il est grand temps d’apporter une contribution plus significative à la reconnaissance des personnes chargées de cours discriminées et racisées. Il annonce ainsi la création d’un Comité d’action contre la discrimination et le racisme systémiques.

Le Syndicat est tristement familier avec la discrimination professionnelle vécue par ses membres, contre lequel il lutte incessamment, mais il est aussi conscient des discriminations décuplées vécues par les personnes chargées de cours racisées.

 
 
Chronique des relations de travail - Comment l’UQAM utilise-t-elle les évaluations des enseignements?

Les évaluations des enseignements que font les étudiantes et les étudiants chaque trimestre peuvent nous éclairer pour améliorer nos cours, mais l’usage qu’en fait l’employeur doit être étroitement surveillé.

Ces évaluations, lorsqu’elles sont insatisfaisantes, ont, selon notre convention collective, deux conséquences potentielles. Elles peuvent servir à l’employeur à évaluer la période de probation ou à entreprendre des mesures administratives, par lesquelles une personne chargée de cours est convoquée par son unité d’embauche (département, école, faculté) ce qui peut mener jusqu’au retrait des Exigences de qualification d’enseignement (EQE) pour ce cours.

 
 
Chronique mobilisation-intégration - Projet d’intégration et programme de mise à jour des connaissances

Projet d’intégration
Les membres du SPPEUQAM ont été nombreuses et nombreux à déposer un projet d’intégration en janvier lors du dernier dépôt de l’année financière en cours. Les 49 projets soumis au Comité de liaison institutionnel (CLI) totalisent en effet des demandes à la hauteur de 185 831 $, soit l’équivalent de 3 313 heures rémunérées à 51 $/hre.

Comme l’UQAM est en fin d’année financière (30 avril), les décisions seront difficiles, car le CLI doit délibérer avec une enveloppe résiduelle de 46 862 $ (835 heures). Cela signifie que le CLI pourra répondre qu’à 25 % des besoins en intégration pour ce trimestre, ce qui illustre que, malgré une demande croissante pour ce fonds, les sommes disponibles sont nettement insuffisantes.

Le CLI s’est réuni le 10 février et les réponses seront acheminées aux Comités de liaison locaux (CLL) prochainement. Pour plus d’informations sur les projets d’intégrations, on navigue vers ici.

Mise à jour des connaissances
Il reste deux dépôts de demandes de financement au Programme de la mise à jour des connaissances avant la fin de l’année budgétaire et des sommes sont encore disponibles. La date limite mensuelle pour déposer une demande est le premier vendredi de chaque mois.

 
 
SPPEUQAM Perfectionnement

Pour avoir plus d’informations sur le Programme de perfectionnement et de mise à jour des connaissances qui est accessible aux membres du Syndicat des professeures et professeurs enseignants de l’UQAM, on peut consulter la dernière édition du SPPEUQAM Perfectionnement.

 
 
Informations sur l’assurance-médicaments et liens utiles

Concernant le renouvellement de l’assurance médicaments, la situation a été régularisée avec Desjardins Assurances par l’UQAM. Toute personne chargée de cours qui enseigne au moins 45 heures au trimestre d’Hiver sera couverte pour toute l’année 2021.

Si vous avez des questions au sujet des assurances collectives, n’hésitez pas à contacter le Syndicat à sppeuqam@uqam.ca. Et si vous avez des réclamations à faire pour le mois de janvier 2021, vous pouvez consulter le site internet de Desjardins assurances ou contacter directement Desjardins Assurances.

Vous trouverez différentes informations au sujet des assurances sur le site des Ressources humaines de l’UQAM. Et voici d’autres liens utiles qui se trouvent également sur la page des Ressources humaines :

 
 
Antidote

Est-ce un antidote à la non-reconnaissance du travail et de l’expertise des membres du SPPEUQAM? Le Service du personnel enseignant de l’UQAM considère maintenant que les chargées et chargés de cours sont des personnes employées. Cette fois-ci, ce n’est pas comme lors du congé des fêtes, alors que les congés annoncés étaient pour les autres, mais pas pour nous! Les membres du syndicat peuvent donc avoir accès à Antidote, comme toutes les autres personnes employées.

 
 
Monde syndical
 
 
Fragile retour en classe
CarolineQuesnel

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) a réagi promptement à la conférence de presse de la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann sur la reprise des activités en classe dans les cégeps et les universités du Québec. La présidente de la FNEEQ, Caroline Quesnel, affirme ainsi avec justesse que : « Nous devons garantir la sécurité des milieux d’enseignement et porter une attention particulière à celles et ceux qui se trouvent dans une situation de grande vulnérabilité face au coronavirus. Personne ne serait gagnant si la rentrée s’effectuait sans discuter des modalités avec les enseignantes et les enseignants de chaque établissement et sans que leurs préoccupations et inquiétudes soient considérées  ». On peut lire peut lire le communiqué de la FNEEQ ici.

 
 
Des formations offertes par notre conseil central

Le Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM-CSN) offre des formations en ligne gratuites à tous ses syndicats membres. Parmi ces formations, certaines sont intéressantes pour les membres du SPPEUQAM qui peuvent s’y inscrire. On peut consulter le calendrier de ces formations par ici et prendre toute information à ce sujet en écrivant au syndicat à sppeuqam@uqam.ca.

