Infolettre du SCCUQ - 7 septembre 2017 ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏
Header
 
À l'agenda

L’infolettre du SCCUQ est publiée tous les jeudis. Vous y retrouvez des nouvelles du Syndicat, de ses membres ainsi que des milieux syndical, social et de l’éducation.

Activités reliées au SCCUQ :

13 septembre : Épluchette de blé d’Inde et lancement des célébrations du 40e anniversaire du SCCUQ
22 septembre : Date de dépôt pour les projets d’intégration

Activités reliées aux membres du SCCUQ :

Jusqu’au 10 septembre : Caroline Hayeur expose à la Maison de la culture de Longueuil
15, 16 et 17 septembre : Le Super Méga Continental à la place des Festivals
Jusqu’au 15 octobre : Parcours d’art public temporaire KM3

Autres activités :

8 septembre : Grand rassemblement Sortons la Caisse de la bulle du carbone
Jusqu’au 1er octobre : 12e édition montréalaise du concours international World Press Photo
Jusqu’au 2 octobre : Tournée du FRAPRU pour le droit au logement
Jusqu’au 1er novembre : Quatrième édition du Marché fermier de l’UQAM
12 septembre : Lancement de la huitième session d’automne de l’UPop
12 et 13 septembre : Deux journées d’activités pour célébrer les cultures autochtones
14 septembre : Projection du film Ils entendaient des voix
14 septembre : Programmation de l’automne et portes ouvertes au CÉAF
15 et 16 septembre : Festival des solidarités : vivre ensemble
18 et 19 septembre : Vidéos sur les pratiques féministes au Québec et en France dans les années 1970
19 septembre : Lancement de la nouvelle édition du Guide personnel GAM
27 septembre : Engagez-vous pour le communautaire : manifestation nationale à Québec
1er au 7 octobre : Semaine pour l’école publique
19 et 20 octobre : Colloque national en itinérance : Responsabilités collectives et pratiques croisées
6 au 8 novembre : Gender Summit d’Amérique du Nord à Montréal

Messages et documents du SCCUQ :

Politique de prévention et d’intervention en matière de harcèlement psychologique au SCCUQ
Les Syndicats de l’UQAM s’opposent à la construction d’un nouvel édifice de HEC au centre-ville de Montréal
Réflexion du SCCUQ sur la décentralisation des ressources
Réactions du SPUQ au Rapport sur la décentralisation organisationnelle et budgétaire à l’UQAM
Réactions du SPUQ au Rapport sur la décentralisation organisationnelle et budgétaire à l’UQAM (2)

 
 
Entre vous et moi

Le Service de la santé et de la qualité de vie au travail de l’UQAM… On dirait un service qui place le bien-être des employées et employés au cœur de ses préoccupations. La réalité est peut-être tout autre. On y reviendra, mais en attendant nous invitons les personnes chargées de cours qui se sont récemment fait demander, par ce Service, des précisions quant au certificat médical fourni, à entrer en contact avec votre Syndicat.

J’ai perdu un peu de mes illusions. Je ne suis finalement pas lu autant que je le pensais. La cafétéria continue de faire la promotion des bouteilles d’eau en plastique avec son menu du jour alors que de plus en plus d’institutions tentent de les éliminer. Cherchez l’erreur…

Nous vous souhaitons une bonne session d’automne et si vous avez des questions sur vos droits et vos conditions de travail, ne vous gênez pas pour nous contacter ou venir nous voir (local A-R540). On est très recevant.

Richard Bousquet
Vice-président à l’information du SCCUQ

 
 
SCCUQ
 
 
Épluchette de blé d’Inde de la rentrée et lancement des célébrations du 40e anniversaire du SCCUQ : le 13 septembre
Epluchette

Toutes les personnes chargées de cours sont conviées à une épluchette de blé d’Inde, le mercredi 13 septembre, de midi à 14h, dans la cour extérieure du pavillon DS (Carré DeSève). Nous pourrons ainsi nous souhaiter une bonne rentrée et nous profiterons de l’occasion pour procéder au lancement des célébrations du 40e anniversaire du SCCUQ (votre syndicat aura effectivement 40 ans en février). En cas de pluie, l’événement se déroulera au A-M640 (Bar le Département). Nous souhaitons que vous signifiez votre présence à l’événement par courriel à sccuq@uqam.ca d’ici le 11 septembre afin que nous puissions prévoir les bonnes quantités.

 
 
Convention collective modifiée : fin accélérée de la période de probation

Nous commençons cette semaine une nouvelle série de capsules d’information sur les nouveaux articles ou les principales modifications apportées à la convention collective des chargées et chargés de cours à la suite de la dernière négociation.

