Infolettre du SCCUQ - 8 mars 2018 ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏
Header
 

L’infolettre du SCCUQ est publiée tous les jeudis. Vous y retrouvez des nouvelles du Syndicat, de ses membres ainsi que des milieux syndical, social et de l’éducation.

 
 
Entre vous et moi : Cartes et manif en appui aux tutrices et tuteurs de la TÉLUQ

La lutte que mène le Syndicat des tuteurs et tutrices de la Télé-Université (STTTU) est une lutte contre un virage vers la sous-traitance de l’enseignement, la précarisation et la désyndicalisation des emplois ainsi que la diminution du service aux étudiantes et aux étudiants. Une brèche qui pourrait bien nous atteindre si nous la laissons passer à la TÉLUQ.

Le STTTU-CSN va tenir un kiosque le lundi 12 mars, entre 12h et 14h, à l’UQAM, à la table devant l’Association facultaire étudiante des sciences humaines (J-M770). Toute la communauté uqamienne est invitée à venir signer des cartes et à s’informer sur la situation des tutrices et tuteurs de la TÉLUQ.

Nous invitons également les chargées et chargés de cours à participer à une grande manifestation le jeudi 15 mars, à midi, au 600, rue Fullum (métro Papineau) et nous marcherons vers le bureau d’Hélène David, ministre de l’Enseignement supérieur. La ministre est demeurée silencieuse jusqu’à maintenant face à cette sous-traitance en enseignement supérieur. Un barbecue sera servi sur place.

Richard Bousquet
Vice-président à l’information du SCCUQ

P.S. : La conférence que nous avions prévu tenir dans le cadre de la Journée internationale des femmes est remise à une date ultérieure.

 
 
SCCUQ
 
 
À l'agenda du SCCUQ

Activités reliées au SCCUQ :

Jusqu’au 13 mars : Période annuelle de demande d’EQE
13 mars : Session de formation pour les membres des Comités de liaison local
14 mars : Conférence : L’avenir du SCCUQ et du militantisme de ses membres
16 mars : Reprise de l’Assemblée générale spéciale
Jusqu’au 4 mai : Demande de perfectionnement long
Jusqu’au 8 juin : Demande de perfectionnement court

Messages et documents du SCCUQ :

Capsules d’information sur des modifications à la convention collective :
Vous souhaitez prendre votre retraite ?
Le congé à traitement différé.
Fin accélérée de la période de probation.
Appels à témoins :
Concernant les congés de maladie.
Concernant la conception de cours hybrides.

Politique de prévention et d’intervention en matière de harcèlement psychologique au SCCUQ

 
 
Demande annuelle d’EQE : vous avez jusqu’au 13 mars

À compter du 8 mars et jusqu’au 13 mars à 23 h 59, vous pourrez demander de vous faire reconnaitre des EQE (exigences de qualification pour l’enseignement) dans le cadre de la procédure annuelle de demandes d’EQE. Les EQE reconnues seront valides à compter du trimestre d’automne 2018.
Cette demande doit être faite via l’application Accent. Vous devrez par la suite déposer un dossier complet au secrétariat de votre unité.  Ce dossier devra être déposé au plus tard le mardi 15 mars, à 16 h.  Il devra inclure : • Une copie imprimée de votre demande d’EQE enregistrée dans Accent • Les pièces justificatives requises (cv, plan de cours, descripteurs de cours, etc.) Les demandes sans pièces justificatives ne seront pas évaluées et seront, par le fait même refusées. Pour vous aider à préparer votre dossier, vous pouvez consulter le site du SCCUQ.  Les descripteurs de cours sont disponibles sur le site de l’UQAM.
Voici l’échéancier des opérations :
Demandes d’EQE : jusqu’au 13 mars 2018
Décisions des départements/facultés/écoles : du 14 mars au 16 avril 2018
Demandes de révision : du 17 au 26 avril 2018
Nous vous invitons à communiquer avec l’équipe du CAART pour toute question ou commentaire à ce sujet.

 
 
Reprise de l’assemblée générale spéciale sur la stabilisation de l’emploi, la campagne de communication et le changement de nom

L’assemblée générale spéciale du 22 février n’ayant pas eu quorum, elle sera reprise le vendredi 16 mars, à 12h45, salle A-2885, et non le 21 mars tel que déjà annoncé. Les membres sont donc invités à une présentation et une discussion du dossier sur la stabilisation de l’emploi. Trois propositions seront ensuite mises aux voix: • Proposition sur la stabilisation de l’emploi • Proposition sur la campagne de communication • Proposition sur la requête en vertu de l’article 39 du Code du travail pour changer le nom du Syndicat.

 
 
Le SCCUQ en quatre temps : conférence sur L’avenir du SCCUQ et du militantisme de ses membres, le 14 mars

Le SCCUQ présente quatre conférences-débats sur des périodes marquantes de l’histoire du Syndicat dans le cadre de son 40e anniversaire. Les conférences sur La création: de la gestation à la première grève de personnes chargées de cours, le 6 février, La grève des cœurs et le début de la reconnaissance, le 15 février, et L’évolution de la convention collective et les années 2000, le 21 février, ont été fort pertinentes. Il reste donc une conférence le mercredi 14 mars à 12h30, au lieu social du Syndicat, local A-R540 et elle portera sur L’avenir du SCCUQ et du militantisme de ses membres. Les chargées et chargés de cours panellistes seront Bachir Sirois Moumni (communication), Anne-Sophie Bally (linguistique), Amadou Razack Yaya (chimie), Laurence Castonguay Emery (école supérieure de théâtre) et Hong-Loan Trinh (science politique). Veuillez confirmer votre présence à sccuq@uqam.ca d’ici le 10 mars pour que nous puissions prévoir le lunch en fonction du nombre de participants.

 
 
Formation pour les membres des comités de liaison locaux le 13 mars

Une formation s’adressant aux représentants des chargées et chargés de cours siégeant aux comités de liaison locaux (CLL) sera donnée le mardi 13 mars, à 12h30, au lieu social du Syndicat, local A-R540 (Pavillon Hubert-Aquin). Cette formation a pour but de vous outiller sur votre rôle de représentation au CLL de votre unité. Un lunch sera servi, vous devez confirmer votre présence à Jean Régnier.

