Infolettre du SCCUQ - 13 avril 2017 ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏
Header
 
À l'agenda

L’infolettre du SCCUQ est publiée tous les jeudis. Vous y retrouvez des nouvelles du Syndicat, de ses membres ainsi que des milieux syndical, social et de l’éducation.

Activités reliées au SCCUQ :

24 avril : Assemblée générale statutaire : élections et états financiers
25 avril : Rencontre préparatoire aux États généraux de l’enseignement supérieur
1er mai : Conférence sur la retraite
3 mai : Conseil syndical élargi, rencontre avec les candidates et candidats au rectorat
3 mai : Assemblée annuelle du Régime de retraite des chargées et chargés de cours
5 mai : Prochaine date de dépôt pour les projets d’intégration

Activités reliées aux membres du SCCUQ :

20 avril : Bulletin d’histoire politique fête ses 25 ans, cocktail dînatoire, table ronde et lancement
Jusqu’au 16 avril : Exposition Cyclages, au Musée d’art contemporain des Laurentides
20 mai : Les créations de Julie Bramond au Marché artisanal de la paroisse
14 au 18 août : La 9e École d’été sur l’agriculture urbaine de l’UQAM

Autres activités :

Jusqu’au 7 mai : Exposition 10 000 logements, 10 000 foyers de changement!
20 avril : Lancement de la revue À babord, dossier sur les 50 ans des cégeps
22 avril : Jour de la Terre : marche pour la science
24 avril : Soirée Relations : violences faites aux femmes, le Québec à un tournant?
25 et 26 avril : Journées bilan et perspectives sur la situation des femmes immigrées et racisées
26 avril : Table ronde : aspects de gestion de la propriété intellectuelle du droit d’auteur
26 avril : Spectacle au bénéfice du Centre de prévention des agressions de Montréal
1er mai : Marche de la Fête internationale des travailleuses et des travailleurs
4 mai : La 9e soirée bénéfice de la Ligue des droits et libertés
15 mai : Impacts de l’austérité sur les conditions de vie et de santé des personnes âgées
18 au 20 mai : Les États généraux de l’enseignement supérieur
24 mai : Soirée de célébration du 70e anniversaire de fondation de l’ICÉA
25 mai : Soirée-bénéfice d’Au bas de l’échelle
14 au 17 août : École d’été en pédagogie de l’enseignement supérieur
15 au 17 août : Conférence Réalités LGBTTIQA2S : nos luttes, nos victoires, nos défis!
19 et 20 octobre : Colloque national en itinérance : Responsabilités collectives et pratiques croisées

Messages et documents du SCCUQ :

Les Syndicats de l’UQAM s’opposent à la construction d’un nouvel édifice de HEC au centre-ville de Montréal
Réflexion du SCCUQ sur la décentralisation des ressources
Réactions du SPUQ au Rapport sur la décentralisation organisationnelle et budgétaire à l’UQAM
Réactions du SPUQ au Rapport sur la décentralisation organisationnelle et budgétaire à l’UQAM (2)
Transformation institutionnelle à l’UdeM : le mémoire du SCCCUM
Consultation ministérielle en enseignement supérieur : orientations de la FNEEQ
Mémoire présenté par la CSN (avec la FNEEQ et la FP) sur le projet de création du Conseil des universités du Québec.

 
 
Entre vous et moi

La session se termine sans que les bibliothèques aient augmenté leurs heures d’ouverture et avec l’annonce que le service de courrier interne sera coupé de moitié. On est bien à l’UQAM. Bonne fin de session à toutes et tous.

Richard Bousquet
Vice-président à l’information du SCCUQ

 
 
SCCUQ
 
 
Conférence sur la retraite le 1er mai

La trésorière du SCCUQ, Marie Bouvier, tiendra une conférence sur la retraite le lundi 1er mai de 12h30 à 14h au lieu social du Syndicat, local A-R540. Tous les membres sont invités et trouveront des réponses à leurs questions. Une confirmation est requise car un lunch sera servi. Les personnes intéressées doivent laisser un message au 514 987-3000 poste 3720 d’ici le 27 avril à 17h.

 
 
Conseil syndical élargi du 3 mai : rencontre avec les candidates et candidats au rectorat de l’UQAM

Le SCCUQ recevra les candidates et candidats au rectorat de l’UQAM le mercredi 3 mai, à midi, au DS-M425 (Pavillon J.-A.-De Sève) dans le cadre d’un conseil syndical élargi. Les déléguées, délégués et autres membres présents auront alors l’occasion d’échanger avec les personnes dont le comité de sélection aura retenu la candidature. Les personnes présentes discuteront également des propositions que le Syndicat des chargées et chargés de cours de l’UQAM entend amener au 65e Congrès de la CSN. Les points Rapport des déléguées et délégués et Dons de solidarité sont aussi à l’ordre du jour.

 
 
Assemblée annuelle du Régime de retraite des chargées et chargés de cours le 3 mai

L’assemblée annuelle du Régime de retraite des chargés de cours de l’Université du Québec se tiendra le mercredi 3 mai, à 17h, au lieu social du SCCUQ (A-R540). Il sera question d’administration du régime, de placements et de la désignation des représentants. Un léger goûter (vin et fromages) sera servi. Toutes les cotisantes et tous les cotisants au régime sont les bienvenue.

 
 
Prochaine date de dépôt pour les projets d’intégration : le 5 mai

La prochaine date de dépôt pour les projets d’intégration (plan annuel) est le vendredi 5 mai. Nous vous invitons à consulter ainsi qu’à utiliser le formulaire mis à jour pour transmettre par courriel votre projet auprès du Comité de liaison local (CLL) de votre unité afin qu’il soit étudié et approuvé. Votre CLL assurera la transmission des projets en 8 exemplaires auprès du Comité de liaison institutionnel (CLI), et ce pour le 19 mai.

 
 
La nouvelle convention collective du Syndicat des chargées et chargés de cours de l'UQAM est signée

La Direction de l’Université et les représentants du Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université du Québec à Montréal (SCCUQ), ont procédé le 4 avril dernier à la signature de la convention collective applicable aux chargées et chargés de cours. L’entente de principe avait été signée le 3 février, avant d'être adoptée par l’assemblée générale du syndicat le 17 février. La nouvelle convention collective sera en vigueur jusqu’au 31 décembre 2019.