L’article 11.08 de la convention collective prévoit une nouveauté en matière de probation. Les personnes chargées de cours en probation pourront accélérer la fin de leur période de probation et obtenir ainsi plus rapidement deux charges de cours au premier tour. Alors que sous l’ancien régime la personne chargée de cours obtenait sa fin de probation après avoir assumé six activités d’enseignement de 45 heures ou un nombre d’activité équivalent en heures, sous le nouveau régime la personne chargée de cours pourra demander, si elle le souhaite, à être évaluée pour sa probation après quatre activités d’enseignement à condition qu’il se soit écoulé quatre trimestres. Donc la personne chargée de cours en probation qui a obtenu un cours durant quatre trimestres pourra demander à être évaluée pour sa fin de probation. Toutefois, ceci n’est pas une obligation, et la personne chargée de cours pourra attendre la cinquième activité ou la sixième activité d’enseignement. Il reviendra à la personne chargée de cours de faire cette demande accélérée auprès de son département.

 
 
Appel à témoins concernant les congés de maladie

Quelques personnes chargées de cours se sont récemment fait demander, par le Service de la santé et de la qualité de vie au travail de l'UQAM, des précisions quant au certificat médical fourni. Outre la mention de l’arrêt de travail, on leur a demandé à ce que le certificat spécifie le diagnostic, voire la médication. Le syndicat lance un appel à témoin. Si vous avez été contacté pour un certificat médical dit incomplet, que ce soit récemment ou antérieurement, veuillez nous écrire à l’une des adresses suivantes et nous donner les informations suivantes : • la date de début et de fin de votre congé de maladie • le motif des vérifications faites par l’UQAM.

Robert Drouin, poste téléphonique: 3536, courriel: drouin.robert@uqam.ca
Peggy Roquigny poste téléphonique: 2789, courriel: roquigny.peggy@uqam.ca
Stéphane Daniau poste téléphonique: 4886, courriel: daniau.stephane@uqam.ca

Vous participez à la conception de cours hybrides : faites-nous aussi part de votre expérience.

 
 
Projets d’intégration : prochain dépôt le vendredi 22 septembre

La prochaine date de dépôt pour les projets d’intégration est le vendredi 22 septembre. La trousse d’informations sur les projets d’intégration et le formulaire pour faire une demande de projet d’intégration sont mis à jour. Nous vous invitons à utiliser ces nouvelles versions pour transmettre par courriel votre projet auprès du Comité de liaison local (CLL) de votre unité afin qu’il soit étudié et approuvé. Vous pouvez contacter un membre du Comité mobilisation-intégration (Nathalie Blanchet, poste 2791, Jean Régnier, poste 5609, ou Mariève Ross, poste 8272) si vous avez besoin de plus d’informations.

 
 
Babillard des membres
 
 
L'Université du Québec récompense Louise Champoux-Paillé pour ses réalisations

L'Université du Québec a admis à son Cercle d'excellence, le 31 août, Louise Champoux-Paillé, chargée de cours au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale de l'École des sciences de la gestion. Administratrice de sociétés et ancienne présidente du Bureau des services financiers du Québec, Louise Champoux-Paillé contribue depuis près de 30 ans à améliorer les pratiques au sein des instances de gouvernance des grandes entreprises, à y accroître la présence des femmes et à protéger les investisseurs, en particulier les petits actionnaires et épargnants québécois. Elle milite aujourd'hui pour une révision des processus de recrutement et des modes de rémunération des hauts dirigeants, pour l'adoption d'un système fiscal plus juste et pour l'intégration du développement durable dans la culture des entreprises, peut-on lire sur Actualités UQAM.

 
 
Johanne Clouet vient de publier Décisions judiciaires en matière de garde d'enfants : contribution à l'étude de l'influence des marqueurs identitaires du juge
JClouet

La chargée de cours en Sciences juridiques Johanne Clouet vient de publier le livre Décisions judiciaires en matière de garde d'enfants: contribution à l'étude de l'influence des marqueurs identitaires du juge aux éditions Thémis. L’«intérêt de l’enfant» est un concept fondamental en droit de la famille puisqu’il constitue le critère déterminant dans toute décision qui concerne l’enfant. Le Code civil du Québec énonce, au second alinéa de l’article 33, les facteurs qui doivent servir à le déterminer. Ce livre explore les diverses interprétations qu’il reçoit de la part des tribunaux dans les décisions relatives à la garde des enfants dans un contexte post-rupture, et ce, à la lumière du genre et de l’âge du décideur. S’intéressant au processus cognitif qui préside à la réflexion des décideurs, l’auteure vise à cerner, à travers une analyse interdisciplinaire, les facteurs humains et les forces sociales qui structurent les expériences et qui sont susceptibles d’avoir un impact sur les décisions judiciaires, peut-on lire sur le site de l’UQAM.

 
 
Nathalie Blanchet coordonne les répétitions du Super Méga Continental

Rendez-vous sur la place des Festivals le 15 septembre à 20h, le 16 septembre à 16h et 20h et le 17 septembre à 16h, pour Le Super Méga Continental, une gigantesque danse en ligne contemporaine qui célébrera le 375e anniversaire de Montréal de façon spectaculaire ! Imaginé par le réputé chorégraphe Sylvain Émard, ce projet réunit 375 danseurs amateurs qui se donneront corps et âme dans une œuvre démesurée. Les répétitions de l’événement ont été assurées par la chargée de cours en danse Nathalie Blanchet. À l’issue du spectacle, la place se transformera en piste de danse avec Poirier aux platines lors des représentations en soirée.

