Infolettre du SCCUQ - 5 octobre 2017 ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏
Header
 
À l'agenda

L’infolettre du SCCUQ est publiée tous les jeudis. Vous y retrouvez des nouvelles du Syndicat, de ses membres ainsi que des milieux syndical, social et de l’éducation.

Activités reliées au SCCUQ :

6 octobre : Date limite pour l’appel de talents musicaux pour le party de Noël
16 octobre : Conseil syndical élargi : rencontre avec les personnes candidates au rectorat
25 octobre au 3 novembre : Enregistrement des candidatures pour le trimestre d’hiver

Activités reliées aux membres du SCCUQ :

Jusqu’au 13 octobre : Le miel urbain du rucher de l’UQAM en vente à la boutique Neoshop
Jusqu’au 15 octobre : Parcours d’art public temporaire KM3

Autres activités :

7 octobre : Journée mondiale pour le travail décent
10 octobre : Rassemblement devant le nouveau CHUM (Saint-Denis et Viger) à midi : les PPP, des milliards gaspillés
11 octobre : Conférence Migration, réfugié.e.s et demandes d’asile, enjeux socio-juridiques
11 octobre : Causerie à la librairie Paulines : L'amour et l'argent
12 octobre : Soirée militante de la LDL sur le revenu minimum garanti
12 octobre : Lancement des courts métrages 2017 du Wapikoni
13 octobre : Lancement du livre Faire partie du monde
14 octobre : Manifestation pour la paix
15 octobre : Une marche de 15 km pour un salaire minimum à 15$!
16 octobre : Femmes pour l'Équité en Théâtre : le show
17 octobre : États généraux du mouvement syndical : On avance!
19 octobre : Débat électoral dans La Petite-Patrie
19 et 20 octobre : Colloque national en itinérance : Responsabilités collectives et pratiques croisées
28 octobre : Manifestation pour une redistribution de la richesse
Jusqu’au 1er novembre : Quatrième édition du Marché fermier de l’UQAM
5 novembre : Élections municipales
6 au 8 novembre : Gender Summit d’Amérique du Nord à Montréal
12 novembre : Manifestation contre la haine et le racisme
23 novembre : Assemblée de discussion sur la proposition de grève du communautaire
7 et 8 décembre
: Colloque Rendre visible l’itinérance au féminin

Messages et documents du SCCUQ :

Politique de prévention et d’intervention en matière de harcèlement psychologique au SCCUQ
Les Syndicats de l’UQAM s’opposent à la construction d’un nouvel édifice de HEC au centre-ville de Montréal
Réflexion du SCCUQ sur la décentralisation des ressources
Réactions du SPUQ au Rapport sur la décentralisation organisationnelle et budgétaire à l’UQAM
Réactions du SPUQ au Rapport sur la décentralisation organisationnelle et budgétaire à l’UQAM (2)

 
 
Entre vous et moi

Dans le cadre de la Journée mondiale des enseignantes et enseignants, le chargé de cours Donald Cuccioletta nous a entretenu sur la nouvelle donne de l’éducation au primaire et au secondaire aux États-Unis sous Donald Trump. La nouvelle ministre américaine de l’éducation tend à favoriser les charter schools. Une grande partie des transferts fédéraux doivent servir à financer ces écoles à charte où les parents ont plus de pouvoir. Résultat, l’école publique a de moins en moins d’argent pour assumer sa mission. Les parents blancs désirent envoyer leurs enfants au privé ou dans une école à charte et les plus pauvres, les noirs et les hispaniques se retrouvent à l’école publique qui a moins de moyens pour assumer sa mission. Et le système d’éducation participe ainsi au racisme systémique. Une captation vidéo de la conférence a été réalisée.

Est-ce qu’il n’y aurait pas un certain parallèle à établir avec la situation québécoise où le gouvernement subventionne l’école privée à plus de 60%. Les parents qui ont les moyens privilégient l’école privée ou encore les projets particuliers dans une école publique. Il reste dans l’école publique montréalaise régulière les enfants pauvres et ceux provenant des communautés ethniques. Est-ce l’objet d’un enjeu électoral ?

Pour ceux qui veulent se faire entendre contre les contrats secrets entre les firmes privées et le gouvernement, le Syndicat des employé(e)s du CHUM vous invite à un rassemblement le mardi 10 octobre, à midi, devant le nouveau CHUM en PPP, à l’angle des rues Saint-Denis et Viger.

Dans le cadre du concours pour concevoir le logo du 40e anniversaire du SCCUQ, quatre personnes chargées de cours ont participé au processus et le comité exécutif a retenu l’œuvre de François Mongeau qui se mérite ainsi un prix de 400$. Toutes nos félicitations.

Richard Bousquet
Vice-président à l’information du SCCUQ

 
 
SCCUQ
 
 
Conseil syndical élargi le 16 octobre : le SCCUQ reçoit les personnes candidates au rectorat de l’UQAM et le syndicat du Collège Stanislas

Le SCCUQ tiendra un Conseil syndical élargi le lundi 16 octobre à 13h à l’hôtel Gouverneur Place Dupuis. Toutes les personnes chargées de cours sont invitées à venir y entendre les personnes candidates au rectorat de l’UQAM, suivi d’une discussion. Il sera également question du conflit de travail au Collège Stanislas où les employées et employés de soutien ont été mis à pied deux jours avant l’échéance de leur convention collective pour faire place à de la sous-traitance. Des points sur les relations intersyndicales et les affaires universitaires sont aussi à l’ordre du jour.

Journée portes ouvertes au Collège Stanislas : les employé-es mis à pied ne se laisseront pas faire.