Voir la photo de l’ensemble des négociateurs sur Actualités UQAM.

 
 
Une convention signée, un nouveau taux de rémunération
Signature

La nouvelle convention UQAM-SCCUQ a été officiellement signée le 4 avril par les membres des deux comités de négociation, le recteur, Robert Proulx, et la présidente du SCCUQ, Marie Blais, en présence d’autres membres de la direction de l’UQAM et du comité exécutif du SCCUQ. Certaines modifications s’imposent quant au taux de rémunération des projets d’intégration et à la participation aux réunions.  À partir du 1er avril, la participation aux réunions et les heures travaillées dans le cadre des projets d’intégration seront rémunérées à 47$ de l’heure. Conséquemment, nous vous demandons de réclamer les heures travaillées avant le 1er avril à 45$/heure et les heures travaillées après le 1er avril à 47$/heure. Les réclamations doivent être faites sur des formulaires distincts pour faciliter le traitement rapide des demandes de payement. Pour plus d’information, vous pouvez contacter les membres du CMI: Nathalie Blanchet, Mariève Ross, Jean Régnier ou Yvette Podkhlebnik, vice-présidente aux affaires universitaires.

 
 
Le bilan du travail effectué par les officières et officiers du SCCUQ pour l’année 2016-2017 est en ligne
SCCUQBilan2017

Le bilan des activités de chaque poste au Comité exécutif ainsi que ceux du Comité des agentes et agents de relations de travail et du Comité mobilisation-intégration pour l’année 2016-2017 est en ligne sur le site du SCCUQ. La version imprimée du SCCUQbil@n, qui inclura le détail des états financiers, sera disponible lors de l’assemblée générale statutaire du 24 avril.

 
 
Élections et états financiers : le SCCUQ tiendra son assemblée générale statutaire le 24 avril

L’assemblée générale statutaire du SCCUQ, servant principalement à l’élection des officiers syndicaux et à la présentation des états financiers, aura lieu le lundi 24 avril à 12h30 au R-M110 (Pavillon des Sciences de la gestion). Les postes en élection pour un mandat de deux ans sont la vice-présidence à la convention collective, la vice-présidence aux relations intersyndicales, le secrétariat général, la trésorerie, deux conseillères, conseillers au Comité mobilisation-intégration (CMI), une agente ou un agent au Comité des agentes et agents de relations de travail (CAART), ainsi qu’une ou un membre aux comités suivants : Comité de surveillance des finances, Comité de perfectionnement et de mise à jour des connaissances, Comité de vérification du double emploi (et une ou un substitut), Comité conseil pour le développement international, Comité institutionnel d’application de la politique internationale, Comité institutionnel de prévention du harcèlement psychologique, Comité institutionnel d’application de la politique en matière d’environnement (et une ou un substitut) et Comité permanent de révision du Règlement no 18 sur les infractions de nature académique (ce dernier poste est pour un mandat de trois ans). Au point trésorerie vous recevrez le rapport de l’auditeur indépendant et les états financiers 2016, les résultats réels comparés au budget 2016, le rapport du Comité de surveillance des finances et une proposition d’affectation au Fonds de défense professionnelle. Les personnes élues au CMI ou au CAART obtiendront 6 libérations (charges de cours) par année, à la V.-P. aux relations intersyndicales, au secrétariat général et à la trésorerie, 5 libérations par année et à la V.-P. à la convention collective, 7 libérations par année. La période des mises en candidature se termine le 19 avril à 12h30. Toutes les personnes chargées de cours sont les bienvenues.

 
 
Bienvenue dans l’univers de l’intégration
SCCUQInt032017-1

Le Comité mobilisation-intégration et la vice-présidence aux affaires universitaires vous proposent une version à la fois ludique et informative du SCCUQ Intégration. • Vous désirez en savoir davantage sur l’intégration? • Vous êtes curieuse ou curieux de découvrir les réalisations de vos collègues et de lire leur témoignage sur l’impact du soutien financier que permet notre convention collective avec les projets d’intégration? • Vous aimeriez savoir quels types de projet sont recevables? • Vous souhaitez avoir un portrait statistique des projets d’intégration? • Vous envisagez de connaître la procédure à suivre pour déposer un projet? Ce SCCUQ Intégration est pour vous! Des exemplaires imprimés seront bientôt distribués dans les différents départements et écoles de l’UQAM.

 
 
Babillard des membres
 
 
Cocktail dînatoire, table ronde et lancement : Bulletin d’histoire politique fête ses 25 ans
CocktailDinatoire

La revue Bulletin d’histoire politique (BHP), revue scientifique et de transfert, dont le chargé de cours en histoire, en science politique et en études québécoises Michel Sarra-Bournet est membre du comité de rédaction, fêtera ses 25 ans le jeudi 20 avril de 17h30 à 20h30 dans le Foyer de la salle Marie-Gérin-Lajoie de l’UQAM, avec un cocktail dînatoire, une table ronde et le lancement du numéro 25.3 L’histoire politique au Québec. Depuis 1992, le BHP publie trois fois par année des articles évalués, de même que des textes de vulgarisation et des débats dans le champ de l’histoire politique. Elle est disponible par abonnement, en librairie et par Érudit. L’événement aidera la revue à continuer son œuvre. Chaque billet (en nombre limité et au coût de 50$) donne droit à une entrée à cette activité où les journalistes Josée Legault et Antoine Robitaille traiteront des changements qui se sont produits en politique canadienne et québécoise depuis 25 ans. De plus, les personnes présentes recevront l’édition 25e anniversaire du volume 1 du Bulletin, de même que trois livres, gracieuseté de nos commanditaires. Pour réserver en ligne.

 
 
Les créations de Julie Bramond au Marché artisanal de la paroisse le 20 mai
JulieBramond

La chargée de cours Julie Bramond participera avec ses créations au Marché artisanal de la paroisse (Marché artisanal Montréal, 425 rue Beaubien Est, Montréal) le samedi 20 mai de 10h à 17h. Julie est une créatrice de bijoux et d'accessoires qui crée à l'instinct sur un coup de cœur pour une pierre, une forme, un matériau... Elle aime autant les couleurs vives des pierres telles que les turquoises, les agates ou encore le corail que les perles en bois ou les rubans.