 
 
Stéphane Pratte a supervisé l'œuvre du parcours d'art public KM3 installée sur la façade du pavillon Hubert-Aquin

Installé sur la façade du pavillon Hubert-Aquin (A) sur la rue Saint-Denis à l'angle de la rue Sainte-Catherine, le dispositif interactif Formation–Transformations se modifie sous le regard des passants, en fonction des points de vue et des conditions météorologiques. La structure a été réalisée par Anouk Bergeron et Karin Vouillamoz, finissantes du D.E.S.S. en design d'événements, dans le cadre du cours-atelier Mur brun: paroi du pavillon Hubert-Aquin, sous la supervision du chargé de cours Stéphane Pratte, de l'École de design. Lancé à l'occasion du 375anniversaire de Montréal, le parcours d'art public KM3 sera en place jusqu'au 15 octobre, peut-on lire sur Actualités UQAM.

 
 
Versement de dividendes : une pratique en croissance aux effets pernicieux, explique Robert Pouliot

Une tendance s'accentue dans le milieu boursier: la distribution de plus en plus de dividendes aux actionnaires. Si les cadres et les actionnaires sortent gagnants de cette pratique, les salariés des entreprises sont les grands perdants, explique le chargé de cours à l'École des sciences de la gestion Robert Pouliot, lors d'une entrevue avec Jean-Sébastien Bernatchez, à l’antenne de Radio-Canada. Les entreprises décident de plus en plus souvent de redistribuer une partie de leurs profits aux actionnaires afin d’attirer des investisseurs institutionnels, souligne Robert Pouliot : «Il est devenu important de verser des dividendes de plus en plus élevés parce que les taux d’intérêt étaient tellement faibles que les actionnaires cherchaient à améliorer la rentabilité de leurs investissements.» Selon le cofondateur de la Coalition pour la protection des investisseurs, cette pratique se fait toutefois au détriment des salariés de ces entreprises.

 
 
L’éventualité d’une inondation n’était pas une préoccupation explique Sebastian Weissenberger

La tempête Harvey et les pluies torrentielles de la mousson ont provoqué des inondations catastrophiques aux États-Unis et en Asie du Sud-Est. Est-ce une fatalité? Que pourrait-on faire pour mieux gérer cette eau qui nous entoure? Comme Houston, la métropole indienne s'est développée de façon très rapide et chaotique, explique Sebastian Weissenberger, chargé de cours à l’Institut des sciences de l'environnement. «Des villes comme Mumbai, Dakar, Port-au-Prince ou Houston ont connu une croissance démographique rapide au cours du dernier siècle, mais ça s’est souvent fait sans planification et sans prendre en compte le risque climatique», souligne-t-il. Lors de cette période d'urbanisation effrénée, on se préoccupait très peu de l’éventualité d’une inondation. M. Weissberger donne l’exemple de La Nouvelle-Orléans.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
Monde syndical
 
 
Le mouvement syndical fait invalider une disposition centrale de la Loi sur les services essentiels

Dans une décision historique rendue le 31 août, le juge Pierre Flageole, du Tribunal administratif du travail, déclare constitutionnellement inopérant l’article 111.10 du Code du travail qui fixe les pourcentages du personnel à maintenir durant une grève dans le secteur de la santé et des services sociaux. Le tribunal donne un an au gouvernement du Québec pour revoir cette disposition des services essentiels. Ce recours avait été lancé par des syndicats du réseau public de la santé et des services sociaux affiliés à la CSN et au SCFP, alors qu’ils se préparaient à faire la grève à l’occasion des négociations en front commun de 2015.  Cette décision s’inscrit dans la foulée de l’arrêt de la Cour suprême dans Saskatchewan Federation of Labour c. Saskatchewan, ou «l’arrêt Saskatchewan».

Lire la suite.

 
 
Consultations à Montréal : la CSN prône la distribution du cannabis par un organisme étatique

Pour la Confédération des syndicats nationaux (CSN), l’État québécois doit prendre en charge la distribution du cannabis afin d’en assurer un commerce responsable et de contrôler tous les leviers permettant d’atteindre les objectifs gouvernementaux en termes de santé et de sécurité publiques. La CSN présentera son mémoire sur la question vendredi matin, de même que le Syndicat des employé(e)s de magasins et de bureaux de la SAQ (SEMB–SAQ), à l’occasion de la consultation publique sur l’encadrement du cannabis. «À notre avis, le défi du gouvernement est de trouver un mécanisme de régulation capable de minimiser les principaux problèmes sociaux et de santé associés à l’usage du cannabis tout en neutralisant l’action du crime organisé sur ce marché», explique le président de la CSN, Jacques Létourneau.

Lire la suite.

Légalisation du cannabis : un casse-tête pour l’université.