 
 
Appel de talents : prestation d’un ensemble musical au Party de Noël du SCCUQ au Lion d’Or

Le Comité de mobilisation-intégration est à la recherche d’une, un ou de plusieurs musiciennes ou musiciens (ensemble musical) pour participer au célèbre Party de Noël des chargées et chargés de cours. Cet événement très couru réunit chaque année plus d’une centaine de personnes… Vous souhaitez y mettre votre grain de sel musical? Voici comment:

Ce que l’on cherche
Ces personnes devront assurer une ambiance jazzée à la célébration. Il s’agit, dans un premier temps, de jouer pendant 30 minutes de la musique d’ambiance à l’arrivée des invités et, par la suite, de faire une prestation de 3-4 pièces un peu plus tard dans la soirée. Contrat rémunéré.

Critères d’admissibilité
Être chargée, chargé de cours à l’UQAM ou étudiante, étudiant de l’UQAM
Être disponible le 12 décembre 2017

Comment poser votre candidature ou celle de votre ensemble musical
Faire parvenir une lettre exposant vos motivations à participer à l’événement et vos expériences à Mariève Ross, conseillère au Comité mobilisation-intégration ross.marie-eve@uqam.ca. La date limite pour soumettre une candidature est le 6 octobre 2017.

Pour plus d’informations, veuillez contacter une des conseillères ou le conseiller au Comité de mobilisation-intégration: Nathalie Blanchet (poste 2791), Mariève Ross (poste 8272) ou Jean Régnier (poste 5609).

 
 
Nouvel article de la convention collective : Le congé à traitement différé

Nous poursuivons notre série de capsules d’information sur les nouveaux articles ou les principales modifications apportées à la convention collective des chargées et chargés de cours à la suite de la dernière négociation. La nouvelle convention collective permet à toute personne chargée de cours détenant au moins 25 points de priorité de participer au régime à traitement différé. Cette option s’adresse à des personnes chargées de cours qui ne sont pas en maladie ou en congé parental ou sur le point de prendre leur retraite au moment de l’entrée en vigueur du régime. Le régime permet à une personne chargée de cours d’épargner un certain montant de salaire à toutes les payes pendant 3, 4 ou 5 ans afin de prendre un congé pendant 2 ou 3 trimestres complets consécutifs. Durant ce congé la personne chargée de cours sera payée à même son épargne qu’elle aura accumulée au cours de la période de contribution. Durant la période de congé, la personne chargée de cours reçoit un point trimestre de priorité pour chacun des trimestres de congé. Pour plus de renseignements, veuillez contacter un agent, une agente des relations de travail du SCCUQ.

Capsule précédente : Fin accélérée de la période de probation.

 
 
Appel à témoins concernant les congés de maladie

Quelques personnes chargées de cours se sont récemment fait demander, par le Service de la santé et de la qualité de vie au travail de l'UQAM, des précisions quant au certificat médical fourni. Outre la mention de l’arrêt de travail, on leur a demandé à ce que le certificat spécifie le diagnostic, voire la médication. Le syndicat lance un appel à témoin. Si vous avez été contacté pour un certificat médical dit incomplet, que ce soit récemment ou antérieurement, veuillez nous écrire à l’une des adresses suivantes et nous donner les informations suivantes : • la date de début et de fin de votre congé de maladie • le motif des vérifications faites par l’UQAM.

Robert Drouin, poste téléphonique: 3536, courriel: drouin.robert@uqam.ca
Peggy Roquigny poste téléphonique: 2789, courriel: roquigny.peggy@uqam.ca
Stéphane Daniau poste téléphonique: 4886, courriel: daniau.stephane@uqam.ca

Vous participez à la conception de cours hybrides : faites-nous aussi part de votre expérience.

 
 
Babillard des membres
 
 
Sandrine Ricci participe au dévoilement des résultats de l’enquête ESSIMU pour l’UQAM

Le rapport «Violences sexuelles en milieu universitaire – Résultats de l’enquête ESSIMU pour l’Université du Québec à Montréal» a été dévoilé le 28 septembre. À l'UQAM, 665 personnes parmi les 3 379 qui ont participé à l'enquête ESSIMU rapportent avoir fait l'objet de harcèlement sexuel durant l'année précédant le sondage. Parmi les personnes interrogées, 270 disent avoir subi des comportements sexuels non désirés, incluant des agressions sexuelles. Enfin, une personne sur trois déclare avoir vécu au moins une forme de violence sexuelle depuis son arrivée à l'Université. L'étude a documenté au moyen d'un questionnaire en ligne les manifestations de violences sexuelles dans six universités québécoises francophones, peut-on lire sur Actualités UQAM. «Les résultats pour l'UQAM sont comparables à ceux des cinq autres universités», note la chargée de cours et doctorante en sociologie Sandrine Ricci, membre de l’équipe de recherche ESSIMU.

 
 
Manon Auger publie un livre sur les journaux intimes et personnels au Québec
mauger

«Fondamentalement, les journaux intimes répondent au besoin de s'exprimer, de s'aménager un espace d'écriture où le scripteur puisse évoluer en toute liberté», écrit la chargée de cours Manon Auger dans un ouvrage intitulé Les journaux intimes et personnels au Québec. Poétique d'un genre littéraire incertain. Les théoriciens considèrent le journal intime comme un fourre-tout, un genre sans forme ni enjeux textuels valables et dépourvu de réel intérêt littéraire. En réponse à ce discours réducteur, l'auteure fait la démonstration que le journal intime est un genre littéraire à part entière, en proposant d’en montrer la poétique, tout en dressant un portrait fouillé des journaux intimes publiés au Québec sur presque trois siècles, peut-on lire sur Actualités UQAM.

 
 
France Vanlaethem présente les résultats d'une étude patrimoniale sur les installations du Parc olympique

La chargée de cours France Vanlaethem présentait le 29 septembre les résultats d'une étude patrimoniale portant sur les installations du Parc olympique. Ce mandat avait été confié par la Régie des installations olympiques (RIO) à Docomomo Québec, dont elle est la présidente fondatrice, dans la foulée du rapport déposé en 2012 par le Comité-conseil sur l'avenir du Parc olympique, présidé à l'époque par Lise Bissonnette. Docomomo Québec est l'antenne québécoise, logée à l'UQAM, de Docomomo International, un organisme qui a pour mission de documenter et de sauvegarder le patrimoine moderne, peut-on lire sur Actualités UQAM.

