Yann Pocreau au Musée des Beaux-arts de Montréal

« Quand j’ai su que j’exposerais rue Sherbrooke, Pocreau était petit dans ses shorts! Depuis, avec la pandémie et les gens tombés autour de moi, je le prends comme un très grand privilège », raconte l’artiste et chargé de cours à l’École des arts visuels et médiatiques, dans un article signé Éric Clément, dans La Presse du 12 avril 2021 où on lit que « Yann Pocreau est au sommet de son art ». On peut trouver plusieurs articles, critiques et chroniques sur le remarquable travail de Yann Pocreau sur Internet; à nous de fouiller curieusement!

Michel Vigneault et l’histoire du sport

En faisant référence à la dualité francophone/anglophone canadienne, et à la série Montréal-Toronto qui débute, une première depuis 1979, Michel Vigneault, historien du sport et chargé de cours en science de l’activité physique depuis 25 ans, mentionne qu’« aujourd’hui, on mêle beaucoup politique et sport, mais à l’époque, ce n’était pas autant le cas ».

Pour lire, à ce sujet, l’article de Guillaume Lefrançois, de La Presse, paru le 17 mai 2021.

Nina Duque et la bataille du « cool »

Nina Duque, chargée de cours au Département de communication sociale et publique, affirme, dans Le Devoir du 18 mai, que l’on assiste actuellement à « une guerre numérique entre deux générations qui cherchent à être au sommet de la montagne du cool ». À ce sujet, on peut lire l’article d’Annabelle Caillou intitulé « Cheugy, ces millénariaux jugés démodés par la génération Z ».

Éric Duchemin et l’agriculture urbaine

Le nombre de projets d’agriculture urbaine qui sont en cours dans les municipalités du Québec est en hausse. L’agriculture urbaine est populaire depuis 20 ans, mais ce phénomène a toujours existé, soutient Éric Duchemin, chargé de cours et professeur associé à l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM et également directeur scientifique et président du Laboratoire sur l’agriculture urbaine. Plusieurs projets d’intégration de M. Duchemin ont, depuis quelques années, été financés par ces projets qui existent en vertu de la convention collective du SPPEUQAM. Pour avoir plus d’informations sur les projets d’intégration, on se dirige vers ici.

On peut écouter M.

Éric N. Duhaime et les étudiants internationaux

Les collèges privés non-subventionnés et les cégeps en régions éloignées des grandes villes se paient la traite avec les étudiants de l’étranger. On peut écouter une entrevue d’Antoine Robitaille avec Éric N. Duhaime, chargé de projet à l’Institut de recherche en économie contemporaine du cégep Bois-de-Boulogne et chargé de cours au Département de sociologie de l’UQAM. Un article citant M. Duhaime traite également de ce sujet qui « pense que ce serait quand même problématique que le Québec devienne un pôle d’enseignement collégial principalement anglophone ». On clique ici pour l’entrevue menée par Antoine Robitaille, réalisée le 28 avril 2021.

La mode éco-responsable

La designer Vanessa Mardirossian, chargée de cours à l’École supérieure de mode, travaille à mettre au point des teintures à base de bactéries et de rebuts alimentaires. Elle explique ici comment il est possible de produire de la couleur de cette façon. En entrevue à la radio de Radio-Canada, on en apprend sur la couleur l’approche décidément éco-responsable de notre collègue.

Le harcèlement à l’endroit des femmes dans l’espace public

Comme mentionné sur les réseaux sociaux et dans la précédente édition de cette Infolettre, Mélissa Blais, maintenant professeure à l’UQO, mais pour le moment toujours membre du SPPEUQAM, présentait récemment le rapport d’une première étude sur le harcèlement de rue des femmes. Cette étude a, entre autres, été financée par un projet d’intégration Service à la collectivité. La réalisation de projets d’intégration est rendue possible en vertu de la convention collective du SPPEUQAM. Un article de Zacharie Goudreault présente l’étude dans un article du Devoir du 15 avril dernier.

Mélissa Blais et les impacts du harcèlement de rue sur les femmes à Montréal

Le 14 avril, dès 17h, Mélissa Blais, à titre de directrice de recherche partenariale, procèdera au lancement d’une recherche qui a, entre autres, reçu du financement via les projets d’intégration existant grâce à la convention collective des chargées, chargés de cours de l’UQAM. Pour y assister, en ligne, on s’inscrit par ce lien et pour plus d’infos sur Facebook.

Mélissa Blais est une chargée de cours militante qui s’impliquait dans notre syndicat; elle est depuis peu professeure à l’UQO.