 
 
Rapport sur l’avenir du Collège régional Champlain : la CSN déplore que l’avenue de l’indépendance des trois campus soit écartée

La Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ–CSN) et la Fédération des employé-es de services publics (FEESP–CSN) déplore que l’indépendance des trois campus constituant le Collège régional Champlain ait été complètement écartée par le rapport Birnbaum présenté plus tôt cette semaine par la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David. Néanmoins, pour les représentants du personnel des campus de Saint-Lambert et de Saint-Lawrence, le rapport a certains mérites. Il démontre notamment une bonne compréhension des problèmes qu’ils vivent au quotidien et il identifie, avec justesse, que la solution passe par davantage d’autonomie. La CSN salue le travail réalisé par David Birnbaum qui a pris le temps d’écouter et de rencontrer tous les intervenants qui le désiraient. «Quant à nous, les propositions ne vont pas assez loin, explique la vice-présidente de la FNEEQ–CSN, Nicole Lefebvre. Le rapport dresse pourtant un portrait assez juste des enjeux et identifie le renforcement de l’autonomie de campus comme une piste de solution. Mais en maintenant une structure bureaucratique pour chapeauter les trois campus, il y a un risque certain de rater la cible.»

Lire la suite.

 
 
Lettre à Hélène David : Où en est la création du Conseil des universités?

Le 2 septembre 2017 marque l'anniversaire du lancement de la consultation publique par le ministère de l'Enseignement supérieur sur la création d'un Conseil des universités (CU) dont les travaux devaient débuter avec l'actuelle rentrée universitaire, tel que vous l'annonciez publiquement en juillet 2016. Saluant cette initiative, qui répondait à une revendication de longue date, la Fédération québécoise des professeures et professeurs d'université (FQPPU) s'est ardemment engagée dans ce processus. Notre déception est grande aujourd'hui, puisque nous déplorons encore l'absence de cette instance dont le réseau universitaire québécois a cruellement besoin.

Lire la suite de la lettre du président de la FQPPU.

 
 
Projet de loi no 144 sur la gratuité des services éducatifs et l’obligation de fréquentation scolaire : Étape importante vers l’égalité des chances, selon la CSQ

Puisque tout le monde mérite une chance égale d’écrire son avenir, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) considère que le projet de loi no 144 est une étape importante pour garantir l’accès à l’éducation publique gratuite aux enfants sans-papiers. C’est ce qui ressort, entre autres, du mémoire présenté aujourd’hui par la présidente de la CSQ, Louise Chabot, à la Commission de la culture et de l’éducation, à l’Assemblée nationale. Louise Chabot rappelle: «Nous avons dénoncé à maintes reprises le fait que de nombreux enfants sans-papiers ne pouvaient se prévaloir de leur droit à une éducation publique gratuite. C’est donc une bonne nouvelle que le gouvernement agisse enfin en ce sens, même s’il est regrettable que cela n’ait pas été fait avant.»

Lire la suite.

 
 
8e Semaine pour l’école publique : Philippe Laprise est le nouveau porte-parole
8Semaine

La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) annonce que l’humoriste et comédien Philippe Laprise sera le nouveau porte-parole de la Semaine pour l’école publique (SPEP), qui aura lieu cette année du 1er au 7 octobre 2017, sous le thème de l’alphabétisation. Philippe Laprise prend ainsi le relais de la comédienne et auteure Claire Pimparé, qui agissait à titre de porte-parole depuis la première année de la SPEP en 2009. Aux yeux de la FAE, Philippe Laprise incarne avec brio le succès que génère l’école publique, une école qui se veut accessible et qui accueille tous les élèves, peu importe leurs différences.

Lire la suite.

 
 
Consultation sur l’assurance-emploi : les centrales syndicales demandent un meilleur accès à la justice pour tous

Invitées à des consultations publiques sur le Tribunal de la sécurité sociale du Canada (TSS), la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) demandent au gouvernement de Justin Trudeau de garantir l’accès à la justice pour tous en rendant le processus de contestation des décisions à l’assurance-emploi plus humain, plus juste et plus efficace. La proposition des centrales syndicales, déposée dans le cadre des consultations gouvernementales de cet été, s’articule autour de quatre thèmes: la révision administrative, la composition et le fonctionnement du TSS, les délais et la publication des décisions.

Lire la suite.

 
 
Les cols blancs de Montréal lancent une campagne d’envergure contre Denis Coderre et son administration

Une nouvelle campagne d’affichage prend la Ville de Montréal d’assaut cette semaine pour dénoncer le manque de respect de l’administration envers des milliers de ses salariés qui ont vu leurs conditions de travail reculer dernièrement. En tentant de rayer du vocabulaire la notion des horaires flexibles pour les cols blancs (SCFP 429), la Ville de Montréal fait reculer de près de 40 ans les conditions de travail de milliers de personnes, des femmes en majorité.

Lire la suite.

Suspension d’un conseiller municipal de Saint-Jean-sur-Richelieu : le SCFP salue la décision de la Commission municipale du Québec.
Un syndicat CSN au Géoparc de Percé.