 
 
Andrée-Anne Parent est associée à Ubisoft pour ses recherches

Plusieurs chercheurs de l'UQAM mènent des recherches en partenariat avec des entreprises de jeu vidéo. La chargée de cours Andrée-Anne Parent et le professeur Alain Steve Comtois, du Département des sciences de l'activité physique, sont associés à Ubisoft. Ils s'intéressent à l'utilisation du jeu Shape Up et à son potentiel bénéfique sur la condition physique. Ils ont en outre amorcé une étude sur la pratique de ce jeu vidéo chez les personnes touchées par une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC– asthme, bronchite chronique ou emphysème), peut-on lire sur Actualités UQAM.

 
 
Monde syndical
 
 
Une marche de 15 km le 15 octobre pour un salaire minimum à 15$!

À l’invitation du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM-CSN), venez marcher 15 km le dimanche 15 octobre pour un salaire minimum à 15$! Le départ se fera du métro Lionel-Groulx à 10h. Les gens pourront se joindre à la marche pour un 10km à la Place Émilie-Gamelin à 11h30 ou au Parc Laurier (angle Mentana et Laurier) à 13h pour un 5 km. Il y aura de l'animation à la Place Émilie-Gamelin et au Parc Laurier en attendant les marcheuses et les marcheurs et l'eau sera offerte. Pendant la marche, vous devez prévoir votre eau et votre collation. La marche se terminera au Parc Jarry vers 14h.

Journée mondiale pour le travail décent : halte à la cupidité des entreprises, le monde a besoin d’une augmentation salariale.
Le salaire minimum à 15 $, rien de moins.
La FTQ lance le jeu-questionnaire 15 questions à 15$.

 
 
Manifestation pour une redistribution de la richesse le 28 octobre
Manifestation

La Coalition main rouge, avec l’appui du CCMM-CSN, tiendra une manifestation pour une redistribution de la richesse le 28 octobre à 13h au parc Villeray, coin Jarry et Christophe-Colomb, à Montréal. Malgré l’immense surplus budgétaire, le financement pour les services publics, les programmes sociaux et l’action communautaire autonome demeure largement insuffisant et ne répare même pas les dommages créés par les compressions des dernières années. Les coupes sévères en santé et en éducation ont grandement affecté les services à la population. žLe désengagement envers les services de garde subventionnés a diminué la qualité des services. La modulation des tarifs a appauvri les familles. Les prestations d’aide sociale permettent à peine de couvrir la moitié des besoins de base. Le trop peu de logements sociaux construits chaque année ne peut répondre aux besoins. Les mesures d’austérité ont aussi augmenté la pression sur les groupes d’action communautaire autonome qui souffrent depuis longtemps d’un sous-financement chronique.

 
 
Semaine pour l’école publique : «Savoir, c’est pouvoir!»

La 8e Semaine pour l’école publique (SPEP) a été lancée en présence de plusieurs de ses partenaires qui se sont rassemblés à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). Jusqu’au samedi 7 octobre 2017, la FAE invite la population à célébrer l’école publique et ses succès, mais aussi à affirmer l’importance de l’alphabétisation à tout âge de la vie.

Lire la suite.

 
 
Politique culturelle canadienne : de la poudre aux yeux

Les annonces de la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, au sujet de la nouvelle politique culturelle, mettent à risque l’ensemble de l’industrie culturelle et médiatique au pays. La Fédération nationale des communications (FNC–CSN) tient à exprimer sa profonde déception, en particulier au sujet de la non-taxation des géants du Web (Facebook, Google, etc.) et du soutien aux médias. Il est impossible pour la FNC de se réjouir de l’entente bilatérale de 500 millions de dollars avec Netflix. «Dans la réalité, celle-ci démontre une abdication d’imposer une fiscalité équitable. Le Canada renonce à appliquer les mêmes règles aux entreprises étrangères que celles imposées aux nôtres et brise une promesse électorale importante: lutter contre l’évasion fiscale», affirme la présidente de la FNC, Pascale St-Onge.

Lire la suite.

La Coalition pour la culture et les médias se réjouit de l’annonce de Québec de taxer Netflix et fait le point sur sa rencontre avec la ministre Joly.
La Coalition pour la culture et les médias est déçue par l’incohérence de la vision du gouvernement canadien pour un Canada créatif.
Entente entre le Canada et Netflix : un dangereux précédent.

 
 
Coupe de 100 postes au CIUSSS de la Capitale-Nationale : «Les propos de Barrette sont de la foutaise», selon le président du syndicat

L’article du quotidien Le Soleil de dimanche a fait bondir le président du Syndicat des professionnèles, techniciennes et techniciens de la santé et des services sociaux (SPTSSS–CSN), Danny Roy. En réponse à la dénonciation de la centaine de postes coupés au CIUSSS, le ministre Gaétan Barrette prétend que ces pertes d’emploi n’affecteront aucun employé. Le ministre, avec son style abrasif a encore fait preuve de partisanerie excessive en attaquant le SPTSSS-CSN et en mentionnant que c’est une invention du syndicat. Selon l’article du Soleil, le ministre aurait déclaré: «La quasi-totalité des postes coupés sont vacants, donc il n’y a personne qui perd son emploi. Pour les postes qui ne sont pas vacants, 100 % des gens gardent une position dans le CIUSSS parce que c’est une réaffectation. Il y a exactement zéro personne qui perd son emploi.» «C’est totalement faux, réplique Danny Roy. Les 66 professionnel-les, techniciennes et techniciens qui offrent des services aujourd’hui ne les offriront plus.»