 
 
Audrey Laurin-Lamothe commente la saga sur la rémunération de la haute direction de Bombardier

Pour bien comprendre le phénomène de la rémunération de la haute direction de Bombardier, il faut tenir compte de deux logiques. La première est la financiarisation de la rémunération des dirigeants, un phénomène répandu dans les pays occidentaux depuis la montée en puissance des marchés financiers. La seconde est d’ordre politique et concerne l’appui gouvernemental privilégié dont bénéficie Bombardier, explique la chargée de cours au Département de sociologie Audrey Laurin-Lamothe, dans un texte publié par Le Devoir et intitulé Le plomb dans l’aile n’empêche pas de voler.

 
 
Sophie Hamisultane vient de publier Trouble dans l'interculturalité, issu de sa thèse de doctorat
shamisultane

En France, l'interculturalité est une notion encore floue provenant pour l'essentiel d'expériences pédagogiques menées depuis les années 1980 pour faciliter la socialisation et la scolarisation des enfants des communautés d'immigrés. Cela «a trait à une double appartenance culturelle où se joue tant la complexité de leurs origines, liée à la migration, aux fantasmes des racines et aux fantômes de l'histoire généalogique, que le rapport socio-historique de la France à ses colonisés qui détermine les représentations collectives», précise la chargée de cours au Département de sociologie Sophie Hamisultane, dans son récent ouvrage Trouble dans l'interculturalité, issu de sa thèse de doctorat. La chercheuse s'est penchée en particulier sur le mal-être des descendants de migrants, bien souvent déchirés entre les exigences de leur culture traditionnelle transmise par leurs parents et les valeurs prônées par la société occidentale telles que l'autonomie, l'indépendance et l'individualisme, peut-on lire sur Atualités UQAM.

 
 
De nombreux sols à décontaminer dans Ahuntsic-Cartierville explique Philippe Giasson

Depuis plusieurs années, le gouvernement du Québec dit faire de la décontamination des sols sa priorité. Dans son budget de 2016, il annonçait un investissement de 55 millions $ d’ici 2021 pour mettre à flot le programme ClimatSol-Plus. Lancé en 2015, ClimatSol-Plus est censé aider à la réhabilitation et à la décontamination des sols à la grandeur de la province. Or, à ce jour, aucune somme n’aurait été allouée au programme, selon la députée du Parti québécois, Carole Poirier. «Tous les anciens quartiers industriels de Montréal sont constitués de remblais, c’est-à-dire de différentes matières servant à niveler le terrain. Parfois les remblais sont contaminés à plusieurs endroits», explique le chargé de cours Philippe Giasson, spécialiste des enjeux de contamination des sols, dans un texte publié sur le site journaldesvoisins.com

 
 
Donald Cuccioletta commente la riposte américaine en Syrie

Les États-Unis ignorent les règles de l'ONU et menacent de frapper à nouveau sur la Syrie, mais le chargé de cours et chercheur à la Chaire Raoul-Dandurand de l'UQAM Donald Cuccioletta doute qu’il y ait d’autres représailles, dans une entrevue diffusée au FM 98,5. Il explique qu’il s’agit aussi d’un message envoyé aux Chinois et que la Russie commence à remettre en question son appui à la Syrie.

 
 
Monde syndical
 
 
Jour de la Terre : marche pour la science le 22 avril
AfficheMarchForScienceMTL

Le samedi 22 avril, sortons de nos labos et de nos bureaux pour marcher ensemble pour la Terre, à 12h, départ de la Place Émilie-Gamelin. L’histoire récente nous a enseigné à la dure que des politiques anti-science sont dommageables à court, moyen et long terme. Mais nous savons aussi qu’il est possible de contribuer au renversement d’une telle situation en unissant nos énergies pour défendre la science et son rôle critique dans notre société. Le 22 avril, rejoignez les scientifiques canadiens, américains et de partout à travers le monde pour marcher en solidarité avec nos voisins afin de protéger la science. Le Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM-CSN) et l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université soutiennent cet événement. L’ACPPU vous encourage vivement à vous joindre aux nombreuses marches satellites organisées au Canada. La marche de Montréal est également organisée par la Coalition Vigilance oléoducs.

 
 
Le SPUQO se réjouit de l’annonce d’une subvention pour la création de l’Observatoire du développement de l’Outaouais

Le Syndicat des professeures et professeurs de l’Université du Québec en Outaouais se réjouit de l’annonce faite par la ministre de la Justice et responsable de la région de l’Outaouais, Stéphanie Vallée, d’octroyer une subvention de 123 200 $ pour soutenir la création de l’Observatoire du développement de l’Outaouais (ODO). L’ODO est une initiative de professeurs du département des sciences sociales : il avait fait l’objet le 17 février dernier d’une journée de réflexion qui a réuni plusieurs acteurs de la région. Le vif intérêt qu’il soulève auprès des actrices et des acteurs la communauté de l’Outaouais et l’annonce le 7 avril rappellent le rôle essentiel des professeures et professeurs dans le développement de l’UQO et de sa communauté régionale.

Lire la suite.

 
 
La CSQ dénonce le manque de reconnaissance pour le personnel professionnel des collèges en Outaouais

La Fédération du personnel professionnel des collèges (FPPC-CSQ), le Syndicat du personnel professionnel du Cégep de l’Outaouais (SPPCO-CSQ) et le Syndicat des professionnels du Collège Héritage (SPCH-CSQ) ont revendiqué une plus grande reconnaissance du travail des professionnelles et professionnels dans les collèges, en conférence de presse mercredi. «Avec les années, les fonctions des professionnelles et professionnels des collèges se sont complexifiées et nos tâches se sont alourdies. En contrepartie, nos conditions de travail ne se sont pas améliorées. Au contraire, à certains égards, elles se sont détériorées», constate la présidente de la FPPC-CSQ, Suzanne Tousignant.

Lire la suite.