 
 
Grèves étudiantes pour la rémunération des stages : consignes aux personnes chargées de cours

Après le 8 mars, l'ADEESE sera en grève 2 autres journées en mars : le mardi 20 mars (journée prévue pour le CA de l'UQAM) et le jeudi 22 mars (journée en solidarité avec les étudiantes sages-femmes). L'ADEESE a également voté une résolution pour être en grève à chacune des prochaines journées de rencontre du CA de l'UQAM et ce jusqu'à ce que le CA prenne position pour la rémunération des stages. Ces journées potentielles sont les 20 mars, 24 avril, 29 mai et le 19 juin 2018. La résolution vise aussi à bloquer la tenue des rencontres du CA et invite les autres associations étudiantes à être en grève ces mêmes journées.

Il est donc possible qu’il y ait des levées de cours lors de ces journées. Nous voulons vous rappeler que les personnes chargées de cours sous contrat doivent se présenter à leurs activités de travail, peu importe le lieu et la nature de cette activité et être prêtes à donner leurs activités d’enseignement. Vous devez donner ces activités d’enseignement pourvu que les conditions normales de travail et d’enseignement soient réunies.

Si vous désirez rapporter un incident ou si vous êtes confronté à une situation délicate, vous pourrez appeler le Syndicat des chargées et chargés de cours de l’UQAM au numéro suivant : 514 987-3495. Nous vous assurons que nous allons suivre tous les développements et nous vous aviserons si nécessaire.

 
 
Dates et procédures pour une demande de perfectionnement long ou court

L'article 16 de la convention collective SCCUQ-UQAM prévoit que 54 charges de cours, à raison de 3 charges par session pour un maximum de 6 charges sont attribuées comme bourses de perfectionnement de longue durée dans le cadre de projets institutionnels et/ou fin de scolarité en 2018-2019. Si vous désirez vous prévaloir de ce programme pour l'année 2018-2019 et pour de plus amples informations, veuillez consulter le document explicatif intitulé : Perfectionnement de longue durée et/ou appeler une agente ou un agent du CAART. Votre demande, en version papier, doit parvenir au plus tard le 4 mai au Service du personnel enseignant à l'attention de l'assistante de direction, madame Brigitte Perron.

La date limite pour déposer une demande de perfectionnement court est le 8 juin 2018. Le perfectionnement court comprend 2 volets, le volet A (perfectionnement court) et le volet B (Recherche et création). Vous devez remplir le formulaire à cet effet qui se trouve sur ACCENT et joindre les pièces justificatives nécessaires. Votre demande doit être adressée au Service des ressources humaines (SPE). Pour toute demande d’information complémentaire, veuillez prendre contact avec une agente ou un agent du CAART.

 
 
Babillard des membres
 
 
À l’agenda des membres du SCCUQ
 
 
Onze personnes chargées de cours exposent à la Maison de la culture Frontenac du 14 mars au 15 avril

Fabulam rassemble, autour de l’allégorie de la caverne de Platon, les propositions de dix artistes chargés de cours à l’École des arts visuels et médiatiques et d’une en Histoire de l’art. L’exposition est présentée du 14 mars au 15 avril, à la Maison de la culture Frontenac, 2550, rue Ontario Est, derrière le métro Frontenac. Ouvert sur la question de la transmission du savoir, le thème allégorique permet aux artistes de sonder les enjeux de leur art et de leur enseignement. De la fiction à la mémoire en passant par la dualité nature/culture et l’exploration de mondes inconnus, chaque artiste s’approprie les symboles de la caverne qu’il articule en regard de sa pratique artistique singulière. La grande diversité des approches présentées offre une perspective kaléidoscopique sur le mythe platonicien. Cette variation des discours autour du thème illustre enfin avec acuité l’altérité du réel inhérente au récit allégorique. Avec les œuvres du collectif Artistes Têtes Chercheuses : Sophie Castonguay, Denis Farley, Patricia Gauvin, Marie-France Giraudon, Jean Marois, Josée Pellerin, Katherine Rochon, Dominique Sarrazin , Anne-C. Thibault et Suzan Vachon. Auteure invitée Dominique Sirois-Rouleau. Vernissage le 14 mars à 17h et rencontre avec les artistes le 15 avril à 14h.

 
 
Raphaëlle de Groot en Minganie : Subsistances, un film tiré de son séjour, sera projeté dans le cadre du FIFA

Le projet Subsistances  – Inniun est le résultat d’une année passée par l’artiste et chargée de cours à l'École des arts visuels et médiatiques Raphaëlle de Groot dans la région de la Minganie, sur la Côte-Nord. Parcours documentaire et poétique, il aborde des enjeux soulevés par la vie dans une région éloignée exploitée pour ses ressources, par la cohabitation des communautés autochtones et allochtones, et par la transmission des pratiques culturelles. La chargée de cours du Département d'histoire de l'art Véronique Leblanc est la commissaire de ce projet mené dans le cadre de l’événement Repères 2017. Subsistances, le film réalisé au terme de ce voyage, conjugue le regard du cinéaste Maxime Girard et le vocabulaire artistique de Raphaëlle de Groot. Il sera projeté le 17 mars, au pavillon J.W. McConnell de l'Université Concordia, à 15 h, en présence de l'artiste et du réalisateur. On aura également l'occasion d'entendre Raphaëlle de Groot parler de son expérience et du projet réalisé en Minganie lors d'une conférence qui se tiendra à l’UQAM, le 14 mars, de 12h45 à 13h45, dans le cadre des conférences ICI, peut-on lire sur Actualités UQAM.

 
 
Stéfany Boisvert a codirigé l'ouvrage collectif Une télévision allumée

Depuis les débuts de la télévision, les arts y ont toujours occupé une place importante, distincte de celle des émissions d'information ou de divertissement. Mais que se passe-t-il quand une production artistique – film, pièce de théâtre, composition musicale – est diffusée à la télévision? Jusqu'à quel point sa matérialité (dimensions, qualités plastiques, couleurs, profondeurs) s'en trouve transformée? Des chercheurs de divers pays abordent ces questions dans l'ouvrage collectif Une télévision allumée, publié sous la direction de la professeure Viva Paci et de la chargée de cours Stéfany Boisvert, de l'École des médias, peut-on lire sur Actualités UQAM.