Lire la suite.

Rapport de la protectrice du citoyen : Le nombre de victimes de la réforme Barrette bondit.
Colloque de la FSSS-CSN : Il est temps d’arrêter de jouer à l’autruche et d’agir pour la santé psychologique du personnel.
Fermeture et privatisation de résidences à assistance continue : une dégradation des services et des coûts plus élevés.

 
 
Rapport 2016-2017 du Protecteur du citoyen : la solution passe par l’expertise des services publics, juge le SPGQ

Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) n’est pas surpris de voir que la protectrice du citoyen, Marie Rinfret, fait dans son rapport annuel un constat identique à celui du SPGQ. «Lorsque Mme Rinfret affirme que la correction des dysfonctionnements systémiques et l’anticipation des grandes tendances qui auront un effet sur l’adaptation et le développement des services publics passent nécessairement par une meilleure mise en commun des nombreuses expertises et ressources des services publics, cela ressemble à ce que nous disons depuis des années sur la foi de ce que nous rapportent nos membres», affirme Richard Perron, président du SPGQ.

Lire la suite.

Les pires craintes de la CSQ confirmées.

 
 
La FATA ferme ses portes : des accidentés du travail livrés à eux-mêmes

Les travailleurs accidentés perdent un important soutien dans leur combat pour recevoir des indemnités. Après des décennies d'existence, la Fondation pour l'aide aux travailleuses et travailleurs accidentés (FATA), un organisme sans but lucratif fondé par le syndicaliste Michel Chartrand, met la clef sous la porte. La FATA, c'était un peu le dernier recours, le coup de pouce pour les personnes victimes d'accidents du travail ou de maladies professionnelles, déboutées devant un tribunal administratif. Elles pouvaient ainsi à peu de frais compter sur un représentant, qu'il soit avocat ou conseiller en droits des accidentés, pour faire valoir leurs droits. «C'est carrément imprudent d'aller se pointer seul devant le tribunal», selon Jean-Pierre Parent, un ex-syndicaliste pour GM qui a travaillé pour la FATA pendant plus de 30 ans. L'homme de 73 ans a accompagné des centaines de personnes en cour.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
Vente de PJC À Metro : pour la FC–CSN, il faut assurer la pérennité des emplois

La Fédération du commerce de la CSN, qui représente des travailleurs de chez Metro et de chez Jean-Coutu, entend surveiller de près les suites qui seront données à la transaction, au cours des prochains mois. Le respect des conventions collectives en vigueur et la pérennité des emplois seront notre priorité. «Il est certain que notre souci premier est le respect des conditions de travail de nos membres, explique David Bergeron-Cyr, président par intérim de la FC–CSN. Avec environ 600 pharmacies à son actif et trois centres de distribution, ce nouveau joueur sera peut-être tenté de procéder à des restructurations. Mais nous n’accepterons pas que les travailleuses et les travailleurs voient leurs droits bafoués et qu’on impose le moindre recul à nos membres.»

Lire la suite.

 
 
Syndicat du secteur automobile de l’Estrie – CSN : nouvelle convention collective de 5 ans

Les travailleuses et travailleurs de trois garages de l’Estrie, affiliés à la CSN, ont signé une nouvelle convention collective de cinq ans plus que satisfaisante. Les travailleuses et travailleurs de Dion automobiles, Val Estrie et N-V Cloutier ont entériné cette entente dans une proportion de 97%. Le nouveau contrat de travail comporte beaucoup d’avantages au plan normatif. Pour n’en nommer que quelques-uns: le renforcement des clauses relatives à l’assignation temporaire, l’amélioration du programme de formation et l’aménagement de l’horaire de la semaine de travail.

Lire la suite.

Négociation à la municipalité de Sainte-Thècle : l’entente de principe adoptée à 86 %.
Une belle entente de sept ans pour les cols blancs de Varennes.
Nouvelle convention collective pour les employés cols blancs de Trois-Rivières.
Nouvelle convention collective pour les employés municipaux de Sainte-Élisabeth.
Nouvelle convention collective à Saint-André-d ’Argenteuil.
Le SCFP représentera les cols blancs de Gatineau, sans contrat de travail depuis près de 3 ans.
Les Machinistes concluent une nouvelle entente avec Mettler Toledo.

 
 
Référendum sur l'indépendance de la Catalogne : la CSN dénonce les violences et demande aux États de reconnaître le choix des Catalans

La CSN est profondément indignée par les violences qui ont été perpétrées dimanche envers les Catalans qui désiraient voter à l’occasion du référendum sur l’indépendance de la Catalogne et condamne le refus du gouvernement de l’État espagnol de reconnaître la légitimité de cet exercice éminemment démocratique. «Le droit à l’autodétermination est bel et bien un droit international reconnu que tous les États ont le devoir de respecter, a souligné le président de la CSN, Jacques Létourneau. Nous désapprouvons fermement le mandat qui a été donné aux forces policières par Madrid afin de faire obstruction au référendum et dénonçons l’intervention de la Garde civile espagnole qui a blessé plus de 800 individus, intimidé une grande partie des votants et dérangé le déroulement du scrutin. Ces méthodes, qui rappellent de façon inquiétante l’époque du général Franco, ne sont pas dignes d’un État de droit comme l’Espagne», a-t-il poursuivi.

Lire la suite.

La CSQ dénonce la violence antidémocratique du gouvernement espagnol.

 
 
La FTQ appuie Ottawa qui souhaite éliminer certaines échappatoires fiscales

Dans un mémoire présenté au gouvernement fédéral, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) accueille favorablement les ajustements que propose le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, qui vise à éliminer certaines échappatoires fiscales. «Il s’agit d’un pas dans la bonne direction. Pour la FTQ, c’est une question d’équité; tous doivent payer leur juste part d’impôt et ainsi contribuer à faire de notre société, une société plus équitable», déclare le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

Lire la suite.