 
 
Joignez-vous à la marche du 1er Mai
1eMai

Le 1er mai, c’est la Fête internationale des travailleuses et des travailleurs. Ce sera l’occasion de réitérer nos revendications au sein de la coalition 5-10-15. Notamment que • Chacun puisse connaître son horaire de travail au moins cinq jours à l’avance ; • Chacun puisse bénéficier de 10 jours de congés payés par année pour cause de maladie ou de responsabilités familiales ; • Le salaire minimum soit rehaussé à 15$ l’heure. Vous êtes invité à vous joindre à nous en grand nombre pour la marche du 1er Mai. Cette année, la marche se fera sous le thème Le travail pas à n'importe quel prix! Le départ de la marche se fera à 18h du parc Jean-Brillant, métro Côte-des-Neiges.

 
 
Salaire minimum et revenus gouvernementaux

La proposition d’augmentation du salaire minimum à 15$ l’heure fait la manchette depuis près d’un an. L’IRIS a produit durant cette période plusieurs documents d’analyse afin d’étudier la validité de cette proposition à la lumière de notre indicateur du salaire viable. Nous avons également réalisé une étude évaluant les effets réels d’une telle hausse sur l’emploi, les PME et les prix à la consommation. Toutefois, plusieurs questions restent à approfondir, notamment sur le plan des revenus fiscaux que générerait une hausse du salaire minimum à 15$. Dans cette note socioéconomique, l’IRIS va d’abord pallier cette lacune, puis comparer une hausse du salaire minimum à d’autres propositions destinées à aider les travailleurs et travailleuses à faible revenu.

 
 
La CSN appuie la demande d’enquête de la Protectrice du citoyen sur les soins à domicile
soinsadomicile

Pour la Confédération des syndicats nationaux (CSN), le gouvernement doit, plus que jamais, s’engager à développer les services de soutien à domicile du secteur public afin de répondre à l’augmentation des besoins en soins et services chez les aîné-es, tout en demandant à la Protectrice du citoyen de faire toute la lumière sur cette question. «La CSN tient à saluer la sortie du député de Mercier et médecin Amir Khadir et de Me Jean-Pierre Ménard qui, dimanche dernier, ont demandé à la Protectrice du citoyen d’enquêter sur la question des soins à domicile. Nous partageons entièrement leur avis indiquant que la multiplication des coupes dans les services à domicile porte une atteinte grave à l’intégrité et à la sécurité des personnes vulnérables qui en bénéficient», de déclarer Jean Lacharité, vice-président de la CSN.

Lire la suite.

 
 
Patients orphelins de médecin de famille : La CSN déplore l’inaction de Québec

La CSN déplore que le gouvernement, si prompt à imposer des réformes d’envergure contre vents et marées dans le réseau de la santé et des services sociaux, n’ait pas su s’attaquer à la priorité des Québécoises et des Québécois, soit les délais trop longs d’attente pour être reçu par un médecin de famille. De nouvelles données compilées par la Coalition Avenir Québec confirment que la situation ne s’améliore pas. Pour la CSN, une révision du mode de rémunération des médecins serait l’occasion de faire de l’accès à un médecin de famille une véritable priorité. Ce sont les personnes les plus vulnérables, exigeant plus d’attention et de soins, qui font les frais du mode de rémunération des médecins, car ils sont encouragés à prendre d’abord des patients avec moins de problèmes lourds de santé.

Lire la suite.

 
 
Amputée de 20 000 membres, la CSN est «sous le choc»

Le président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Jacques Létourneau, qui était resté silencieux jusqu'ici, l'admet : la centrale est «sous le choc» à la suite des votes dans la santé. La CSN a perdu environ 20 000 membres et pourrait se retrouver avec un manque à gagner combiné de 10 millions de dollars. Elle devra donc faire des compressions. Les fusions forcées de syndicats dans la santé ont été rendues nécessaires par les fusions d'établissements de santé, commandées par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette. À l'issue du processus, il n'y aura plus qu'un seul syndicat par catégorie d'emploi et par grand établissement. Les gagnantes de ces fusions forcées sont la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), qui regroupe la très grande majorité des infirmières, infirmières auxiliaires, de même que l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) dans les laboratoires, l'imagerie médicale, les services diagnostiques, la nutrition, la réadaptation et les services psychosociaux.

Lire le texte de La Presse canadienne.

 
 
Formation accélérée des préposés aux bénéficiaires : un choix de formation irresponsable selon la CSQ

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la FSE-CSQ et le SERQ-CSQ déplorent que le CIUSSS de la Capitale-Nationale fasse le choix d’offrir une formation accélérée plutôt que de maintenir l’exigence d’une formation de qualité qui passe par le diplôme d’études professionnelles (DEP) pour devenir préposée ou préposé aux bénéficiaires. «Pour corriger à long terme cette pénurie, il est nécessaire d’accentuer la promotion du programme de DEP pour devenir préposé aux bénéficiaires, d’offrir cette formation à temps partiel et d’améliorer les conditions d’exercice. Quelles seront les conséquences de la décision du CIUSSS sur la qualité des soins?» déplore Louise Chabot, présidente de la CSQ.

Lire la suite.

 
 
Signalement de la maltraitance envers des personnes aînées vulnérables : L'AREQ-CSQ se réjouit que le gouvernement retienne son approche

L’Association des retraitées et retraités de l’éducation et des autres services publics du Québec (AREQ-CSQ) accueille avec satisfaction le dépôt d’un amendement au projet de loi no 115, pour rendre obligatoire le signalement de situations de maltraitance dans le cas de personnes aînées vulnérables. «Pour nous, il est essentiel d’éviter tout amalgame entre vieillissement et vulnérabilité : le fait de prendre de l’âge ne signifie pas automatiquement qu’une personne devient vulnérable. Toutefois, lorsque c’est le cas, le gouvernement a le devoir de prendre toutes les mesures nécessaires pour la protéger si elle subit de la maltraitance», a souligné le président de l’AREQ-CSQ, Pierre-Paul Côté.

Lire la suite.