 
 
Pierrick Pugeaud aide des étudiants à remporter la finale montréalaise du Global Legal Hackathon

Une équipe d’étudiantes et étudiants en droit et en informatique a remporté la finale montréalaise du Global Legal Hackathon, qui avait lieu du 23 au 25 février derniers, à l’UQAM. Tenu simultanément dans plus de 40 villes d’une vingtaine de pays, cet événement planétaire vise à favoriser une meilleure compréhension des technologies juridiques existantes et à inciter ses participants à en développer de nouvelles en vue de faciliter l’accès à la justice et de faire progresser les métiers et la pratique du droit, peut-on lire sur Actualités UQAM. L’équipe était supervisée, entre autres, par le chargé de cours Pierrick Pugeaud.

 
 
Jude-Mary Cénat n’est pas surpris des scandales sexuels mettant en cause des travailleurs humanitaires

Les récents scandales sexuels mettant en cause des travailleurs humanitaires d'Oxfam et de la Croix-Rouge ne surprennent guère Jude-Mary Cénat. Le chargé de cours au Département de sexologie, dont la thèse de doctorat portait sur les traumas et la résilience suivant le tremblement de terre en Haïti, en 2010, a eu l'occasion de recueillir les témoignages des enfants de la rue de Port-au-Prince. Ce qu'il a entendu le révolte. «Il y a clairement un problème de pédophilie au sein de plusieurs organisations non gouvernementales (ONG) internationales et il faut que ça cesse. Les enfants de tous les pays, peu importe leurs conditions de vie, méritent d'être protégés», affirme-t-il dans un texte d’Actualités UQAM.

 
 
Les conseils de Louise Champoux-Paillé pour mettre en place une politique sur une représentation féminine efficace

Mettre en place une politique sur la représentation féminine efficace n’a pas à coûter cher ni demander de repenser complètement le fonctionnement de l’entreprise. Deux expertes sur l’avancement des femmes au sein des organisations, dont la chargée de cours à l’ESG Louise Champoux-Paillé, ont élaboré six conseils simples et concrets pour le journal Les Affaires.

 
 
Les Oscars, une vitrine incomparable pour les grandes maisons de la mode, selon Madeleine Goubeau

«On n'achètera pas la robe, mais on va peut-être acheter le rouge à lèvres et on aura l'impression d'avoir un petit morceau du rêve. C'est là que l'argent des grandes marques se fait. C'est la stratégie du placement de produits sur les tapis rouges», explique la chargée de cours Madeleine Goubeau en parlant de l'importance de la cérémonie des Oscars pour l'image de marque des grands couturiers, à l’antenne de Radio-Canada.

 
 
Donald Cuccioletta explique les décrets présidentiels américains et le lobby des armes au Vermont

Le chargé de cours Donald Cuccioletta a répondu aux questions d’une étudiante en journalisme de l’École des médias sur les décrets présidentiels américains, dans un texte publié par Le Devoir. «C’est un pouvoir que les présidents se sont approprié à travers le temps. […] Mais ils prennent un risque puisque tout pouvoir exécutif est contestable selon la constitution américaine», explique celui qui est également chercheur externe à la Chaire Raoul Dandurand rattachée à l’UQAM. Depuis la fusillade qui a fait 17 morts et 16 blessées dans une école secondaire de la Floride, le Vermont, l'État américain le plus armé, songe à durcir sa réglementation. Donald Cuccioletta précise toutefois, à l’antenne de Radio-Canada, qu’il s’agit là du lobby des chasseurs et non celui de la National Rifle Association (NRA), en force dans plusieurs autres États américains.

 
 
Les meilleurs résultats de l’histoire pour la 14e collecte de l'UQAM au profit de la Lecture en cadeau

La 14e collecte de l'UQAM au profit de la Lecture en cadeau a permis de récolter 1328 livres neufs et 471,50 dollars en dons, ce qui en fait la meilleure collecte de l'histoire de l'UQAM. La campagne, qui s'est déroulée en novembre et décembre derniers, demeure encore une fois la plus importante des collectes institutionnelles organisées au profit de la Fondation pour l'alphabétisation, peut-on lire sur Actualités UQAM. Le chargé de cours Michel Adès est un des fidèles organisateurs de la collecte.

 
 
Monde syndical
 
 
À l’agenda syndical et social

8 mars : Journée internationale des femmes
8 au 11 mars : Festival filministes
9 mars : Conférence Femmes et métiers majoritairement masculins : Et pourquoi pas moi?
9 mars : Marathon d’édition Wikipédia Femmes + sciences humaines
11 mars : Assemblée d’organisation : Un statut pour toutes et tous
12 mars : Séminaire État social : Non-recours et accessibilité
13 mars : Ligne de piquetage Leitao, on voit Rouge pour nos services publics
14 mars : Soirée d’échange intercomités du CCMM–CSN
14 mars : Rencontre sur la maternité, le chômage et la discrimination
15 mars : Manifestation en appui aux tutrices et tuteurs de la TÉLUQ
15 mars : Conférence su le décrochage scolaire chez les filles à Montréal
15 ou 22 marsAtelier d’Au bas de l’échelle sur Vos droits au travail
16 mars : Compétence parentale, garde des enfants, violence conjugale : comment évaluer le meilleur intérêt de l’enfant?
21 mars : Dîner causerie : Ma sœur, mon amie, ma collègue est victime de violence conjugale, que faire?
22 mars : Ciné-club Les dames des vues avec Paule Baillargeon
24 mars : Découvrir la diversité musulmane montréalaise : dépasser les préjugés et partager la citoyenneté
24 mars : Colloque sur l'intolérance, des préjugés à la violence organisée
4 avril : Journée d'action contre les violences sexuelles vécues par les femmes dans le logement
26 avril : Forum L’aliénation parentale : une menace pour les femmes et les féministes
2 mai : Journée de réflexion sur les conditions de travail dans le milieu communautaire
3 au 5 mai : États généraux de l’enseignement supérieur
16 et 17 mai : Colloque sur l’enseignement des sciences et du génie à l’université
17 au 20 mai : Conférences La Grande transition: préparer la société après le capitalisme
20 au 25 mai : L’Université féministe d’été : Quelle égalité dans un contexte de diversité?
2 au 29 septembre : Grande marche : de villes en villages pour le droit au logement

 
 
Politique salariale de l’UQO : Les profs et le personnel de soutien dénoncent l’incohérence de l’employeur

Le Syndicat des professeures et professeurs de l’Université du Québec en Outaouais–CSN (SPUQO) et le Syndicat du personnel de soutien de l’UQO-CSQ (SPS-UQO) dénoncent l’incohérence de la politique salariale de l’Université du Québec en Outaouais. «La dernière offre salariale de l’employeur prévoit un gel salarial en 2019. La partie patronale justifie cette proposition en la liant à la politique salariale gouvernementale (PSG) qui, selon ses prétentions, aurait été acceptée par tous les groupes d’employé-es de l’UQO. Or, au-delà du 30 avril 2019, une seule convention collective sera en vigueur, soit celle des chargé-es de cours, de souligner Louise Briand, présidente du SPUQO. Il appert clairement que l’administration de notre université utilise la PSG comme bon lui semble, tout en imaginant que son application touche tous ses salarié-es alors qu’il n’en est rien.»