 
 
Projet de loi nº 135 sur les contrats informatiques du gouvernement : on vise encore la mauvaise cible croit le SPGQ

Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) déplore le fait qu’il n’ait même pas été invité en commission parlementaire pour commenter le projet de loi no 135, alors qu’il représente les premiers concernés: les analystes en procédé informatique du gouvernement. Le projet de loi prétend vouloir renforcer la gouvernance et la gestion des ressources informationnelles des organismes publics et des entreprises du gouvernement. «Encore une fois, le gouvernement veut nous endormir en ajoutant une couche de gestion pour solutionner un problème connu depuis longtemps, c’est-à-dire son incapacité d’attirer et de retenir les experts dont il a besoin pour reprendre le contrôle de son bordel informatique», déplore Richard Perron, président du SPGQ.

Lire la suite.

 
 
Un régime provincial d’assurance médicaments entièrement public, avec financement du fédéral

La Coalition Solidarité santé salue le dépôt aujourd’hui à Ottawa du rapport du Directeur parlementaire du budget (DPB) sur le coût de création d’un régime entièrement public d’assurance médicaments, et sur les importantes économies pour les finances publiques et pour la population qui découleraient de sa mise en place. Ce rapport du DPB fait suite à une demande du Comité permanent de la santé de la Chambre des communes qui étudie cette question depuis l’an dernier. Bien que le Québec possède son propre régime d’assurance médicaments, la Coalition Solidarité santé rappelle que l’aspect hybride privé-public du régime fait en sorte que les citoyennes et citoyens du Québec paient leurs médicaments 35% plus cher qu’ailleurs dans le monde.

Lire la suite.

 
 
Grève des professeurs de l'Université Laurentienne

Les professeurs de l'Université Laurentienne à Sudbury  sont aux piquets de grève depuis le 28 septembre. Tous les cours enseignés à Sudbury y compris à l’École d’architecture au centre-ville et au campus de Barrie sont annulés. La suspension touche aussi les cours donnés aux universités fédérées Thorneloe, Huntington et l’université de Sudbury, même s’il s’agit de conventions collectives différentes.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
Les clauses de disparité de traitement : enjeux et solutions

Manifestation éloquente de la fin du compromis social d’après-guerre, les «clauses orphelin» sont apparues de manière massive à partir des années 1980 et 1990. Au-delà de l’aspect discriminatoire – bien réel – qu’elles ont établi sur la base de la date d’embauche, elles ont eu pour effet de fragmenter la solidarité des collectifs de travail et de futurs retraités. De plus, l’institution de conditions de travail et de retraite à plusieurs vitesses dans les établissements a accéléré le mouvement de déresponsabilisation des parties prenantes, en particulier des grands employeurs, vis-à-vis du partage de la valeur avec les salariés et les retraités. Le débat sur les clauses de disparité de traitement comporte donc plusieurs enjeux, allant de la solidarité intergénérationnelle aux arbitrages collectifs concernant une répartition juste de la richesse sociale. Des solutions sont sur la table pour répondre à ce problème. Cette édition du Bulletin de la retraite souhaite jeter quelque lumière sur ce débat.

 
 
La Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants s’engage à soutenir les familles immigrées dans les milieux francophones minoritaires

La Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants cherche à faciliter l’intégration des nouvelles arrivantes, des nouveaux arrivants et de leur famille dans les écoles francophones grâce au lancement d’un nouvel outil destiné aux immigrés. En collaboration avec l’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF), la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) a lancé la seconde édition de Voir grand ensemble lors de la Conférence de l’ACELF à Calgary, en Alberta, le 28 septembre. Voir grand ensemble aide les familles immigrées et les enseignant(e)s dans les écoles francophones à faciliter leur intégration via le système éducatif.

Lire la suite.

R-.U.: les syndicats d’enseignants mettent en exergue le besoin de soutenir les étudiants en matière de santé mentale.
Allemagne : un syndicat se penche sur la nécessité d'aborder l'inclusion des personnes réfugiées.
L’éducation de qualité pour les réfugiés toujours à la traîne un an après les engagements pris au niveau mondial.
Les enseignantes et enseignants mexicains organisent la solidarité suite au tremblement de terre.
La voix des enseignantes et des enseignants entendue au Sommet sur l’industrie mondiale de l’éducation.
UNESCO souhaite « craquer le code » pour mettre fin aux disparités de genre dans les STIM.
Rapport de la Banque mondiale sur le développement de l’éducation dans le monde : incomplet et inadapté aux défis.

 
 
Monde de l’éducation
 
 
L'UdeM courtise les étudiants français refusés par leurs universités

Une campagne de publicité de l'Université de Montréal vise à recruter très précisément les milliers d'étudiants de France qui n'ont pas pu être admis dans une université chez eux. «Lycéens, étudiants français, c'est le moment de découvrir les possibilités qu'offre un système universitaire différent, qui s'adapte à la situation de chaque étudiant!» peut-on lire sur le site internet de l'Université de Montréal. Dans une vidéo, une étudiante française vante aussi le «système scolaire très flexible» et «le choix de cours à la carte».

Lire la suite du texte de La Presse.