 
 
Objectif Emploi : la déshumanisation des personnes assistées sociales

En janvier 2016, après avoir reçu de nombreux témoignages d’employés du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MTESS) qui appliquent quotidiennement la Loi sur l’aide aux personnes et aux familles, le SFPQ déposait un mémoire concernant les changements en cours au MTESS. Ce mémoire n’a pas été présenté en Commission parlementaire parce que le gouvernement a refusé d’entendre le SFPQ. Ce dernier a préféré faire la sourde oreille face aux critiques justifiées des groupes à l’endroit de sa réforme. C’est même en catimini, en pleines vacances d’été, qu’il a fait paraître le Projet de règlement sur la Loi sur l’aide aux personnes et aux familles (chapitre A-13.1.1) dans la Gazette officielle. Ce projet de règlement confirme les appréhensions du SFPQ. Ses membres subiront encore le contrecoup des mesures de déshumanisation du travail et de sous-traitance des services publics. En outre, ils porteront l’odieux d’en appliquer les modalités discriminatoires par lesquelles des personnes démunies se verront privées d’une aide financière pleine et entière si elles ne répondent pas aux exigences irréalistes du programme Objectif Emploi.

Destination pauvreté : le RAPSIM dépose un mémoire sur la Loi 25.

 
 
Pour un régime public et universel d’assurance médicaments

Au départ, la création d’un régime hybride (public-privé) d’assurance médicaments a permis d’améliorer la situation d’un grand nombre de personnes au Québec. Cependant, cette configuration publique-privée génère de graves injustices. De fait, la couverture diffère selon l’endroit où l’on travaille et si l’on travaille ou pas! Pire encore: les coûts liés au régime actuel explosent. Dans les milieux de travail où un régime d’assurances collectives existe, la couverture relative aux médicaments est de plus en plus dispendieuse. Dans certains cas, la situation est carrément insoutenable au plan financier! La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et le Congrès du travail du Canada (CTC) demandent la mise en place d’un régime public et universel d’assurance médicaments.

Lire la suite.

 
 
Philippines : soutien international croissant en faveur des enseignants et étudiants Lumad qui se battent pour leur droit à l’éducation
Philippines

Les syndicats d’enseignants continuent à montrer leur solidarité au niveau mondial et répondent à l’appel de l’Internationale de l’éducation (IE) leur demandant d’agir et de condamner les attaques permanentes dont sont victimes les écoles, les enseignantes, enseignants et les communautés Lumad aux Philippines. Les membres de l’IE de toutes les régions du globe unissent leur voix en solidarité et ont publié des lettres de protestation et condamné publiquement la situation depuis le 26 juillet, lorsque l’IE a demandé à ses organisations membres de condamner le harcèlement incessant et les attaques dont sont victimes les étudiant(e)s, les enseignant(e)s et les défenseurs/euses des droits humains des communautés indigènes Lumad dans l’île méridionale de Mindanao, aux Philippines. L’IE a été informée de ces attaques de type militaire et paramilitaire par son membre philippin, l'Alliance of Concerned Teachers (ACT).

Lire la suite.

Sénégal : les dernières élections professionnelles rebattent les cartes du syndicalisme enseignant.
Belgique : limitation de l’impact de la crise politique francophone sur la rentrée scolaire.
Royaume-Uni : les syndicats de l’éducation fusionnent pour former une nouvelle organisation.
Finlande : création d’une institution pour le maintien de normes élevées en matière d’éducation et de culture.
Mexique : une campagne mondiale réclame la justice pour 43 étudiantes et étudiants disparus.

 
 
Monde de l’éducation
 
 
La cour intérieure du Complexe des sciences Pierre-Dansereau accueille le Marché fermier de l'UQAM
CourInterieure

Le Marché fermier de l’UQAM est de retour pour une quatrième édition, du 6 septembre au 1er novembre. En raison d’importants travaux autour du clocher de l’Université, le Marché quitte la place Pasteur, rue Saint-Denis, pour s'installer dans la cour intérieure du Complexe des sciences Pierre-Dansereau, entre le Cœur des sciences et le pavillon Sherbrooke (SH), à deux pas de la Place des Festivals. Tous les mercredis, de 12h à 16h, les étudiants et les employés de l’UQAM, comme les passants, pourront s’approvisionner en produits locaux, frais et diversifiés: légumes, miel, prêt-à-manger, fromages, pain, tisanes, etc. Le nouvel aménagement permettra à l’équipe du Marché d’offrir, chaque semaine, des ateliers et des conférences à l’intérieur des pavillons voisins. Cette proximité avec les pavillons Sherbrooke et des Sciences biologiques (SB) assurera également la tenue du Marché les jours de pluie, peut-on lire sur Actualités UQAM.