Lire la suite.

 
 
Programme de Sciences de la nature : Moratoire sur le processus de révision réclamé par la FNEEQ

En réaction à la consultation du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur sur la refonte du programme de Sciences de la nature, la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN) réclame un moratoire sur le processus de révision dans les collèges. Ce délai permettrait de poursuivre les analyses et les discussions afin de se positionner collectivement avec tous les acteurs impliqués sur la nouvelle structure du programme afin de préserver le caractère national du DEC.

Lire la suite.

 
 
Soirée d’échange intercomités du CCMM–CSN le 14 mars

Le Conseil central du Montréal métropolitain-CSN invite les travailleuses et travailleurs des syndicats CSN des régions de Montréal et de Laval à une soirée d’échange intercomités le mercredi 14 mars, à 18h, à la CSN, 1601 avenue de Lorimier. Le but de la soirée est de faire connaître les comités des fronts de lutte du conseil central et d’inciter les militantes et militants des syndicats locaux à s’impliquer au sein des comités. Le CCMM-CSN compte dix comités d’action politique, chacun se concentrant sur un enjeu sociopolitique particulier : • Action en santé-sécurité • Condition féminine • Droit au travail • Éducation • Environnement et développement durable • Immigration et relations ethnoculturelles • Jeunes • LGBT • Santé et services sociaux • Solidarité internationale. Si ces enjeux vous touchent, la soirée intercomités du CCMM-CSN sera une excellente occasion de mieux connaître les actions politiques menées par les comités.

 
 
L'Université de Montréal n'entend pas à rire avec Gilligan

L'Université de Montréal n'entend pas à rire avec Gilligan, le capitaine, le millionnaire, son épouse, la jolie star et leurs amis. Depuis bientôt deux ans, les avocats de l'Université de Montréal se démènent devant la Cour supérieure pour protéger la réputation des dirigeants de l'établissement. Ils veulent obtenir une injonction qui interdira désormais à un syndicat étudiant de dénigrer le recteur et les membres de la direction, notamment en les comparant aux personnages de la série Les joyeux naufragés. Le service juridique de l'université demande aussi à la cour de forcer chaque exécutant du syndicat qui était en place lors de l'acrimonieuse négociation syndicale de 2015 à verser 3000 $ en dommages. Une punition pour leur comportement jugé irrespectueux.

Lire la suite du texte de La Presse.

 
 
Le Collectif 8 mars avec Philippe Couillard et Hélène David : une rencontre cordiale, mais les femmes attendent des gestes concrets

À l’occasion de la Journée internationale des femmes, les membres du Collectif 8 mars ont rencontré vendredi le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et la ministre responsable de la Condition féminine, Hélène David, afin de leur présenter les huit revendications du 8 mars 2018. Elles ont ainsi fait entendre la voix des 700 000 femmes qu’elles représentent pour demander des engagements fermes en matière d’égalité entre les sexes, tout en respectant l’analyse différenciée selon les sexes. Cette rencontre était une première entre le Collectif et un chef libéral, contexte préélectoral oblige. Celui-ci a d’ailleurs affirmé qu’une telle rencontre entre un premier ministre ou une première ministre du Québec et le Collectif 8 mars devrait être une tradition. Le Collectif a notamment demandé au gouvernement de s’engager à mener une véritable offensive contre les violences envers les femmes.

Lire la suite.

Vidéo : Féministe tant qu’il le faudra.
Les femmes de la CSN affichent leur féminisme.
FTQ : Une double action pour dénoncer les injustices envers les femmes.

 
 
Discrimination salariale envers les femmes : le gouvernement ne reconnaît pas le problème dans les collèges

Malgré une ultime tentative du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) de régler les plaintes en équité salariale déposées en 2011, avec la collaboration de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et d’autres syndicats, le gouvernement fait encore faux bond. Depuis décembre dernier jusqu’au début de cette semaine, tous les efforts ont été déployés pour tenter de convaincre le Secrétariat du Conseil du trésor (SCT) de s’assoir avec le SPGQ et d’autres syndicats pour régler les plaintes du premier exercice de maintien de l’équité salariale. «En dépit des demandes de la CNESST à cet effet, le SCT refuse même de s’assoir pour en discuter», déplore Richard Perron, président du SPGQ.

Lire la suite.

 
 
Manifestation des brigadiers scolaires de Montréal devant le quartier général du SPVM

Une centaine de brigadiers scolaires de Montréal ont manifesté, mardi matin, devant le quartier général du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), leur employeur. Ces employés sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2015, soit plus de 26 mois. Ils ont réclamé la conclusion rapide d’une nouvelle convention collective qui améliorera leurs conditions de travail. À défaut de cela, ils intensifieront leurs moyens de pression. Ceux d’entre eux à statut permanent et temps plein gagnent présentement environ 13 000 $ par année en revenu de travail. Ils réclament un rattrapage salarial qui les rapprochera de la moyenne des autres brigadiers scolaires du Québec.

Lire la suite.

 
 
Encore une annonce à la pièce en petite enfance!