 
 
Nombre record d'étudiants étrangers à l'UQAC

Cet automne, 1285 étudiants venant de l'étranger sont inscrits à l'Université du Québec à Chicoutimi, une hausse de 24% par rapport à l'an dernier. Sur 6506 étudiants inscrits à l'UQAC, c'est donc un étudiant sur cinq qui vient de l'étranger. Pour la rectrice de l'UQAC, Nicole Bouchard, l'expertise de l'Université pour le recrutement a fait ses preuves. «Ça fait plus de 20 ans que l'UQAC est à l'international», souligne la rectrice, Nicole Bouchard. «On s'est installé dans différents lieux. On a créé des contacts très personnels avec les gens, surtout en France», ajoute-t-elle. L'UQAC compte aussi un record d'inscriptions aux cycles supérieurs avec 1492 étudiants.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
Des chandails orange pour honorer les survivants des pensionnats autochtones

Plus de 1000 personnes ont marché vêtues d'un chandail orange de l'Université Bishop's au Bishop's College School sur l'heure du dîner le 28 septembre. Le but de cette activité est d'honorer les survivants des pensionnats autochtones. Des étudiants et des membres du personnel de l'Université Bishop's, du Collège Champlain et du Bishop's College School se sont rassemblés pour participer à l'événement. Selon Mélissa Poirier, conseillère au support des étudiants anglophones et liaisons communautaires à l'Université Bishop's, une trentaine d'étudiants autochtones fréquentent l'Université Bishop's et plusieurs autres étudient aux établissements participants.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

La médecine et le droit à la portée d'étudiants autochtones.
L'éducation postsecondaire au Nunavut grâce à des partenariats.
L'Université du Québec en Outaouais veut davantage de diplômés autochtones.

 
 
Commotion cérébrale : Kevin Kwasny poursuit Bishop's pour 13,7 M$

La famille de Kevin Kwasny a presque doublé ses demandes et exige désormais 13,7 millions de dollars à l'Université Bishop's pour la blessure subie par le jeune homme lors d'un match de football universitaire, le 11 septembre 2011 contre l'Université Concordia. Le procès entre les deux parties s'ouvrira le 5 octobre à Montréal. De l'aveu de l'avocat Jamie Kagan, du bureau Thompson Dorfman Sweatman LLP, cette poursuite civile est l'une des plus importantes concernant des blessures impliquant un étudiant fréquentant une université canadienne.

Lire la suite du texte de La Tribune.

 
 
Journée mondiale des enseignants : Enseigner en liberté, autonomiser les enseignants
JourneeEnseignant

Le 5 octobre, comme chaque année depuis 1994, la Journée mondiale des enseignants commémore l’anniversaire de la signature de la Recommandation OIT/UNESCO concernant la condition du personnel enseignant (1966) dont le 50e anniversaire a été célébré l’an dernier. La Recommandation de 1966 constitue le principal cadre de référence portant sur les droits et les responsabilités des enseignants à l’échelle mondiale. Cette année, la Journée mondiale des enseignants marque aussi le 20anniversaire de la Recommandation de l’UNESCO concernant la condition du personnel enseignant de l’enseignement supérieur (1997). Cette catégorie de personnel est souvent oubliée dans les débats sur le statut des enseignants.

Lire la suite.

CSQ : Enseigner, une expertise à reconnaître.
Pierre Hébert donne le coup d’envoi de la campagne Prof, ma fierté! de la FSE (CSQ).

 
 
La chercheuse Mona Nemer est nommée conseillère scientifique en chef du Canada

Mona Nemer assume depuis le 28 septembre les fonctions de conseillère scientifique en chef du Canada. Le premier ministre Justin Trudeau et la ministre des Sciences Kirsty Duncan en ont fait l’annonce lors d’une conférence de presse, en compagnie de Mme Nemer et d’Arthur McDonald, lauréat d’un prix Nobel en 2015 et membre du Comité consultatif sur l’examen du soutien fédéral à la science fondamentale. Mme Nemer dirige le Laboratoire de génétique moléculaire et de régénération cardiaque de l’Université d’Ottawa, où elle est professeure titulaire à la Faculté de médecine, et où elle a été vice-rectrice à la recherche pendant 11 ans. «J’accepte ce poste dans le but de faire bouger les choses», a-t-elle déclaré aux journalistes.

Lire la suite du texte d’Affaires universitaires.

L’inculture scientifique mesurée : Entrevue avec Mona Nemer et le Scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion.

 
 
Propos racistes : l'Université de Toronto offre ses excuses à un étudiant

La direction du prestigieux Collège Massey a offert ses excuses à un étudiant noir victime de propos racistes tenus par un professeur. Hugh Segal, qui dirige le collège réservé aux étudiants de troisième cycle de l'Université de Toronto, a promis des changements à la suite de l'incident. Dans un communiqué, Hugh Segal a indiqué que le professeur Michael Marrus avait fait des remarques «blessantes et complètement inappropriées» à l'endroit d'un étudiant.

Lire la suite du texte de La Presse canadienne.

 
 
Saskatchewan : manifestation pour réclamer davantage de financement pour l'éducation postsecondaire

Cinq associations étudiantes de la Saskatchewan se sont regroupées à travers une coalition provinciale pour dénoncer les compressions du gouvernement de Brad Wall dans le secteur de l'éducation postsecondaire. Par ailleurs, une vingtaine d’étudiants se sont rassemblés à Saskatoon, à Regina et Prince Albert pour réclamer que la province revienne sur sa décision de réduire le financement de base accordé aux établissements d'éducation postsecondaire. Le président de l’Association des étudiants de l'Université de la Saskatchewan, David D’Eon, demande au gouvernement de rétablir le financement de 5,6% du budget octroyé aux universités.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
Monde social
 
 
Conférence Migration, réfugié.e.s et demandes d'asile, enjeux socio-juridiques le 11 octobre

L’Association des juristes progressistes (AJP) organise une discussion sur différents enjeux juridiques et sociaux relatifs aux épineux sujets de la migration, des réfugié.e.s et des demandes d'asile le mercredi 11 octobre à 18h à la Librairie l'Euguélionne (1426, rue Beaudry, à Montréal). Avec notamment Denise Otis (conseillère juridique auprès du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés) et Jennie-Laure Sully (Institut de recherche et d'informations socioéconomiques). Participation suggérée de 15$ pour les membres, 25$ non-membres. Inscription obligatoire, places limitées.