 
 
Négociations coordonnées des CHP : Nouvelle convention collective à la Résidence Saint-Charles
residencesaintcharles

Les négociations ont porté fruit à la Résidence Saint-Charles, un centre d’hébergement privé de Granby où la trentaine de salariées et salariés ont obtenu une nouvelle convention collective, adoptée le 4 avril en assemblée générale. Parmi les améliorations obtenues par les travailleuses et les travailleurs, notons la création d’un registre de postes, de meilleures protections des droits des salarié-es, des améliorations à la santé et à la sécurité au travail et des horaires de travail plus intéressants. Les salariés ont également obtenu de nouveaux congés et ont amélioré quelques-uns qui existent déjà. Ils bénéficieront dorénavant d’une quatrième semaine de vacances après 8 ans de service et d’une cinquième, après 10 ans.

Lire la suite.

Résidences Soleil Manoir Dollard-des-Ormeaux : Une vraie négociation s’impose.

 
 
Hôtel des Gouverneurs Place Dupuis : Le syndicat adopte l’entente de principe à 81 %
gouverneurplacedupuis

Les membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de l’Hôtel des Gouverneurs Place Dupuis (CSN) (STTHGPD) ont adopté lundi à 81 % par voie de scrutin secret l’entente de principe intervenue avec leur employeur au matin du 6 avril après un lock-out de plus de trois mois. «Nous pouvons retourner au travail la tête haute. Nous avons préservé tous nos acquis et nous avons obtenu des augmentations salariales de 3 %, 3 %, 3 %, 4 % et 3 % pour les cinq premières années de notre contrat de travail de huit ans. Les augmentations des trois dernières années seront rattachées à celles de cinq grands hôtels de la région montréalaise qui participeront à la prochaine ronde de négociations coordonnées», de souligner Yvon Therrien, président du STTHGPD.

Lire la suite.

 
 
4e décès sur un chantier d’Hydro-Québec en un an : La FTQ-Construction veut une commission d’enquête publique

La FTQ-Construction réitère sa demande d’avoir une commission d’enquête publique sur les méthodes de travail et la gestion de la santé et sécurité au travail sur les chantiers d’Hydro-Québec. Un autre travailleur de la construction est décédé le 11 avril sur un chantier de la société d’État. «Dans la dernière année, quatre accidents mortels sont survenus sur trois chantiers d’Hydro-Québec. Force est de constater que les problèmes d’Hydro-Québec ne se limitent pas à un chantier», dénonce Yves Ouellet, le directeur général de la FTQ-Construction.

Lire la suite.

 
 
UCCO-SACC-CSN : Une mobilisation colossale, d'un océan à l'autre
uccosacccsn

Le 6 avril dernier, les agentes et agents correctionnels du Canada, dont la convention est échue depuis près de trois ans, se sont mobilisés massivement en soutien à leur comité de négociation. «La participation colossale dans tous les établissements du Canada envoie le message clair au Conseil du Trésor que les membres appuient à 100 % nos demandes pour des conditions de rémunération et de travail qui répondent à nos besoins», a lancé Jason Godin, président d’UCCO-SACC-CSN. Après plusieurs mois sans rencontre entre la partie syndicale et le Conseil du Trésor, deux semaines de négociation sont prévues au cours du mois d’avril.

Lire la suite.

 
 
Rien ne va plus entre les cols blancs et l’administration Coderre-Marcoux de Montréal

En plein cœur des célébrations pour le 375e anniversaire de Montréal et à la veille de l’élection municipale, les cols blancs de la Ville préparent une campagne sans précédent pour dénoncer les relations de travail pourries et le non-respect du contrat qui les lie à l’administration. L’enjeu: l’administration refuse d’appliquer ce qui a été négocié en ce qui a trait à l’horaire flexible de près de 3500 travailleurs. «Des milliers de personnes, et majoritairement des femmes, sont dépourvues d’un accommodement dûment négocié, qui a un impact majeur sur la conciliation travail-famille, sur les cas d’aidants naturels et sur les personnes qui ont des besoins médicaux particuliers. Ces personnes, à aucun coût pour la Ville, pouvaient arranger leur horaire sans s’appauvrir et ce, depuis plusieurs décennies. Maintenant, la Ville leur prive de ce droit», a expliqué Alain Fugère, président du SCFP 429.

Lire la suite.

 
 
Deux ans d’attente pour l'amélioration des conditions de travail des patrouilleurs du MTMDET

Depuis de nombreuses années, les patrouilleurs du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports (MTMDET) vivent plusieurs situations frustrantes et dangereuses dans l’exercice de leurs fonctions sur une base quotidienne. Après des tentatives infructueuses de sensibiliser l’employeur à ce sujet, le SFPQ a décidé en mai 2015 d’adresser une correspondance au bureau du sous-ministre associé à la direction générale des territoires. C’est ainsi qu’après de nombreuses remises de date, causées principalement par un changement de haute direction au MTMDET, que la rencontre a eu lieu le 9 février dernier, soit presque deux ans plus tard. Contrairement à ce qui avait été promis, le sous-ministre concerné était absent à cette rencontre.

Lire la suite.

 
 
Intervention de l’OPAC du SPGQ : Un «mandat de perquisition» vise Pierre Moreau

L’OPAC (Organisation professionnelle en attente de convention) du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) a remis le 10 avril un «mandat de perquisition» au président du Conseil du trésor, Pierre Moreau, devant l’hôtel Le Westin Montréal, alors qu’il y faisait un discours devant les membres du Conseil du patronat du Québec. Cette intervention de l’OPAC du SPGQ vise à réclamer pour les membres du SPGQ leur part des surplus budgétaires auprès d’un gouvernement qui se dit rigoureux. Le SPGQ veut rappeler au gouvernement que la recommandation de la commission Charbonneau de valoriser l'expertise interne du gouvernement, doit être mise en œuvre avec rigueur et célérité.

Lire la suite.

 
 
Les profits des lignes aériennes sont en hausse, tout comme le sentiment d’insécurité qui habite les travailleurs

Les délégués assistant au congrès de l’AIM sur les transports se sont fait dire que les profits des lignes aériennes augmenteront pour une huitième année consécutive, que le nombre de passagers a atteint 3,8 milliards en 2016. «Des autorités aéroportuaires comme l’Autorité aéroportuaire du Grand Toronto, la GTAA, ainsi que des lignes aériennes comme WestJet et Air Transat sont engagées dans une course pour confier leurs services terminaux et leurs services de manutention de bagages à des sous-traitants dans l’optique de réduire leurs coûts. La situation contribue à créer un sentiment d’instabilité chez nos membres», a expliqué le coordonnateur canadien des lignes aériennes de l’AIM, Carlos DaCosta.