Maude Lecompte et les plateformes de rencontres

À propos des sites de rencontres, la sexologue et chargée de cours Maude Lecompte affirme que « Les femmes ont tendance, dans la vie de tous les jours, à être plus abordées et pas toujours de façon subtile et appropriée socialement. ».

On peut lire cet article du Quotidien du 25 mars dernier, rédigé par Jérémie Camirand et Félix Laroche et qui fait part des recherches de notre collègue Maude Lecompte, elle qui vient de terminer sa thèse de doctorat sur l’utilisation de Tinder, une plateforme de rencontres.

Virginie Rouxel et Geneviève Dussault à l’honneur

Deux chargées de cours qui sont particulièrement impliquées dans la vie de leur département, Virginie Rouxel en théâtre et Geneviève Dussault, en danse, se sont récemment illustrées. Madame Rouxel a reçu le Prix d’excellence en enseignement de la Faculté des arts, alors que madame Dussault est récipiendaire du Prix d’excellence en recherche et création, également de Faculté des arts. C’est à lire par ici. Le SPPEUQAM en profite pour saluer votre engagement professionnel et votre riche expertise, mesdames!

Godefroy Desrosiers-Lauzon, cité dans La Presse du 18 mars

Spécialiste de l’histoire des États-Unis, Godefroy Desrosiers-Lauzon rappelle que la vie et le statut des femmes asiatiques, en particulier les Chinoises, sont « précaires » et « contraints » depuis des décennies aux États-Unis. On peut lire l’article d’Henri Ouellette-Vézina par ici.

Godefroy Desrosiers-Lauzon est particulièrement impliqué dans la vie démocratique de notre syndicat à titre entre autres de président d’élections et de membre du Comité de surveillance des finances.

Arts et bélugas avec Bénédicte Ramade

La chargée de cours en histoire de l’art, Bénédicte Ramade, a conçu une exposition qui allie l’art et la science et qui est actuellement en cours à la Galerie UQAM. On peut entendre une entrevue de Chantal Srivastava de l’émission radio Les années lumières avec Bénédicte Ramade, sur la démarche de la membre du SPPEUQAM dans ce que l’on appelle l’« art écologique ».

Marie Bouvier et le départ d’une ancienne secrétaire du Syndicat

Marie Bouvier nous apprend que c’est avec un profond chagrin qu’elle a récemment appris le décès de madame Francine David, survenu le mardi 9 mars dernier. Francine a été notre secrétaire remplaçante durant quelques années. Certains d’entre nous, qui l’avons côtoyé de plus près au Syndicat, ont pu apprécier au quotidien son professionnalisme, son sens de l’organisation, son déterminisme, sa rigueur. C’était un véritable rayon de soleil qui nous accueillait le matin quand nous arrivions au bureau! Son dévouement y était entier.

Depuis plusieurs années, elle était présidente de l’APRÈS L’UQAM, dont le SPPEUQAM est membre collectif. Cette association de retraités accueille en ses rangs les personnes chargées de cours retraitées et préretraitées de l’UQAM.

Ressenti versus connaissance

Au sujet de la liberté académique, Marie-Danielle Tremblay, chargée de cours à l’École des médias, affirme que « La controverse autour de la liberté d’enseigner a conduit plusieurs observateurs à déplorer qu’on puisse demander à des professeurs d’accorder une priorité au « ressenti », au détriment de « la connaissance », une inclination qui, combinée à un refus de la discussion, entraîne la radicalisation des points de vue (…)». À lire dans l’édition du 1er mars du Devoir.

Concert Écho de femmes

Si vous n’avez pas encore pu voir ni écouter le concert Écho de femmes mis en ligne le 8 mars, pour la Journée internationale des droits des femmes, cela vaut vraiment la peine : c’est tout simplement magnifique! Et c’est toujours en ligne via cette page Facebook (on peut y accéder sans compte Facebook…). Vous trouverez, entre autres, en vedette, les chargées de cours, Marie-Annick Béliveau, mezzo-soprano, Marie-Hélène Breault, flûtiste et Sonia Wheaton Dudley, pianiste. Le concert est sous la direction artistique de Frédéric Lambert, également chargé de cours.

Le REM de l’Est

Il est souvent question dans l’actualité de l’implantation d’un nouveau REM vers l’est de Montréal. Pierre Barrieau, expert en planification des transports suit de près le dossier qui alimente de vives discussions. Pierre Barrieau, président de Gris Orange Consultant, est également chargé de cours au Département d’études urbaines et touristiques de l’UQAM. Il a fait paraître un texte dans l’édition du Devoir du 1er mars dernier, sous le titre « Un train de défis pour le REM aérien »

Robert Charlebois, Meilleur album de l’année, musique moderne et Des arts plastiques, partout, partout!