 
 
Monde social et de l'éducation
 
 
Détresse en enseignement supérieur
D_McCann

Pour qui suit, ne serait-ce que minimalement, l’actualité qui touche le milieu de l’enseignement collégial et universitaire au Québec, que l’on appelle « l’enseignement supérieur », on a pu remarquer qu’il y avait beaucoup d’actions dans les derniers jours, depuis l’annonce du premier ministre François Legault, le 2 février dernier, suivie de la sortie de la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, deux jours plus tard. On annonçait ainsi le retour progressif des étudiantes et des étudiants en classe dans les cégeps et les universités. À ce sujet, on écoute la voix radiophonique de la ministre de l’Enseignement supérieur en entrevue avec Patrick Masbourian et on peut lire cet article qui résume le propos de la ministre.

 
 
Liberté académique

Depuis le sort réservé à notre collègue de l’UQAM, Verushka Lieutenant-Duval, à l’Université d’Ottawa où elle enseigne, le sujet de la liberté académique en enseignement supérieur est au front de l’actualité médiatique. Récemment, Isabelle Hachey, de la Presse, a rédigé deux chroniques sur ce thème. C’est un sujet dont ont reparlera dans cette infolettre, mais aussi dans les instances syndicales du SPPEUQAM. En attendant, on peut lire par ici une chronique parue le 6 février qui concerne, entre autres, une chargée de cours de l’UQAM, et une seconde chronique, toujours d’Isabelle Hachey, parue le lendemain, 7 février.

Rappelons que lors de leur assemblée générale du 21 octobre 2020, les membres du SPPEUQAM ont adopté une résolution qui faisait part, entre autres, de leur solidarité envers leur collègue Verushka Lieutenant-Duval.

 
 
Incongruité de l’enseignement en ligne
Photo- Ryan Remiorz La Presse canadienne

Tout est permis avec l’enseignement en non-présentiel. Même un professeur décédé peut enseigner, mais ses ayants droit ne peuvent recevoir de rémunération… À lire, cette étonnante histoire, à la fois triste et incongrue, parue dans l’édition du Devoir du 30 janvier 2021, sous la plume d’Alexis Riopel.

 
 
Babillard des membres
 
 
Prose de notre représentante au CA de l’UQAM
Ndack Kane

11 février 2021 – La nouvelle représentante du SPPEUQAM au Conseil d'administration de l'UQAM, Ndack Kane, manie la plume de belle façon dans cette allégorie, intitulée Un été aux couleurs de l’amitié. Une invitation au plaisir de lire et à la réflexion.

Un été aux couleurs de l’amitié

Montréal, été 2015. Nous sommes à l’intérieur d’un autobus de la ville. Il fait chaud comme en Afrique dans le Pays des Glaces. Deux petites filles (PF), québécoises, pas encore à l'école (elles parlent de garderie) mais aux alentours de cinq ans, de la classe moyenne, une, foncée, avec les traits africains qui se dit "brune" et l'autre, blonde, avec les traits scandinaves qui se dit "beige".

PF brune: Oh, regarde le gros chien là ! Il est tout brun.
PF beige: Il est beau hein?
PF brune: Très beau.
(Silence)
PF beige: Pourquoi beaucoup de tes amis à la garderie sont bruns?
PF brune: Maman dit que c'est parce que, dans le quartier de la garderie, il y a beaucoup de bruns.
PF beige: Moi, dans ma garderie, il y a beaucoup de beiges mais seulement un peu de bruns... Tu as dit quoi à tes amis de la garderie quand on était passé devant eux?
PF brune: J'ai leur ai dit que tu étais ma sœur.
PF beige: Mais il y a un petit garçon qui t'a parlé après, il a dit quoi?
PF brune: Il a dit: « Tu as une sœur beige? »
PF beige: Ah... Et l'éducatrice n'était pas contente.
PF brune: Non. Elle lui a dit qu'on ne dit pas des choses comme ça.
(Silence)
PF brune: Mais tu sais, tu es ma sœur quand même. Ma sœur jumelle.
PF beige: Oui je sais. Mais comment on va faire ça ? On n'est pas de la même couleur...
(Silence. Les deux pensives.)
PF brune: Ah, je sais ! On est des sœurs jumelles arc-en-ciel!
(Grands éclats de rire complices des deux. Des adultes se tournent et se demandent ce qui se passe en souriant.)

Et il me vient à l'esprit cette phrase de Toni Morrison, au sujet du racisme: « C'est une construction intellectuelle qui s'enseigne et s'acquiert. Si peu instinctive qu'un enfant ne peut la comprendre d'emblée. »

Vive le Monde de Demain!

Ndack Kane

On peut lire d’autres textes de Ndack par ici et par là.

 
 
David Rhainds et la recherche sur la colchicine
Rhainds

29 janvier 2021 – David Rhainds, chercheur et chargé de cours au Département de sciences biologiques de l’UQAM, a participé à une étude sur la colchicine. « C’est un médicament déjà disponible en pharmacie, peu coûteux et dont les effets secondaires sont déjà bien documentés. La molécule est, en effet, utilisée depuis longtemps pour ses propriétés anti-inflammatoires dans le traitement de la goutte et de certaines autres conditions médicales ». Pour en savoir davantage, on peut lire l’article de Marie-Claude Bourdon dans Actualités UQAM.