Lire la suite.

La privatisation d’aéroports, un simple ballon politique?

 
 
Argentine : répression des enseignants et montée de la tension sociale

Organisée devant le Congrès de la Nation à Buenos Aires, la manifestation pacifique des enseignantes et enseignants qui consistait à installer un chapiteau en vue d’y organiser une école itinérante, a été violemment réprimée par la police qui a fait usage de gaz lacrymogène et a procédé à plusieurs arrestations dans la nuit du 9 au 10 avril. Lors de la dispersion, les forces de l’ordre ont chargé les personnes qui manifestaient, se livrant à des combats au corps à corps avec les personnes enseignantes, dont la plupart était des femmes. Pour briser le cordon formé autour du chapiteau en construction, la police a usé de violence et de gaz lacrymogène. Plusieurs enseignantes ont dû être aidées par leurs collègues pour s’éloigner de la zone de tension. «Nous avons épuisé tous les recours. La Loi sur le financement de l’éducation stipule que le gouvernement doit convoquer la Commission paritaire. Qui plus est, un tribunal a rendu une décision similaire que le gouvernement continue néanmoins d’ignorer», a déclaré Sonia Alesso, secrétaire générale de la Confederación de Trabajadores de la Educación de la República Argentina.

Lire la suite.

 
 
Royaume-Uni : les syndicats exigent une réforme appropriée du système d’évaluation des écoles primaires

Le Gouvernement britannique est en train d’examiner les réponses des syndicats d'enseignants aux propositions de réforme du système d’évaluation de l’école primaire. Les réactions à ces propositions ont été mitigées. Elles ont été énoncées par la ministre de l’Éducation Justine Greening à la fin du mois de mars et le processus de consultation est en cours. La National Association of Schoolmasters Union of Women Teachers (NASUWT) a déclaré que dans un contexte où la charge de travail des enseignantes et enseignants est insoutenable, le Gouvernement devra démontrer que les réformes parviendront à diminuer la charge de travail et les contraintes administratives actuelles qui pèsent sur les enseignantes et enseignants du secteur primaire et sur les chefs d’établissements.

Lire la suite.

 
 
Monde de l’éducation
 
 
La revue À babord publie un dossier sur les 50 ans des cégeps
ababord69

Le lancement du numéro 69 de la revue À babord et du dossier sur les 50 ans des cégeps aura lieu le 20 avril à 18h à la bibliothèque du Cégep du Vieux-Montréal, 7e étage. Ce 50e anniversaire est l’occasion pour la revue de revenir sur l’histoire des cégeps, certes, mais aussi de dresser un bilan de leurs réussites et de faire le point sur les défis qui les attendent. Le dossier a été coordonné par Normand Baillargeon, qui signe également la présentation. Le rapport Parent, qui a été publié en cinq volumes entre 1963 et 1966, est le fruit de la commission Parent, laquelle avait été mise en place en 1961. Son travail est unanimement reconnu comme un moment capital de la Révolution tranquille, un moment qui signe l’entrée dans la modernité de notre système d’éducation.

Lire la suite.

 
 
Un bureau pour accompagner les étudiants autochtones à l'UQO

Un bureau de liaison pour accompagner les étudiants autochtones pourrait éventuellement ouvrir ses portes à l'Université du Québec en Outaouais (UQO). L'idée a germé dans l'esprit de Mélanie Boivin, qui a grandi dans une réserve innue près du lac Saint-Jean. Durant ses années d'études à l'UQO, elle a constaté les besoins qui existaient chez les étudiants autochtones. «[Ils] ont souvent une réalité différente de la population allochtone [NDLR : non-autochtone]. Les jeunes ont souvent des familles, des enfants en bas âge [...] ce qui fait qu'on a davantage d'obstacles», explique celle qui dirige aujourd'hui un centre d'amitié autochtone dans sa communauté d'origine.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
Un élu montréalais est pressenti pour diriger l'ENAP

Le conseiller municipal Guillaume Lavoie est pressenti pour prendre la tête de l'École nationale d'administration publique (ENAP), un groupe militant en coulisse pour promouvoir sa candidature. Déjà, il peut compter sur un appui de taille, l'ex-ministre Rémy Trudel, qui estime «qu'il est temps de passer le flambeau à une nouvelle génération». Le réseau de l'Université du Québec (UQ) cherche depuis près d'un an un nouveau directeur général pour l'ENAP, le poste étant occupé par intérim depuis le départ de Nelson Michaud, en juin 2016.

Lire la suite du texte de La Presse.

 
 
Si l’on veut réellement servir la vérité mieux vaut y laisser s’exprimer toutes les théories, toutes les opinions informées, tous les arguments

Dans Le Devoir de jeudi dernier, Thomas Davignon justifie la censure dont font les frais certains intellectuels dans les universités au motif que celles-ci ne sont pas un «espace de débat idéologique», mais des lieux de savoir consacrés au «progrès de la connaissance objective». Il en conclut qu’il est donc parfaitement justifié que n’y aient «droit de cité» ni «la rhétorique populiste» ni «le pseudo-intellectualisme pamphlétaire», pas plus que «les idéologues prosélytes». Saute malheureusement aux yeux, à la lecture de ce texte, la suffisance remarquable de son auteur, qui sépare doctement le bon grain de l’ivraie, mais sans jamais prendre la peine de définir les termes au nom desquels il opère cette série de distinctions, termes qui sont pourtant hautement problématiques: qu’est-ce en effet que ce «pseudo-intellectualisme» qu’il condamne et en quoi se distingue-t-il du vrai ? Qu’est-ce qui fait qu’un débat est «idéologique» ? Qu’est-ce que la «connaissance objective» et les «faits» dans le domaine des sciences humaines, de la réflexion politique, des choix de société, etc. ?