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) auraient souhaité qu’avec l’annonce de mardi le ministre Luc Fortin réponde aux besoins des familles en mettant vraiment fin à la dérive vers le privé et en misant sur la qualité du réseau public de services éducatifs à la petite enfance, tant en CPE qu’en milieu familial régi et subventionné. Du même souffle, en pleine période des impôts, la vice-présidente de la CSQ, Sonia Éthier, et la présidente de la FIPEQ-CSQ, Valérie Grenon, sont d’avis que le ministre Luc Fortin aurait pu profiter de l’occasion pour mettre fin à la modulation des tarifs et aux crédits d’impôt, deux mesures dénoncées à maintes reprises par l’ensemble des acteurs en petite enfance. Même si le ministre Luc Fortin a annoncé plusieurs places en CPE, les leaders syndicales dénoncent que 300 places annoncées soient accordées aux garderies privées subventionnées.

Lire la suite.

 
 
Conflit de travail évité dans les bibliothèques de Québec

Le syndicat des travailleurs des bibliothèques de Québec s'est finalement entendu avec l'employeur pour un nouveau contrat de travail. En février dernier, les employés avaient voté à 90 % en faveur de la grève. Ils réclamaient notamment des bonifications salariales et de leur régime de retraite. Par la suite, des séances de négociation ont eu lieu avec l'employeur, l'Institut Canadien de Québec (ICQ), ce qui a permis d'en arriver à une entente. Les quelque 200 travailleurs du réseau des bibliothèques devront se prononcer sur la nouvelle convention collective d'ici 2 semaines.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
Rémunération des médecins : La CSN réclame un débat immédiat

Pour la CSN, une réflexion en profondeur sur le mode de rémunération des médecins doit s’enclencher de toute urgence. Une nouvelle étude rendue publique mercredi, pilotée par des experts du secteur, révèle en effet que la hausse importante de la rémunération des médecins n’a pas entraîné les effets souhaités, notamment l’amélioration de l’accessibilité aux soins. «Ce qui nous scandalise, c’est qu’en dépit d’une hausse très importante de la rémunération, on voit une stagnation généralisée voire une diminution dans certains secteurs de la quantité de soins prodigués par les médecins», réagit le vice-président de la CSN, Jean Lacharité.

Lire la suite.

Pétition sur le mode de rémunération des médecins au Québec : les aînés ont l’audace de lancer le débat.
Les associations d’aînés préoccupés pour les services de proximité.

 
 
Familles au cœur de l'élection : la grande illusion

En octobre 2018, nous élirons un nouveau gouvernement à Québec. Tous les partis sont en mode grande séduction et peaufinent leur image de marque autour de la famille, un thème récurrent en période électorale. Mais plusieurs nient le problème de fond dont on a des échos ces jours-ci dans le cadre de la Journée internationale des femmes : les parents peinent à conjuguer leurs obligations familiales et professionnelles. Par exemple, des annonces à la pièce comme les changements au Régime québécois d’assurance parentale des libéraux ou le véritable piège pour les femmes contenu dans les bébés bonus de la CAQ nous situent encore loin d’un nécessaire plan global en matière de conciliation famille-travail-études. L’écran de fumée qu’utilisent ces partis est encore moins crédible si l’on considère que la réduction d’impôts et le démantèlement de l’État social sont inscrits dans leur ADN.

Lire la suite du billet sur le blogue de Véronique de Sève.

 
 
Lock-out à l’Aluminerie de Bécancour : Appui financier de 30 000 $ des travailleurs d’Alcoa–CSN de Baie-Comeau

Le Syndicat national des employés de l’aluminium de Baie-Comeau (CSN), qui représente 650 travailleurs, versera un montant de 30 000 dollars en guise d’appui aux 1030 travailleurs de l’usine ABI, mis en lockout le 11 janvier. Il s’agit de l’un des dons les plus importants octroyés ces dernières années à des travailleurs en conflit. «Avec cet appui financier, nos membres ont voulu démontrer leur solidarité avec les travailleurs d’ABI, en les aidant durant cette période difficile, a déclaré Michel Desbiens, président du syndicat CSN. Les travailleurs de Baie-Comeau se sentent aussi concernés par les enjeux qui touchent les travailleurs d’ABI sur les questions touchant le régime de pension et l’attribution des postes par ancienneté. Nous leur souhaitons un retour rapide de l’employeur à la table de négociation.»

Lire la suite.

La CSQ solidaire des travailleuses et travailleurs d’ABI.
Relations de travail au Port de Montréal: deux règlements importants et un mauvais employeur.

 
 
Les syndicats de l'éducation célèbrent le militantisme des femmes à l’occasion de la Journée internationale des femmes 2018

Le 8 mars 2018 figurera peut-être dans les livres d'histoire comme la première célébration de la Journée internationale des femmes après le «soulèvement mondial pour les droits des femmes» qui a débuté en 2017. Le 21 janvier 2017, six millions de personnes dans plus de six cents villes sur tous les continents sont descendues dans les rues dans le cadre des «marches des femmes». La montée du conservatisme et du leadership politique de droite dans de nombreux pays, et une régression des droits humains durement acquis à travers le monde ont été des facteurs déterminants qui ont poussé les femmes à s'organiser, à protester et à résister. Durant les six derniers mois de 2017, la mobilisation s’est concentrée sur la campagne #MeToo devenue virale sur les réseaux sociaux.

Lire la suite.

Les syndicats algériens œuvrent en faveur d’une meilleure égalité des genres.
Royaume-Uni : le personnel de l'enseignement supérieur concentre ses efforts pour protéger les prestations sociales et des retraites décentes.

 
 
Monde de l’éducation
 
 
Déguisés en médecins, les futurs enseignants demandent du financement

Une centaine d’étudiants en enseignement à travers le réseau universitaire québécois se sont réunis devant les bureaux de la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, lundi matin. Ils y ont tenu une action «symbolique» pour revendiquer la compensation financière de leur stage final.

Lire la suite du texte du Soleil.

 
 
Marathon d’édition Wikipédia Femmes + sciences humaines, le 9 mars

Dans l’objectif de contribuer à la production de savoirs en français sur les femmes et le féminisme dans Wikipédia, le Réseau québécois en études féministes organise de nouveau un Marathon d’édition, en collaboration avec le Service des bibliothèques de l’UQAM et l’Association des étudiants et étudiantes des cycles supérieurs en sociologie de l’UQAM, le vendredi 9 mars 2018 entre midi et 18h, à la Bibliothèque centrale de l’UQAM (Local A-M204, Pavillon Hubert-Aquin). Après Art+féminisme en 2017, le thème retenu cette année est les femmes en sciences humaines et sociales.