 
 
Consentement à l’université : de plus en plus de formations se donnent sur les violences sexuelles

Qu’est-ce que le consentement sexuel? Comment agir si quelqu’un me confie avoir été victime d’agression sexuelle? De plus en plus de gens sur les campus universitaires veulent des formations pour répondre à ces questions. «Je pense que la dernière fois qu’on a eu [un tel engouement pour le sujet des violences sexuelles], c’était quand Nathalie Simard avait brisé le silence», s’exclame Mélanie Sarroino, agente de liaison pour le Regroupement des Centres d’aide et de lutte contre les agressions sexuelles (RCALACS). Au cours de l’année 2016-2017, la demande pour des formations sur les violences sexuelles en milieu universitaire a explosé. Au total, les centres d’aide membres du regroupement ont donné 1992 ateliers sur les campus. Il s’agit d’une augmentation de plus de 400% par rapport à l’année précédente.

Lire la suite du texte du Journal de Montréal.

 
 
Prix de l'IRÉC 2017 : ouverture officielle du concours s’adressant aux diplômés universitaires

Pour une dix-septième année consécutive, l'Institut de recherche en économie contemporaine (IRÉC) remettra au printemps 2018 20 000$ en bourses aux auteurs des meilleures thèses et mémoires ayant mené à l'obtention d'un diplôme dans une université québécoise. Les auteurs ont jusqu’au 30 novembre 2017 à 17h pour soumettre leurs travaux au concours des Prix de l’IRÉC 2017. Le mémoire ou la thèse doit avoir mené à l’obtention d’un diplôme dans une université québécoise avant le dépôt de la candidature. La remise des Prix de l’IRÉC 2017 aura lieu au printemps 2018; la date précise et le lieu de la cérémonie seront divulgués ultérieurement.

 
 
Inégalité scolaire : le Québec dernier de classe ?

La concurrence entre les différents établissements scolaires, ce qu’on appelle le «marché scolaire», s’impose comme la nouvelle norme présidant au destin des écoles québécoises. Que ce soit par le biais de la concurrence faite par les écoles privées aux écoles publiques ou même, de manière plus insidieuse, de la chasse à la «clientèle» qui oppose les écoles publiques les unes aux autres, certains semblent penser qu’une configuration concurrentielle du réseau d’éducation l’aiderait à mieux répondre aux aspirations des élèves. Pourtant, comme le Conseil supérieur de l’éducation le relevait l’an dernier, cette mise en concurrence ne fait que miner la qualité des services offerts à la majorité des jeunes. Dans la présente note socioéconomique, l’IRIS propose de mieux documenter les effets de la concurrence scolaire sur les inégalités au sein de l’école, notamment en offrant une évaluation de l’ampleur du phénomène et conclue que la mixité sociale est un avantage pour tous les élèves sans exception, quelles que soient leurs caractéristiques académiques ou socioéconomiques.

Lire la note socioéconomique de l’IRIS.

 
 
L’alphabétisation au Québec : lever les obstacles, améliorer la reconnaissance

En 2002, le Québec s'est doté d'une politique en éducation des adultes et d'un plan d'action sur 5 ans. L'inscription officielle de la volonté de réduire le taux d'analphabétisme semblait placer le Québec en tête de liste des états proactifs en la matière. Depuis, le plan d'action n'a pas été renouvelé et le financement a connu des hauts et des bas. Malgré tout, le réseau de l'éducation des adultes est toujours fort, et le gouvernement semble prêt à (s')investir dans la cause. Sur le terrain, les services ont souvent souffert de l'insuffisance du financement, mais les groupes populaires d'alphabétisation ont réussi à se maintenir à flots. Jusqu'en décembre 2016, le montant annuel global distribué pour la mission de base de ces groupes était de 12,8 millions. Or leurs besoins exprimés s'élèvent à plus de 22 millions de dollars. Des investissements supplémentaires viendront consolider en partie l'action de ces organismes. On se réjouit également du projet d'une politique sur la réussite éducative, qui devrait contenir des éléments sur l'alphabétisation des adultes.

Lire la suite.

 
 
Université Laval : tourner la page sur une «année difficile»

À l'heure où environ 43 000 étudiants reviennent sur les bancs d'école à l'Université Laval, la nouvelle administration souhaite faire de ce nouveau départ une occasion de tourner la page sur la dernière année où la gestion de crise a fait partie du quotidien. Signe de renouveau, la rectrice nouvellement élue de l’Université Laval, Sophie D’Amours, avait réuni toute son équipe de vice-recteurs, en poste depuis juillet, pour discuter avec les journalistes en vue de la rentrée. Les événements des derniers mois ont rapidement alimenté les discussions. «C’est une grosse année l’année dernière. On a eu les agressions, les événements de la mosquée, on a eu une grève majeure et on a eu des élections. Tout ça a demandé beaucoup d’énergie», a lancé Sophie D'Amours, entourée de ses collègues.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

Initiations : l'Université Laval prête à sévir en cas de dérapages.
Des affiches d'Atalante Québec sur les campus.