Lire la suite du texte d’opinion de Patrick Moreau publié par Le Devoir.

 
 
Des programmes MBA adaptés selon les régions

Chaque région a des besoins liés aux particularités de son marché et les universités adaptent leurs MBA en conséquence. L'arrivée de nouvelles technologies, comme l'internet des objets et les mégadonnées, motive ces orientations. D'autres établissements souhaitent offrir à certains professionnels une voie rapide pour obtenir leur MBA. Tour d'horizon dans un texte de La Presse.

 
 
Éducation et formation des adultes : un budget à saveur électorale

Le plan économique présenté récemment annonce des réinvestissements importants dans la réussite éducative, l’éducation supérieure et la réponse aux besoins de la main-d’œuvre. Ces crédits totalisent un peu plus de 3,7 milliards de dollars pour les cinq prochaines années. Ces crédits font montre de la volonté du gouvernement du Québec de faire de l’éducation une priorité. Cela dit, l’essentiel des sommes annoncées, soit un peu plus de 70%, ne se concrétisera pas avant 2019-2020, soit dans un futur mandat du gouvernement actuel, s’il est réélu. Dans cette perspective, et sachant que l’année 2018 sera électorale, comment ne pas qualifier ce budget «d’électoraliste»?

Lire la suite.

Je protège mon école publique : Un réinvestissement, mais à quel prix?
Le budget des faux espoirs.

 
 
La recherche est sous-financée au Canada, selon un comité d'experts

Le fédéral doit augmenter substantiellement le financement de la recherche scientifique «de toute urgence», selon un comité créé par le gouvernement Trudeau. Le comité consultatif sur l'examen du soutien fédéral à la science fondamentale estime que 1,3 milliard de dollars supplémentaires sont nécessaires au cours des quatre prochaines années. Le groupe créé en juin par la ministre des Sciences, Kirsty Duncan, a rendu public son rapport lundi. Moins de 25% du coût de la recherche est assumé par le gouvernement fédéral, alors que les établissements universitaires et collégiaux fournissent 50 pour cent du financement, ce qui fait du Canada «un cas isolé» dans le monde, constate le comité. Le Canada ne fait plus partie des 30 pays qui investissent le plus dans la recherche et le développement, peut-on lire dans le rapport. La ministre a indiqué qu'elle était préoccupée par la situation des chercheurs qui reçoivent leur première subvention de recherche dans la quarantaine.

Lire la suite du texte de La Presse canadienne.

Le mystère du jour : le manque de collaboration interprovinciale.

 
 
L'Université polytechnique Kwantlen enseigne à faire pousser du cannabis

On trouve en Colombie-Britannique la seule université du pays à offrir un cours uniquement sur la marijuana. Les besoins en main-d'oeuvre qualifiée sont importants dans cette industrie, qui poursuivra sa croissance avec la légalisation prochaine du cannabis à usage récréatif. À l'Université polytechnique Kwantlen, on enseigne en ligne comment faire pousser les plants, mais aussi comment mettre ce produit bien particulier en marché et quelles lois s'appliquent au Canada. Jusqu'à maintenant, plus de 400 étudiants du Canada et d'ailleurs dans le monde ont suivi la formation. «L'idée est venue d'un besoin, explique Deepak Anand, l'un des professeurs à Kwantlen. Les producteurs de cannabis à usage médicinal n'arrivaient pas à trouver assez de gens formés pour travailler dans leurs serres. Ç'a commencé par une blague, puis on a réalisé qu'il fallait agir.»

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
La crise des réfugiées et réfugiés syriens augure une vague de privatisations

Une nouvelle étude axée sur la crise des réfugiées et réfugiés en Syrie et l’accès à l’éducation de plus d’un million d’enfants déplacés met en lumière le lien entre la crise et les profits du secteur privé dans l’éducation. Le conflit syrien a engendré une crise de l’éducation d’une ampleur sans précédent parmi les migrantes et migrants: en Turquie, en Jordanie et au Liban, 900 000 enfants syriens ne bénéficient pas d’un accès à l’éducation. Cette situation a entraîné une vague d’offres de la part du secteur privé, dont l’ampleur et la visée sont analysées dans le rapport Investing in the Crisis:Private participation in the education of Syrian refugees (Investir dans la crise: la participation du secteur privé à l’éducation des réfugiés syriens), rédigé par les professeures de l’Université du Massachusetts Francine Menashy et Zeena Zakharia. Cette étude examine les liens entre le conflit et la participation du secteur privé, et soulève de sérieuses questions sur le rôle croissant des acteurs privés et sur les tensions éthiques entre les motivations humanitaires et pécuniaires d’une telle démarche.

 
 
Australie : les étudiantes et étudiants défavorisés victimes de l’insuffisance des ressources

Les écoles australiennes sont nettement sous-financées, ce qui affecte les performances des étudiantes et étudiants selon des données internationales récemment publiées et qui démontre l’importance d’un financement basé sur les besoins identifiés par le rapport Gonski pour assurer que toutes les écoles disposent des ressources dont elles ont besoin. Les étudiantes et étudiants défavorisés sont tout particulièrement victimes de ces ressources insuffisantes dans les écoles australiennes. C’est l’une des conclusions des versions détaillées du programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) mené par l’Organisation de coopération et de développement économiques et de l’International Association for the Evaluation of Educational Achievement’s Trends in International Mathematics and Science Study (TIMSS). Les versions approfondies des rapports PISA et TIMSS comparent la performance des systèmes scolaires des pays développés.

Lire la suite.