 
 
Forum L’aliénation parentale : une menace pour les femmes et les féministes, le 26 avril

Le Collectif de recherche FemAnVi, le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) et l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM vous invitent au forum intitulé L’aliénation parentale : une menace pour les femmes et les féministes qui aura lieu le 26 avril prochain à l’UQAM. Les conférencières et conférenciers y feront le point sur le concept d’aliénation parentale et ses manifestations en Europe et au Québec, tout en établissant des liens avec l’antiféminisme. Ce forum réunira des chercheur-es de la France, de la Belgique et du Québec, ainsi que des intervenantes en maison d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale. Inscription gratuite et obligatoire : info@femanvi.org

 
 
Néonicotinoïdes : crise dans un centre de recherche agricole financé par Québec

Des chercheurs et ex-employés du Centre de recherche sur les grains (CEROM) dénoncent un climat de «contrôle», de pressions et d’ingérence à propos de l’épineuse question des pesticides néonicotinoïdes, a appris Le Devoir. En deux ans, la moitié des membres du personnel du centre, financé en majorité par Québec, ont d’ailleurs démissionné. Cinq chercheurs sont au nombre des démissionnaires et une dizaine d’employés. Au total, neuf personnes ont témoigné au Devoir de leur profond malaise avec certains membres du conseil d’administration, qui n’hésitent pas à faire connaître leurs positions pro-pesticides au point de s’ingérer dans les travaux de recherche. Plusieurs ex-employés du CEROM ont tenté d’alerter le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) dès 2013.

Lire la suite du texte du Devoir.

Pesticides : quand le privé administre la recherche publique québécoise.
Québec promet de faire le nécessaire pour assurer l’indépendance du CEROM.

 
 
L’Université de Sherbrooke, l’ÉTS et l’Université Laval lancent le programme CoRoM

Le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) a attribué une importante subvention à une équipe de professeurs-chercheurs de l’Université de Sherbrooke, l’ÉTS et l’Université Laval pour mettre en œuvre CoRoM (Enabling Technologies for Collaborative Robotics in Manufacturing), le tout premier programme canadien de formation universitaire en robotique collaborative. CoRoM vise à former une relève hautement qualifiée en robotique collaborative pour le milieu manufacturier et souhaite favoriser l’accroissement de la représentation féminine en robotique et en ingénierie appliquée.

Lire la suite du texte du Magazine MCI.

McGill veut offrir un diplôme universitaire en cannabis.
Un espace pour les étudiants autochtones à l’Université Bishop’s ?
Couillard voudrait voir plus de Québécois dans les «grandes écoles» en France.

 
 
Des universitaires sont la proie de conférences de qualité douteuse

Des éditeurs de revues savantes trompeuses ou de mauvaise qualité organisent des conférences universitaires aussi lucratives que douteuses.
Et pourtant, certains professeurs ne semblent pas comprendre qu’ils devraient s’abstenir d’y participer. L’année dernière, Eduardo Franco, professeur à l’Université McGill, a été consterné de découvrir que 220 professeurs de son établissement figuraient sur la prétendue liste des «rédacteurs, collaborateurs et conférenciers» ayant contribué aux revues et conférences de l’un de ces éditeurs, OMICS International. M. Franco, titulaire d’une chaire James McGill au sein des départements d’oncologie, d’épidémiologie et de biostatistique de l’Université McGill, explique qu’OMICS a organisé quelque 3 000 conférences de qualité douteuse et publié environ 700 revues dont plusieurs sont dites «prédatrices», selon le terme inventé par Jeffrey Beall, bibliothécaire à l’Université du Colorado à Denver. M. Beall est l’auteur d’une populaire liste virtuelle de fausses revues qu’il dit avoir retirée l’année dernière en raison du harcèlement d’éditeurs prédateurs.

Lire la suite du texte d’Affaires universitaires.

 
 
Les manuels de médecine manqueraient de diversité ethnique

Une étude suggère que les manuels de médecine utilisés largement par les professionnels de la santé en Amérique du Nord ignorent à peu près totalement les minorités de couleur, qui pourraient recevoir ainsi des soins de moins bonne qualité. L'étudiante en sociologie Patricia Louie réalise actuellement à l'Université de Toronto sa thèse de doctorat sur les inégalités dont peuvent souffrir les patients de couleur. Mme Louie demande par exemple comment les médecins peuvent diagnostiquer correctement un cancer de la peau chez une personne noire alors que les manuels présentent presque exclusivement des photographies de patients blancs.

Lire la suite du texte de La Presse canadienne.

 
 
Surpopulation dans les écoles : Non aux solutions qui nuisent aux élèves

Lettre d’appui aux parents d’élèves de cinq écoles primaires visées par la délocalisation planifiée par la Commission scolaires des Laurentides vers des établissements secondaires en 2018-2019, présentée par les membres du comité organisateur du mouvement national Je protège mon école publique, dans le cadre des consultations publiques organisées par la Commission scolaire des Laurentides au sujet de la répartition de la population scolaire. À notre avis, l’objet de ces consultations publiques, bien que d’ordre local, expose un enjeu d’intérêt pour l’ensemble de la société québécoise, et c’est pourquoi nous choisissons d’intervenir. Quand des parents se lèvent pour revendiquer mieux pour leurs enfants, c’est l’ensemble des parents du Québec qui se mobilisent à leurs côté !

Lire la suite.

 
 
La diplomation au Québec décortiquée

Le taux de diplomation s’améliore, mais certains types d’élèves restent plus longtemps que d’autres sur les bancs d’école. Voici les faits saillants d’un rapport tout frais du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur qui met en lumière le défi lancinant du décrochage au Québec. D’abord, les bonnes nouvelles : le taux de diplomation et de qualification augmente. Il s’établissait à 80,1 % en 2015-2016. Mais attention : on calcule désormais ce taux… sept années après le début des études secondaires (études qui durent normalement cinq ans). Pourquoi sept ans ? Parce que le parcours scolaire n’est plus linéaire comme dans le passé. Le chemin vers la «réussite» est plus sinueux. Si on calculait le taux de diplomation et de qualification après cinq ans d’études secondaires, il serait d’à peine 67,4 %. Ça veut dire qu’un élève sur trois n’a pas de diplôme après avoir passé cinq ans à l’école secondaire.