 
 
UQAC : un doctorat en création vidéo dans la mire

L'annonce de l'ouverture d'un nouveau studio Ubisoft, à Saguenay, réjouit la nouvelle rectrice de l'UQAC, Nicole Bouchard. Selon elle, cette annonce pave la voie à la mise en place d'un nouveau programme de doctorat en création vidéo. L'UQAC compte actuellement une soixantaine d'étudiants inscrits au baccalauréat en informatique, soixante-dix autres à la maîtrise tandis que le programme de doctorat en compte 23. Ubisoft a annoncé lundi l'octroi d'une enveloppe de 13 M $ sur cinq ans pour assurer la relève, la recherche universitaire et le développement de startups en création vidéo, la mise en place de stages ou de concours universitaires. Mme Bouchard a mentionné au journal Le Quotidien qu'il revient à la région d'aller chercher une partie de cette enveloppe.

 
 
Un institut de McGill veut être à l’avant-garde de la science ouverte

Reconnu à travers le monde, un centre de recherche sur le cerveau de Montréal mène une expérience sur ce qui pourrait être son sujet le plus ambitieux: lui-même. Depuis 2016, l’Université McGill a transformé son Institut et hôpital neurologiques de Montréal en ce qui se vante d’être le tout premier centre de recherche au monde dédié à la science ouverte. La science ouverte est généralement comprise comme un mouvement qui vise à rendre la recherche scientifique et les données disponibles et accessibles aux chercheurs partout à travers le monde.

Lire la suite du texte de La Presse canadienne.

 
 
Bilan 2016-2017 du mouvement Je protège mon école publique

Voici un bilan, mois par mois, des activités du mouvement Je protège mon école publique pour l’année 2016-2017.

 
 
L’Est-du-Québec présent au Conseil supérieur de l'éducation

Le Conseil supérieur de l'éducation a présenté ses 24 nouveaux membres qui siègent à l'une ou l'autre des cinq commissions. Parmi eux, deux membres proviennent de la région de l’Est-du-Québec. Il s'agit de Mme Diane Bélanger, psychoéducatrice à l'école Caron, de la Commission scolaire des Monts-et-Marées, qui siégera à la Commission de l'éducation préscolaire de l'enseignement primaire. Il y a aussi Mme Laurence Galarneau-Girard qui siègera pour la Commission de l'enseignement secondaire. Elle est orthophoniste à la Commission scolaire René-Lévesque et administratrice à la Commission jeunesse Gaspésie−Îles-de-la-Madeleine.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
La recherche, l'autre visage de l'université

Les professeurs d'université sont des chercheurs établis. Beaucoup d'étudiants font aussi de la recherche. À l'évidence, pour vivre dans une société de premier rang, nous devons compter sur un système de recherche du même rang. L'avons-nous? Pas tout à fait. Selon le récent rapport du Comité consultatif sur l'examen du soutien fédéral aux sciences, mieux connu comme le rapport Naylor, nous pourrions faire tellement mieux collectivement. On peut y lire que le Canada ne fait plus partie du groupe des 30 pays qui investissent le plus en recherche. Que le financement de la recherche provenant du gouvernement fédéral a lentement diminué au cours des 15 dernières années, contrairement à tous les autres pays du G7 et aux principaux pays d'Asie. Les professeurs et les étudiants désirant mener des recherches indépendantes ont vu leurs ressources fondre de 35% entre 2006 et 2014.

Lire la suite de la lettre d’opinion de dirigeantes et dirigeant de trois universités.

 
 
Climat : des universitaires veulent mieux organiser les efforts québécois

Réorganiser la structure de commandement pour gagner la guerre: c'est ce que veut faire un groupe d'universitaires dans la lutte que mène le Québec contre les changements climatiques. Soutenus notamment par le scientifique en chef, les experts lancent un processus au terme duquel ils espèrent proposer un nouveau modèle pour coordonner les efforts environnementaux. «Malgré un soutien parmi la population et le monde politique qui est réel, le Québec n'arrive pas à atteindre ses objectifs et à faire face aux défis environnementaux auxquels il est confronté, explique le physicien Normand Mousseau, l'instigateur de l'initiative. Ce n'est pas un problème technologique : c'est un problème politique. Ces problèmes touchent de nombreux secteurs de notre économie et de notre action politique et on n'arrive pas à agir de manière cohérente.»

Lire la suite du texte de La Presse.

 
 
Faire la classe dans la forêt finlandaise

Chef de file reconnu en matière d'éducation depuis des années, la Finlande a décidé de s'attaquer au mode de vie trop sédentaire des élèves. La Liikkuva Koulu, l'école en mouvement, vise à les faire bouger pour qu'ils apprennent mieux, en classe ou en plein air. Comme tous les mardis, Siiri a mis ses petites bottes jaunes en caoutchouc pour se rendre à la garderie. Son imperméable et son petit sac à dos aussi. Le temps est gris et frais pour un mois de septembre. Sa mère l’a donc habillée en conséquence, sachant que la gamine passera une bonne partie de la journée à l’extérieur, dans la forêt.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
Monde social
 