 
 
Monde social
 
 
Journées bilan et perspectives sur la situation des femmes immigrées et racisées
JourneeBilan

Discrimination des femmes immigrées et racisées sur le marché du travail et violences spécifiques à l'endroit de ces femmes. Journées bilan et perspectives sur la situation des femmes immigrées et racisées depuis les États généraux de janvier 2012 d’Action travail des femmes les 25 et 26 avril, de 9h à 16h30 au Centre de loisirs communautaires Lajeunesse, 7378 rue Lajeunesse à Montréal. Ces journées viseront à faire le point sur l’évolution de la situation des femmes immigrées et racisées entre 2012 et 2016, définir de nouvelles perspectives et adopter un nouveau plan d’action. Activité gratuite, inscription jusqu’au 20 avril à chouakri@tcri.qc.ca

 
 
Des données sur le harcèlement de rue à Montréal

Le Comité d’action locale du Centre d'éducation et d'action des femmes (CÉAF) s'est rendu compte qu’il n’existait aucune donnée sur le phénomène du harcèlement de rue à Montréal ni même au Québec. Ailleurs dans le monde, comme en France, aux États-Unis ou dans plusieurs pays d’Amérique du Sud, ce phénomène est très bien documenté. Cette absence de données fait en sorte que le problème du harcèlement de rue est considéré comme inexistant. En novembre 2016, le comité du CÉAF créait un questionnaire sur le sujet; 240 femmes y ont répondu. Dévoilée le 8 avril lors d'une journée de réflexion sur le harcèlement de rue, voici l'analyse des réponses à leur questionnaire (aussi offerte sur Google Drive).

Texte du Devoir relié au sujet : Le harcèlement de rue, une violence faite aux femmes banalisée.

 
 
Des OBNL locataires appellent à la mobilisation contre une taxe municipale

En cette année électorale, trois organismes à but non lucratif (OBNL) de Rivière-des-Prairies espèrent mobiliser d’autres organismes montréalais afin de dénoncer des effets de la taxe municipale sur les immeubles non résidentiels. Le Centre des femmes de Rivière-des-Prairies (CDFRDP), le Carrefour jeunesse-emploi (CJE) de Rivière-des-Prairies et le centre de jour L’Art-Rivé comptent bientôt déposer, auprès de la Ville, une pétition lancée l’an dernier et cumulant quelque 1200 signatures. Selon eux, les OBNL locataires à Montréal auraient avantage à réclamer ensemble l’abolition de la taxe imposée par la Ville aux propriétaires d’immeubles non résidentiels. Ils reprochent à cette taxe, dont les coûts peuvent être refilés aux locataires en vertu d’un bail, de détourner des milliers de dollars du financement provincial de base des ONBL vers les coffres de la Ville.

Lire la suite du texte de L’Informateur de Rivière-des-Prairies.

 
 
L’hydroélectricité : grande porteuse de développement au Québec?

Dans les derniers jours, je me suis intéressé au plus récent livre de Normand Mousseau intitulé Gagner la guerre du climat: douze mythes à déboulonner publié chez Boréal. M. Mousseau est professeur de physique à l’Université de Montréal et directeur académique de l’Institut de l’énergie Trottier sur les enjeux énergétiques. À ce titre, il a co-présidé en 2014 la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec, mais son rapport a été «tabletté» par le Parti libéral lors de son arrivée au pouvoir. On comprend à la lecture du livre pourquoi l’élite politique a tout fait pour éviter de publier son rapport. Il remet en question, exemples chiffrés à l’appui, de nombreux dogmes fortement ancrés dans l’imaginaire collectif québécois. Ce faisant, j’imagine que M. Mousseau ne se fait pas que des amis parmi les classes politiques, économiques et écologiques.

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

 
 
Capsules vidéo du projet Des-terres-minées

Dans le cadre du projet Des-terres-minées, des capsules vidéo ont été réalisées sur les thèmes du territoire, des menaces au(x) territoire(s), des impacts spécifiques en fonction des genres et des résistances menées pour faire face à l’exploitation des territoires. Ces capsules sont pensées et réalisées conjointement avec des personnes ou groupes exprimant le désir de livrer un témoignage. D'une durée de 2 à 5 minutes, ces capsules visent à récolter des témoignages et à documenter les réalités de plusieurs régions face aux entreprises extractives. Le projet Des-terres-minées propose de développer une critique de l’extractivisme à partir d’analyses féministes anti-coloniales. Il s’agit d’un porte-voix pour les femmes comme pour toute personne vivant une oppression basée sur le genre et qui souhaitent réfléchir, partager, penser, échanger sur leurs vécus face à l’exploitation du territoire.

Visionner les capsules.

 
 
Infolettre d’Eau secours! : recommandations aux partis politiques provinciaux et le gouvernement libéral repousse l’adoption d’une loi pour protéger les milieux humides
InfolettreOSecours

Au sommaire de la plus récente infolettre d’Eau secours!, la Coalition québécoise pour une gestion responsable de l’eau: • Retour sur la Journée mondiale de l'eau • Les recommandations d’Eau Secours! aux partis politiques provinciaux: revoir la politique de l’eau, créer un poste d’ombudsman de l’eau, protéger l’eau, éduquer et consulter la population, restaurer les milieux naturels • Le gouvernement libéral repousse une deuxième fois l’adoption d’une loi pour protéger les milieux humides.

 
 
L'industrie des batteries au lithium : une opportunité pour le Québec

Avec ses énormes réserves d’énergie propre, avec des gisements de matériaux stratégiques essentiels pour l’essor des technologies émergentes, avec une expertise scientifique de premier plan et un noyau d’entreprises innovatrices, l’économie québécoise dispose d’atouts exceptionnels. Une approche intégrée qui saura combiner politique industrielle et stratégie énergétique ouvre, en effet, des perspectives éminemment porteuses pour le renouvellement du secteur manufacturier, le redressement de la balance commerciale (actuellement plombée par les importations d’énergies fossiles) et la mise en place d’une structure industrielle qui pourrait servir d’assise à la transition écologique de l’économie.

Lire la note d’intervention de l’IREC.

 
 
12 nouvelles toilettes publiques seront finalement installées au centre-ville

Un projet controversé de toilettes publiques verra finalement le jour au centre-ville de Montréal. Un total de 12 unités sanitaires automatisées seront achetées par la Ville au prix de 3,1 M$. Les élus de Ville-Marie doivent approuver ce contrat ce mardi au cours de la réunion du conseil d’arrondissement. Le mois dernier, ce vote avait été repoussé par le maire de Montréal, Denis Coderre, également maire de Ville-Marie. Ce dernier souhaitait effectuer des vérifications avec le Bureau de l’inspecteur général et l’ensemble de ses services avant de faire adopter ce juteux contrat.

Lire la suite du texte du journal Métro.