Lire la suite du texte du Devoir.

 
 
L’égalité entre les sexes dès la cour d’école

À la tête du Conseil du statut de la femme depuis un peu plus d’un an, Louise Cordeau a dû faire face à une actualité chargée en matière de lutte contre les discriminations et les violences faites aux femmes. «Quand le mouvement #MoiAussi s’est mis en branle au Québec, au Conseil du statut de la femme, nous n’avons pas été surpris, indique sa nouvelle présidente. C’est une triste réalité, et il a fallu beaucoup de courage à toutes ces femmes pour dénoncer. Nous sommes convaincus qu’en tant que société, c’est important la dénonciation. Mais c’est surtout important maintenant d’être dans l’action.»

Lire la suite du texte du Devoir.

 
 
Monde social
 
 
Ligne de piquetage le 13 mars : Leitao, on voit Rouge pour nos services publics

Le Front régional d'action communautaire autonome (FRACA) invite à une ligne de piquetage animée le mardi 13 mars, à 10h, au 6365 rue de Saint-Vallier (métro Beaubien), où sera théâtralisée la disparition des services publics et des organismes communautaires. En effet, depuis des décennies et plus particulièrement depuis la dernière, il apparaît maintenant clairement que les saccages successifs au filet social visent pour l’essentiel sa disparition… Et si tout cela disparaissait?

 
 
Rencontre sur la maternité, le chômage et la discrimination le 14 mars

Au Mouvement Action-Chômage de Montréal, nous avons débuté un processus de contestation judiciaire dans le but que les femmes ayant bénéficié du Régime québécois d'assurance parentale (RQAP) et qui ont perdu leur emploi par la suite ou durant cette période, ne soient plus exclues des prestations régulières d’assurance-chômage et ce, au nom du droit à l'égalité. Nous désirons réunir des allié.e.s qui souhaitent travailler avec nous pour qu’ensemble nous puissions permettre à ces femmes de recevoir du chômage lorsqu’elles perdent leur travail! Nous vous invitons à une réunion le mercredi 14 mars à 13h30 dans les locaux du Mouvement Action-Chômage de Montréal, 6839 A, rue Drolet, local 304, rencontre qui nous permettra de vous exposer où en est notre recours juridique, ce que nous envisageons de faire par la suite et aussi recevoir vos idées pour que nous puissions solidairement travailler pour faire modifier la Loi sur l’assurance-emploi. Veuillez nous contacter pour nous informer de votre participation par courriel au macmtl@macmtl.qc.ca ou par téléphone à notre ligne directe au 514 271-4800.

 
 
Système judiciaire : des problèmes profonds subsistent pour les victimes d’agression sexuelle

La vague de dénonciation #moiaussi a illustré la perte de confiance des victimes d'agression sexuelle dans le système judiciaire. Une nouvelle étude menée au Québec, dont Radio-Canada a obtenu copie, vient confirmer qu'elles ont raison d'être si méfiantes. Une véritable transformation est nécessaire pour que ces victimes obtiennent justice, selon les chercheurs. Delphine, Marie-Claire, Telia, Margo et Odile ont toutes connu la violence sexuelle sous diverses formes. Leurs témoignages et ceux de 47 autres victimes dressent un portrait peu reluisant du système judiciaire au Québec. Le professeur à la Faculté des sciences de l’Université d’Ottawa Simon Lapierre explique que la recherche a permis de démontrer que la méfiance des victimes est bien fondée. Peu importe le type de violence qu’elles subissent, elles sont mal accueillies par les acteurs du système judiciaire.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
Médicaments d'ordonnance : Les secrets de la nouvelle facture des pharmaciens

Certains médicaments d’ordonnance coûtent une fraction de ce que les pharmaciens exigent en honoraires, révèle la nouvelle facture détaillée que ces professionnels de la santé sont dans l’obligation de vous remettre depuis six mois. Et ce n’est pas la seule information intrigante ou semblant défier toute logique. Dans un exercice sans prétention scientifique, La Presse a réuni près de 50 factures de médicaments d’ordonnance obtenues dans diverses chaînes de pharmacies après le 15 septembre. Notre compilation, qui comprend surtout des médicaments peu onéreux (crèmes pour la peau, gouttes pour les yeux, antibiotiques, anti-inflammatoires, comprimés pour traiter le TDAH), nous a notamment permis de constater que le prix des médicaments d’ordonnance représente parfois moins de 15 % de la facture totale.

Lire la suite du texte de La Presse+.

Deux prix, même pharmacie.
Des coûts d'assurances médicales qui explosent.
Factures détaillées aux assureurs : victoire de Québec contre les pharmaciens.
Facture détaillée : les pharmaciens font appel.

 
 
Dossiers médicaux à vendre

Des médecins affirment que le contenu des dossiers médicaux électroniques de millions de Québécois est parfois exploité à leur insu à des fins commerciales. Le ministre de la Santé déclare qu'il «explore les voies légales» pour lancer des enquêtes. Le contenu des dossiers médicaux électroniques de millions de Québécois est parfois exploité à leur insu à des fins commerciales, a appris La Presse. Des médecins se plaignent d'être incapables d'empêcher les fournisseurs hébergeant leurs dossiers de vendre ou de croiser des données censées rester confidentielles. Ils reprochent au gouvernement de ne pas sévir. Une patate chaude pour les autorités, qui ont livré de nombreux messages contradictoires.

Lire la suite du texte de La Presse.

Données de dossiers médicaux : la Commission d'accès à l'information enquêtera
Infos médicales : des brèches à combler pour garantir la confidentialité.
Qui surveille l'accès aux dossiers médicaux électroniques ?

 
 
Santé : le taux d’assurance salaire a monté en flèche sous Barrette

Depuis le début du mandat de Gaétan Barrette à la tête du réseau de la santé et la mise en place de ses réformes, le taux d’assurance salaire, causé par les congés de maladie, a bondi de près de 24 %. Dans la dernière année seulement, la hausse est de 7,4 %. Voilà ce que révèlent des données du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) transmises au Devoir lundi. Pour la période financière correspondant à la fin de 2017, la plus récente dont les données sont disponibles, le taux d’assurance salaire dans le réseau était de 7,42 %, contre 6,91 % à pareille date l’an dernier et 5,99 % en 2014-2015.

Lire la suite.