 
 
Lancement des courts métrages 2017 du Wapikoni le 12 octobre
Lancement

Les cinéastes autochtones du Wapikoni mobile vous invitent à découvrir les films de la sélection 2017 des courts métrages. Des œuvres originales réalisées dans des communautés autochtones du Canada seront présentées dans le cadre du Festival du nouveau cinéma - FNC, le jeudi 12 octobre à 17h 30 (ouverture des portes à 17h) au Cinéma Impérial (1430, rue de Bleury à Montréal), en présence des cinéastes. Prix du billet en prévente : 10$, prix à l’entrée : 13$.

Lire la suite
 
 
Soirée militante de la LDL sur le revenu minimum garanti le 12 octobre

La LDL lance une série de soirées militantes au cours desquelles ses membres et militant-e-s auront l’occasion de se rencontrer et d’échanger sur des dossiers d’actualité en lien avec les droits de la personne. Ces soirées seront ouvertes aux personnes non membres intéressées par les thématiques abordées ou par la défense des droits de la personne de façon plus générale. La première soirée de cette série portera sur le revenu minimum garanti le jeudi 12 octobre, de 18h30 à 20h30 au Café La Place Commune, 7669 Avenue Querbes, à Montréal. Avec le projet gouvernemental concernant l’introduction d’un revenu minimum garanti, le débat passionné concernant les meilleures formules de garantie de revenu pour assurer la réalisation du droit à un niveau de vie décent est remplacé par un autre questionnement.

 
 
Assemblée de réflexion et de discussion sur la proposition de grève du communautaire, le 23 novembre

Le comité de coordination du Front régional d'action communautaire autonome (FRACA) de Montréal tiendra le jeudi 23 novembre, de 10h à 16h, au 1212 rue Panet, une journée de réflexion et de discussion sur la proposition de la campagne nationale Engagez-vous pour le communautaire de grève/fermeture/interruption de services pour février prochain. Cette assemblée s’inscrit dans le cadre de la consultation en ligne qui se déroulera du mois d’octobre au mois de janvier. Nous souhaitons réunir dans une même salle les groupes des différents secteurs et quartiers pour discuter de cette importante mobilisation.

 
 
Coûts et avantages : la gratuité du transport en commun à Montréal

Depuis quelques années l’idée de rendre le transport en commun gratuit fait son apparition dans diverses municipalités, au Québec comme ailleurs. Cette pratique se veut une manière de revitaliser une municipalité tout en participant à diminuer les gaz à effet de serre (GES) en rendant plus fluide la circulation. Alors que la Ville de Montréal se lance comme défi de réduire de 80% les émissions GES de la collectivité d’ici 2050, les enjeux du transport en commun et du transport actif deviennent prioritaires. Cette fiche socioéconomique de l’IRIS se veut une analyse succincte des conséquences de rendre le transport en commun gratuit pour en faciliter l’accès.

 
 
À qui appartient le choix de la hauteur de la barre ?

La période de consultation sur les règlements relatifs à la mise en place du Programme objectif emploi à l’aide sociale s’est terminée le 12 septembre 2017. Elle s’est conclue entre autres par le dépôt d’un mémoire très documenté des directeur·e·s de santé publique de Montréal et de la Montérégie. Cette intervention, qui a fait les manchettes, indiquait que l’introduction de sanctions aux prestations des primo-demandeur·e·s d’aide sociale qui ne se conformeront pas aux obligations de ce nouveau programme est une mauvaise décision du point de vue de la santé publique. La réaction d’Alain Dubuc à cette prise de position a eu de quoi étonner par son empressement à contrer cet appel, à chercher la faille dans la rigueur évidente de ses auteur·e·s ainsi qu’à ramener l’essentiel du débat à une question d’incitation à l’emploi et de ce qui peut être exigé de personnes qui demandent une aide de dernier recours.

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

 
 
Camarade, quel est ton camp?

Le rythme des élections va bon train. Cet automne, notre attention se porte sur la vie municipale. L’an prochain, les députés de l’Assemblée nationale devront se présenter devant l’électorat pour tenter de renouveler leur mandat. Et en 2019, déjà, ce sera au tour du fédéral. À chaque année son élection, et donc, son flot de promesses, de programmes, de candidat.e.s, de partis... Tout cela est très bien. Mais avouons qu’il est facile de s’y perdre. Une manière de s’y retrouver est de procéder à un travail de clarification des forces en présence. Ce que l’on remarque, c’est que peu importe l’élection, des familles politiques et idéologiques se retrouvent en liste: nous avons les néolibéraux, les conservateurs et, de manière encore marginale, les socialistes. Voici donc un court portrait de ces trois familles.

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

 
 
Le numéro de la revue Droits et libertés portant sur les droits culturels et le droit à la culture est en ligne
NumeroRevue

Le dernier numéro de la revue Droits et libertés est maintenant accessible en ligne! Souvent relégués au second plan dans la littérature sur les droits de la personne, les droits culturels jouent pourtant un rôle capital dans l’épanouissement des individus et des groupes sociaux. On peine à les définir et à en faire une priorité de l’action publique et politique. Ce dossier de notre revue veut initier les prémisses d’une réflexion sur les droits culturels et le droit à la culture.

 
 
Les groupes communautaires cernent le parlement

Quelque 4000 manifestants de la mouvance communautaire venus de partout au Québec ont bruyamment encerclé l'Assemblée nationale le 27 septembre pour crier leurs revendications aux élus: un meilleur financement pour assumer leur mission et la fin des compressions gouvernementales dans les services sociaux. «Depuis 15 ans, la situation des groupes communautaires ne fait que péricliter, dénonce Véronique Laflamme, une des porte-parole de la campagne Engagez-vous pour le communautaire. Dans le dernier budget, alors qu'on avait des surplus records, on n'a même pas indexé le financement des groupes communautaires famille, des groupes communautaires en défense collective des droits, des groupes communautaires en environnement, en éducation...»