 
Grand rassemblement Sortons la Caisse de la bulle du carbone, le 8 septembre
GrandRassemblement

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) investit une part significative de l’épargne des Québécois(es) dans les énergies fossiles. Ces investissements sont incompatibles avec l’Accord de Paris, avec la science du climat, et avec les droits autochtones. Ils sont aussi de plus en plus risqués alors que la transition énergétique s’accélère, que les énergies renouvelables ont le vent dans les voiles, et que les actifs de combustibles fossiles sont déjà –ou en voie d’être– fortement dévalués. Profitons de la rencontre des experts internationaux sur le climat à Montréal du 3 au 9 septembre pour demander à la CDPQ de retirer ses investissements des énergies fossiles. Un grand rassemblement Sortons la Caisse de la bulle du carbone se déroulera le vendredi 8 septembre à midi devant la Caisse de dépôt et placement du Québec, place Jean-Paul Riopelle, à Montréal.

 
 
World Press Photo à Montréal jusqu’au 1er octobre

La 12e édition montréalaise du concours international World Press Photo se tient jusqu’au 1er octobre, au Marché Bonsecours. On peut y admirer les 152 photos finalistes de la 60e édition du prestigieux concours tous les jours de la semaine de 10h à 22h, en plus des expositions nocturnes jusqu’à minuit les jeudis, vendredis et samedis. Cette année, plus de 5000 photographes de 126 pays ont soumis plus de 80 000 photographies. Des prix ont été remis à 45 photographes provenant de 25 pays. Le prix d’entrée régulier est de 13$.

 
 
L'émergence des pratiques féministes en vidéo au Québec et en France dans les années 1970

Bandes de féministes présente une programmation autour de l'émergence des pratiques féministes en vidéo au Québec et en France dans les années 1970, les 18 et 19 septembre, à la Cinémathèque québécoise, 335, boul. De Maisonneuve Est, à Montréal.

 
 
Campagne «Viser la justice sociale. Récupérer notre trésor collectif»
Campagne

Après des années de politiques d’austérité, le gouvernement Couillard a annoncé un surplus budgétaire de 4,5 milliards $ en 2017. Il s’agit d’un des surplus les plus importants de l’histoire du Québec, réalisé au détriment de la majorité de la population et au prix de l’affaiblissement de son filet social. Malgré l’immense surplus budgétaire, le financement prévu pour les services publics, les programmes sociaux et l’action communautaire autonome demeure largement insuffisant et ne répare même pas les dommages créés par les compressions des dernières années. Les politiques néolibérales amplifient grandement les inégalités sociales. Mobilisons-nous pour sauvegarder et développer notre filet social. Lisez le dépliant présentant la campagne Viser la justice sociale. Récupérer notre trésor collectif.

Lire la suite.

 
 
Contrer l'itinérance autochtone avec un café

Le café de la Maison ronde a trouvé la recette pour faire travailler des autochtones en situation de pauvreté, tout en valorisant leur culture traditionnelle. Le menu proposé est d'inspiration autochtone, préparé par des Inuits ou des personnes des Premières Nations. Selon Charles-Éric Lavery, chef du développement au groupe communautaire L'Itinéraire, les gens évitaient auparavant le square Cabot, à Montréal, où se trouve le café de la Maison ronde. Le coin «était malheureusement très symbolique pour la présence de l'itinérance autochtone». Depuis l'ouverture, en 2015, du café à vocation sociale, l'«impact est assez impressionnant», aux dires de M. Lavery.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
Des capsules sur le droit d'association à venir cet automne
DesCapsules

En juin dernier, la LDL, la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles (TRPOCB) et le Service aux collectivités de l’UQAM publiaient le rapport La surveillance et le contrôle technocratique des organismes sans but lucratif (OSBL): un enjeu de droits collectifs. Cet automne, la LDL continuera à s'impliquer activement sur ce dossier. En effet, les trois organisations prévoient diffuser des capsules démontrant entre autres l'impact qu'ont ces mesures sur la vie démocratique au quotidien. Elles comptent aussi organiser une rencontre avec les groupes sociaux facilitant l’appropriation du rapport de recherche. La LDL entend continuer à suivre l’état de la situation sur les mesures de contrôle de l’État, notamment en ce qui concerne le projet de loi 56 sur le lobbyisme.

Lire l'article d'Actualités UQAM à ce sujet.

 
 
Lancement de la brochure Le racisme systémique… Parlons-en!

À l’aube de la Consultation sur la discrimination systémique et le racisme, la Ligue des droits et libertés annonce la sortie d’une nouvelle brochure Le racisme systémique… Parlons-en!. Cet outil de sensibilisation vise à contribuer à la réflexion sur le racisme systémique et faire connaître des perspectives de luttes pour le combattre. Il propose des réponses à des questions que de nombreuses personnes se posent: Parler de racisme systémique, est-ce dire que l’ensemble des Québécois-es sont racistes? Pourquoi parle-t-on encore de races aujourd’hui? Si les races n’existent pas, peut-on parler de racisme?

Lire la suite.