 
 
Solide, ambitieux et pertinent : Le RAPSIM se réjouit du nouveau Plan d'action de la ville en itinérance

Le Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM) est globalement très satisfait du Plan d'action montréalais en itinérance 2018-2020 annoncé par la mairesse de Montréal, Valérie Plante. Sous le titre Parce que la rue a plusieurs visages ce plan cadre bien l'approche globale de la lutte à l'itinérance, soit la nécessité de soutenir une diversité d'actions auprès des multiples populations vivant l'itinérance et ce, dans les différents quartiers touchés par le phénomène. Le Plan reconnaît la nécessité d'agir à partir d'une analyse différenciée selon les sexes (ADS+) pour mieux répondre aux besoins des femmes, de même qu'à ceux de populations spécifiques, dont les Autochtones et les personnes à statut précaire. Tout comme le fait la Politique nationale de lutte à l'itinérance adoptée au Québec, et auquel il se réfère, le plan de la Ville reconnaît l'importance pour lutter contre l'itinérance d'agir aussi en prévention du phénomène.

Lire la suite.

Soutien communautaire en logement social : une réponse partielle aux besoins actuels.
Québec débloque 11 millions pour lutter contre l’itinérance.
Deux organismes pour femmes itinérantes crient à l’injustice.
Refuges pour aider les itinérants alcooliques : Montréal va de l’avant.
Autochtones à Montréal : souvent un aller simple vers l’itinérance.
Vagues de froid : comment Montréal, Toronto, Chicago et New York protègent leurs sans-abri.
«Les overdoses sont la pointe de l’iceberg» de la crise des opioïdes.
Dure cohabitation avec les sites d’injection supervisée.
Un programme d’impôts pour les sans-abris bonifié.
La FTQ et ses syndicats affiliés luttent contre l’itinérance.

 
 
#Moiaussi et itinérance : le témoignage d’Émilie

La dernière production des Alter Citoyens, Émilie, est le témoignage courageux d'une jeune femme qui a connu l'itinérance. C'est aussi un court-métrage qui s'inscrit dans la foulée du mouvement #Moiaussi et qui vise à libérer la parole. Émilie a été rencontrée dans le cadre d'une recherche participative dont l'objectif est de rendre visible l'itinérance au féminin.

Visionner la vidéo.

 
 
Des villes de plus en plus inégalitaires
J’ai découvert en tombant sur un article (très mal traduit) du Huffington Post l’existence d’un groupe de recherche interuniversitaire qui travaille depuis 2004 sur les inégalités dans les villes au Canada. Une de leur plus récente publication dresse, à partir des données du recensement de 2016, un portrait préoccupant des grandes métropoles canadiennes. Le constat principal de leur étude est que les villes canadiennes sont de plus en plus polarisées : on y trouve de plus en plus de pauvres et de riches, mais de moins en moins de gens de la classe moyenne.

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

 
 
Uber : économie du partage ou capitalisme sauvage ?
Quelle place occupe l’économie du partage? Quelle place lui faire? Quel cadre adopter pour en réglementer les activités? Voilà autant de questions sur lesquelles devra se pencher le groupe de travail nommé par le gouvernement du Québec le mois dernier. Il faut bien évidemment se réjouir de la formation d’un tel comité. Jusqu’ici, Québec donnait l’impression soit de ne pas saisir les transformations en cours ou de simplement se ranger du côté des géants de cette « nouvelle » économie au nom de l’ouverture à l’innovation. Ce que l’on peut espérer, pour la suite, est de pouvoir mieux distinguer ce qui relève d’une véritable économie du partage – ou économie collaborative – et ce qui n’est en fait qu’une remise à neuf d’un capitalisme des plus sauvages. Dans cette voie justement, deux études récentes offrent un éclairage peu reluisant de l’impact d’Uber, une des entreprises qui a incarné, souvent pour le pire, l’économie du partage depuis quelques années.

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

 
 
Le REÉR : un portrait du régime et de ses cotisants

À chaque début d’année, aux mois de janvier et février, les institutions financières multiplient les démarches pour que les particuliers investissent dans les Régimes enregistrés d’épargne-retraite (REÉR). Jadis réservés à une catégorie spécifique de la population ne disposant pas de régimes complémentaires, soit les travailleurs autonomes, les REÉR constituent aujourd’hui un produit populaire. Ils ont pris une importance croissante dans les portefeuilles des ménages et alimentent un segment non négligeable des activités du secteur financier au Québec. Mais que sait-on de ces produits financiers et de ceux et celles qui y cotisent ? À quelles couches sociales ces produits bénéficient-ils le plus ? C’est à ces questions que le présent Bulletin de l’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC) cherche à répondre.

 
 
Intervention de la LDL à la Commission de sécurité publique de Montréal

Nicole Filion est intervenue, le 27 février, dans le cadre d’une séance de la Commission de la sécurité publique pour faire part des préoccupations de la Ligue des droits et libertés (LDL) quant aux pratiques du SPVM, notamment à la suite du récent jugement de la cour supérieure ayant condamné la Ville de Montréal dans une poursuite intentée par Francis Grenier. Dans son intervention, Nicole Filion a questionné Martin Prud’homme et Alex Norris sur les suites qui ont été données concernant les pratiques policières inacceptables mises en lumière par ce jugement, ainsi que sur les directives qui ont été formulées depuis.

 
 
Revue de la LDL maintenant en ligne : Droits et libertés…en mouvance

Le dernier numéro de la revue Droits et libertés est maintenant accessible en ligne. Le dossier principal de ce numéro porte sur les discours sur les droits humains. Pour la LDL, les droits humains sont une référence essentielle pour réaliser une transformation de fond de notre société. Or, dans l’espace public, c’est trop souvent une conception figée des droits humains qui prévaut. Par ce numéro, la LDL souhaite s’attarder aux différents discours qui mobilisent les droits humains dans le contexte politique contemporain.

 
 
Oser faire ce qu'on aime : documentaire sur les métiers non traditionnels pour les femmes

Conçue par la Concertation montréalaise femmes et emplois majoritairement masculins - dont Action travail des femmes fait partie - la vidéo Oser faire ce qu'on aime vise à faire connaître les métiers non traditionnels pour les femmes à travers des témoignages de travailleuses et d'intervenant.es.

Visionner le documentaire.