Lire la suite du texte du Soleil.

Des milliers de personnes réclament des engagements en faveur de l'action communautaire autonome.
La Table des groupes de femmes de Montréal y était!

 
 
Les groupes en santé et services sociaux interpellent la ministre Charlebois

Les organismes communautaires en santé et services sociaux ont profité du rassemblement du 27 septembre à Québec pour souligner l’insuffisance du 10M$ ajouté au Programme de soutien des organismes communautaires (PSOC). «Le montant ne représente que 1,7% de l’enveloppe actuelle du PSOC. C’est une gifle pour les 3 000 groupes qui ont plutôt besoin de 355M$ de plus dès cette année, s’indigne Hugo Valiquette, de la Coalition des Tables régionales d’organismes communautaires. Encore une fois, la vaste majorité des organismes ne verront aucune amélioration de leur situation et continueront à œuvrer dans la précarité», poursuit-il.

Lire la suite.

 
 
Les groupes écologistes, une espèce menacée au Québec!

Solidaire au coté de l’ensemble des secteurs de l’ACA déjà fort mis à mal, celui de l’environnement est l’un des plus sous-financés: plus aucun financement à la mission en 2016-17 et rien de prévu cette année, ni pour les années à venir. Cette situation alarmante affecte considérablement les groupes écologistes autonomes du Québec qui peinent à poursuivre leur mission, voire ferment leurs portes. Pire. Pour les groupes écologistes, il n’existe même plus de financement par projets: le programme du Fonds d’action québécois pour le développement durable (FAQDD) après 17 ans de fonctionnement n’est pas reconduit cet automne. Plus encore, le fameux Fonds vert où dormaient plus de 2 milliards de dollars et dont on promettait pourtant une part aux groupes écologistes est maintenant essentiellement dédié à l’exploitation des ressources, non à leur protection, allant même jusqu’à subventionner grassement l’expansion et l’exploitation des énergies fossiles!

Lire la suite.

 
 
Plus du tiers des quartiers canadiens à faible revenu se trouvent à Montréal

Au total, 35,8% des quartiers canadiens à faible revenu se trouvent à Montréal. C'est ce qui ressort notamment du rapport «Signes vitaux des enfants» rendu public mardi par la Fondation du Grand Montréal qui brosse le portrait de la pauvreté vécue par les enfants. Le rapport contient à la fois des bonnes et des mauvaises nouvelles. Ainsi, si la pauvreté demeure importante, le filet social l'atténue. «À Montréal, les impôts et les transferts font passer le pourcentage des moins de 18 ans qui vivent en situation de faible revenu de 22% avant impôts et transferts à 14% après impôts et transferts», peut-on lire. Résultat: 11% des ménages sont confrontés à une insécurité alimentaire «modérée ou grave» et chaque mois, 35 000 enfants dépendent des banques alimentaires de Moisson Montréal, Moisson Laval ou Moisson Rive-Sud.

Lire la suite du texte de La Presse.

Les gouvernements criminalisent les sans-abri afin de détourner l'attention de leurs propres échecs.
Crise du logement abordable : le gigantesque défi d’Ottawa.
Point de vue du FRAPRU : Une Régie pro-proprios?
Côte-des-Neiges demande 135 000$ pour embaucher deux travailleurs de rue.
La face cachée de l'itinérance dans Côtes-des-Neiges.
Apprendre la vie après les centres jeunesse.
Les engagements de l'Équipe Denis Coderre pour Montréal en matière d'itinérance.
La cour municipale de Val-d'Or suspend les emprisonnements pour amendes impayées.
Trois-Rivières : Le Centre Le Havre retombe sur ses pieds.

 
 
Journée mondiale de l’Habitat : Québec et Ottawa sommés de mettre fin aux violations du droit au logement
JourneeHabitat

Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) a choisi la Journée mondiale de l’Habitat, célébrée tous les premiers lundis d’octobre, pour conclure dans la métropole sa Tournée pour le droit au logement. L’organisme demande aux gouvernements de mettre fin au mal-logement vécu à Montréal et à travers le Québec. Le thème de la Journée mondiale de cette année, décrété par l’ONU Habitat, est d’ailleurs «Politique du logement – des habitations abordables». Une quinzaine de personnes mal-logées ont pris la parole tout au long de cette audience populaire. Elles y ont donné un aperçu des drames quotidiens vécus dans l’anonymat par quelque 168 200 ménages locataires montréalais qui ont des besoins urgents parce qu’ils vivent dans des logements insalubres, trop chers ou trop petits, selon le FRAPRU.

Lire la suite.

Logement urbain et logement rural: les besoins méconnus de la Rive-Sud.
Manifestation pour le droit au logement le 12 octobre : la Stratégie canadienne sur le logement ne doit pas être un écran de fumée.

 
 
Politique de Défense du Canada : protection et sécurité pour qui?

Dévoilée en juin, la nouvelle Politique canadienne de Défense, intitulée «Protection, Sécurité, Engagement» préconise le renforcement du partenariat Canada-États-Unis et privilégie la voie militaire pour «augmenter la paix et la sécurité dans le monde». Cette Politique de défense prévoit une augmentation du budget militaire de 70% en dix ans, passant de 18,9 milliards en 2016-2017 à 32,7 milliards en 2026-27. Le gouvernement Trudeau aurait cédé aux pressions du président Trump pour que les pays membres de l’OTAN augmentent leurs contributions en vue d’atteindre l’objectif de 2% du produit national brut (PIB). On est en droit de se demander quelle menace pèse tant sur le Canada pour justifier une telle augmentation des dépenses militaires dans un contexte d’austérité, alors que le Canada ne contribue qu’à hauteur de 0,26% à l’aide publique au développement et que les besoins sociaux au pays sont tellement criants.

Lire la suite du texte du collectif Échec à la guerre.