La chargée de cours et professeure associée, Vanessa Blais-Tremblay, a reçu le légendaire chanteur Robert Charlebois dans le cadre de son cours « Musique et contre-culture ». Son groupe était ravi! Rappelons que notre collègue Blais-Tremblay va participer à l’événement du 8 mars 2021, dans le cadre de la Journée internationale du droit des femmes en animant une causerie avec les artistes chargées et chargé de cours qui s’exécuteront lors d’un concert de musique classique. À ce sujet, voir la chronique mobilisation-intégration de la présente infolettre, pour plus d’informations.

Toujours en musique, Frédéric Lambert, chargé de cours enseignant le violon et l’alto fait partie du quatuor Molinari.

Prose de notre représentante au CA de l’UQAM

11 février 2021 – La nouvelle représentante du SPPEUQAM au Conseil d’administration de l’UQAM, Ndack Kane, manie la plume de belle façon dans cette allégorie, intitulée Un été aux couleurs de l’amitié. Une invitation au plaisir de lire et à la réflexion.

Un été aux couleurs de l’amitié

Montréal, été 2015. Nous sommes à l’intérieur d’un autobus de la ville. Il fait chaud comme en Afrique dans le Pays des Glaces. Deux petites filles (PF), québécoises, pas encore à l’école (elles parlent de garderie) mais aux alentours de cinq ans, de la classe moyenne, une, foncée, avec les traits africains qui se dit « brune » et l’autre, blonde, avec les traits scandinaves qui se dit « beige ».

David Rhainds et la recherche sur la colchicine

29 janvier 2021 – David Rhainds, chercheur et chargé de cours au Département de sciences biologiques de l’UQAM, a participé à une étude sur la colchicine. « C’est un médicament déjà disponible en pharmacie, peu coûteux et dont les effets secondaires sont déjà bien documentés. La molécule est, en effet, utilisée depuis longtemps pour ses propriétés anti-inflammatoires dans le traitement de la goutte et de certaines autres conditions médicales ». Pour en savoir davantage, on peut lire l’article de Marie-Claude Bourdon dans Actualités UQAM.

Les objets et la mode

Philippe Denis est chargé de cours aux Études supérieures en muséologie (interprétation des objets muséaux; musées régionaux et tourisme culturel) et à l’École supérieure de mode de l’ESG UQAM (histoire de la mode; psychosociologie de la mode).

Il détient un baccalauréat en gestion et design de la mode, concentration design de la mode et une maîtrise en études des arts / histoire de l’art.

Philippe Denis a développé une pratique professionnelle qui enrichit son parcours d’enseignant ainsi que l’apprentissage de ses étudiantes et de ses étudiants. C’est ainsi qu’il coordonne une exposition qui souligne les 25 ans de l’École supérieure de mode de l’UQAM.

COOPSCO – 75 ans de développement coopératif au service du milieu scolaire

La maison d’édition Fides vient de publier le dernier ouvrage de Jean-Pierre Girard, chargé de cours en organisation et ressources humaines de l’UQAM. Son livre a pour sujet le réseau de la Fédération québécoise des coopératives en milieu scolaire.

Lire la suite 

Notre collègue avait précédemment rédigé une texte paru dans l’édition du Devoir du 4 novembre dernier traitant de l’urgence d’une réforme dans le système de santé du Québec.

 

Le McCord, un musée résolument tourné vers les premiers peuples

Charlotte Franco commente l’autochtonisation du Musée McCord dans un entretien à l’Espace autochtone de Radio-Canada. On nous informe, dans un article paru le 10 décembre dernier, sur le phénomène d’autochtonisation du Musée McCord tout en revenant sur l’exposition Honte et préjugés : une histoire de résilience de Kent Monkman, qui avait été présentée en février 2019.

Selon Marie-Charlotte Franco, chargée de cours en histoire de l’art à l’UQAM, cette exposition démontrait «  que les gens sont avides d’avoir un discours critique, d’être bousculés dans leur conception. Ils connaissent ces pans de l’histoire et seraient totalement choqués de ne pas les retrouver.

Journée internationale du pull moche de Noël

Selon Philippe Denis, chargé de cours à l’école supérieure de ode de l’UQAM, le mouvement du pull moche de Noël «prend sa source dans le regard que pose une certaine élite sur une tradition populaire. Le kitsch est toujours dans l’œil de la personne qui regarde.» On reprend la tradition du chandail de Noël tout en se l’appropriant avec un brin de condescendance et beaucoup d’humour. «L’élite cherche généralement à se distinguer de la classe populaire alors que celle-ci veut absolument l’imiter, note le chargé de cours. Ici, le phénomène est inversé. C’est l’élite qui copie.»

Lire la suite